La grossophobie dernière discrimination encore tolérée ?

Actualités du GROS
Le GROS vous recommande

Image

Le mot "grossophobie" a fait son entrée dans le dictionnaire en 2019.

Bien plus qu’une "peur des personnes grosses", il désigne tous les comportements stigmatisants et discriminants envers celles et ceux qui sont obèses ou en surpoids.

Sylvie Benkemoun, psychologue et psychothérapeute, nous explique pourquoi tout le monde devrait se remettre en question face à ce sujet.

par Chloé Thibaud Journaliste, réalisatrice et auteur  
Doctissimo 2020 ©  à retrouver ICI

Image

"Pendant le confinement, les propos grossophobes étaient partout"

Dans le groupe que Sylvie Benkemoun préside, le GROS, des formations sur la stigmatisation sont réalisées auprès des soignants. Il y est notamment rappelé qu’une personnage grosse peut être en meilleure santé qu’une personne mince ayant une mauvaise hygiène de vie. Si de plus en plus d’actions sont menées auprès du grand public, la spécialiste ne considère pas que les choses évoluent pour autant. "Pendant le confinement, les propos grossophobes étaient partout. Prendre des kilos était la hantise de tout le monde, même de celles et ceux qui sont très loin d’avoir des problèmes de poids. C’est très significatif ! Changer les mentalités va prendre du temps, c’est un travail de longue haleine qui doit être mené par tout le monde, même les personnes concernées qui ont malheureusement un grand mépris pour elles-mêmes".

Publié par Association GROS le lun 21/09/2020 - 16:52