Mardi 18 février 2020

Portrait de Association GROS
Comment perdre quelques kilos et ne pas les reprendre

Docteur Gérard Apfeldorfer, médecin psychiatre

"Pourriez-vous nous écrire un petit papier qui s’intitulerait "Les conseils pratiques" pour notre numéro spécial, Bien manger et rester mince ? Pas un truc trop long, hein ? Cinq à six pages, avec des conseils faciles à suivre, si vous voyez ce que je veux dire… Le Professeur X, à qui on l’avait demandé avant vous, a déclaré forfait. On ne voit pas pourquoi : ce n’est pourtant pas un sujet compliqué. Il nous faudrait ça pour la semaine prochaine. Pour vous, c’est facile, hein, vous allez nous torcher ça en trois coups de cuiller à pot, je suis sûr."
Il avait bien raison, le professeur X, de se récuser. Car prodiguer des conseils honnêtes, simples et raisonnables à ceux qui veulent perdre du poids constitue, en ces temps de folie amincissante, une véritable gageure. Le problème vient du mot " honnête ". Car il est assez simple de prodiguer des conseils simples, et même apparemment raisonnables, alors qu’ils sont fondamentalement malhonnêtes. Nous avons passé en revue les principaux conseils de ce genre dans ce même numéro.
En fait, comme on va le voir, ce qu’honnêtement on peut dire aux candidats à la minceur n’est pas de l’ordre du simple " conseil pratique ", mais plutôt, dans la majorité des cas, de l’ordre d’une réflexion de fond, d’un travail au long cours.
Je vous propose tout d’abord d’identifier plusieurs situations, parmi les plus fréquentes, pour lesquelles les conseils que l’on peut prodiguer ne sont pas forcément les mêmes. Limités dans mon propos, je ne ferai qu’effleurer le cas des personnes pour qui maigrir est une nécessité médicale impérieuse, une affaire de vie ou de mort, et je me centrerai sur les personnes ayant une obésité modérée, ou bien un simple surpoids, ou encore celles qui, bien que se trouvant trop grosses, ne le sont pas selon des critères médicaux.

MAIGRIR, TOUT SIMPLEMENT

Et tout d’abord, je vous propose de faire un test qui permettra de déterminer le niveau de vos difficultés. Vous vous trouvez trop gros(se) et désirez perdre du poids ? Fort bien. Passez à la pratique sans plus attendre et, sans faire de régime, en mangeant les mêmes choses que d’habitude, sans vous obnubiler sur des règles diététiques rigides, veillez à manger juste les quantités nécessaires.
Pour cela, mangez en prêtant attention au goût des aliments : quand ils vous apportent moins de plaisir gustatif, c’est qu’ils vous ont suffisamment nourri. Laissez ce qui est en trop dans votre assiette.
Certains aliments, comme le chocolat, les gâteaux et biscuits, le foie gras, les fromages secs, sont très nourrissants et il en faut de petites quantités pour être rassasié. Ce type d’aliment a un goût qui évolue en bouche de bouchée en bouchée. D’autres aliments sont si peu nourrissants que cette diminution du plaisir gustatif n’est pas perceptible. C’est par exemple le cas des légumes à l’eau, où seul le volume qu’ils occupent dans l’estomac signale qu’on en a consommé suffisamment. Enfin, d’autres aliments, tels les viandes, les céréales, les légumineuses, les fruits frais ont une densité calorique intermédiaire et sont donc moyennement nourrissants par unité de volume.
Si vous ne consommez qu’un aliment unique lors de votre prise alimentaire, les choses sont simples : vous mangez en vous fiant à vos sensations corporelles. Si vous faites un repas classique, avec par exemple une entrée, un plat principal, un fromage et un dessert, les choses sont un peu plus complexes puisqu’il est alors normal de construire son repas mentalement (habituellement en grande partie de façon inconsciente). On reste ainsi sur sa faim à l’entrée, on anticipe la valeur nourrissante du plat principal afin de pouvoir profiter du dessert : " Je mange moins de bifteck et de frites, afin de conserver une petite faim pour le gâteau. "
Veillez à ne pas confondre la " faim ", une sensation physique d’origine biologique, de l’ordre de la nécessité, ou " l’appétit ", une sensation physique traduisant le fait qu’on mangerait avec plaisir tel ou tel aliment, avec le " désir de manger ", une attirance d’ordre psychologique. Mais nous y reviendrons.
Ne tentez pas de manger par anticipation, pour le cas où vous auriez faim un peu plus tard. Au contraire, cessez de manger dès que vous vous sentez rassasié. Ne cherchez pas non plus à être régulier dans vos prises alimentaires : votre organisme a des besoins variables, et procède à des ajustements selon des rythmes qui ne sont pas toujours repérables immédiatement.
Si, après un moment, vous avez faim à nouveau, n’hésitez pas, ne vous préoccupez pas de l’heure et mangez. N’importe quoi. Ce qui vous fait plaisir. Une barre chocolatée, un yaourt, un fruit, un macaron à la pistache. Mais n’en mangez à nouveau que la quantité nécessaire pour satisfaire votre appétit. En fait, vous n’aviez qu’une petite faim et un demi macaron suffit ? Abandonnez le morceau en trop sans scrupule. Rappelez-vous : vous pouvez avoir des macarons (ou des crèmes glacées, ou du fromage de chèvre) chaque fois que vous le désirez, puisque vous n’êtes pas au régime.
Si, quelle qu’en soit la raison, vous avez mangé de façon excessive, attendez d’avoir faim pour manger à nouveau. Ne vous forcez en aucun cas à manger alors que vous n’avez pas faim.
Il n’y a donc qu’une règle à suivre : manger ce qui vous chante quand vous avez faim, s’arrêter dès que vous n’avez plus faim. Il s’agit là de remettre à l’honneur une certaine spontanéité alimentaire, qui permet aux mécanismes de régulation de la prise alimentaire de jouer leur rôle. Ainsi, on consommera tout et n’importe quoi, selon son goût, mais juste les quantités nécessaires.
Bon, et maintenant, de deux choses l’une : vous parvenez à suivre ces conseils ou bien vous n’y parvenez pas. Si cela vous est possible et que vous maigrissez, fort bien. Cette façon de procéder devrait vous permettre de mincir, puis de vous stabiliser à votre poids d’équilibre.
Plus de gens qu’on ne le croit parviennent ainsi à perdre du poids sans le reprendre, en mangeant tout simplement un peu moins. Il s’agit le plus souvent de personnes qui n’ont pas de problème de fond, mais qui par exemple auront pris de l’embonpoint à l’arrêt du tabac, ou bien en raison de la prise de certains médicaments, ou encore lors d’un traumatisme comme l’existence en inflige. Ces personnes, dès qu’elle s’en sentent capables, mangent moins et reviennent à leur poids de départ. La plupart du temps, elles ne consultent pas de médecin, et de ce fait n’entrent pas dans les statistiques des traitements amaigrissants.
Seconde possibilité : vous mangez déjà plus ou moins ainsi, mais cela ne vous fait pas maigrir. Si c’est vrai, vous êtes sans doute déjà à votre poids d’équilibre et nous allons étudier votre cas un peu plus loin.
Ou bien, et c’est le cas le plus fréquent, vous n’essayez même pas de suivre ces conseils, tant vous vous savez incapable de manger ainsi. Votre comportement alimentaire est sans doute perturbé et vous avez toutes sortes de problèmes liés à votre surpoids. Nous allons nous pencher sur votre cas.

MAIGRIR : CELA SE COMPLIQUE

Examinons là encore plusieurs tableaux, parmi les plus courants, sans perdre de vue que plusieurs d’entre eux peuvent se retrouver chez une seule et même personne :
Si vous vous bagarrez avec votre poids depuis des années, si vous avez déjà fait toutes sortes de méthodes amaigrissantes, manger en vous fiant à vos sensations corporelles vous est devenu aussi étranger qu’il est possible. Vous vous méfiez de votre corps, des sensations qu’il vous procure, qui, pensez-vous, ne peuvent déboucher que sur des compulsions alimentaires incontrôlables. Vous vous méfiez d’ailleurs sans doute aussi de vos pensées, de vos émotions, de vos sentiments qui peuvent déboucher sur des pertes de contrôle. Au contraire, vous vous investissez dans le monde. Tant que vous êtes dans l’action, vous ne pensez pas à manger et cela ne vous manque guère.
C’est pour l’essentiel quand votre activisme permanent se relâche que vous perdez le contrôle de vos prises alimentaires. Vous vous contrôlez bien et sans difficulté dans la journée mais craquez le soir, ou bien vous faites un parcours sans faute la semaine et boulottez le week-end, ou encore vous faites des régimes draconiens plusieurs semaines d’affilée avant de manger comme quatre.
Votre comportement alimentaire obéit à la loi du tout ou rien : soit vous mangez " diététiquement correct " de façon excessive, soit vous perdez le contrôle et mangez de grosses quantités de nourritures " interdites ". En fait, votre vie est calquée sur le même modèle et vous vous montrez excessif dans bien des domaines.
Évidemment, votre poids suit la même évolution et est en yoyo. Votre moral a d’ailleurs tendance à l’être aussi.
Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, alors vous êtes en restriction cognitive. Vous êtes en guerre contre vous-même et contre la nourriture. Vous ne vous en sortirez pas par davantage de restriction. Au contraire, il convient d’arrêter la guerre, de faire la paix des braves. Mais, comme chacun sait, si les guerres sont féroces et joyeuses — au début tout au moins — les processus de paix demandent de la patience et de l’acharnement.

Vos excès alimentaires sont le plus souvent en relation avec des difficultés affectives, psychologiques et relationnelles. Quand vous vous sentez seul(e) et abandonné(e), quand vous vous sentez rejeté (e), quand vous vous sentez mal à l’aise, quand vous êtes mécontent(e) de vous, quand vous ne vous trouvez pas à la hauteur, quand vous avez un souci d’une sorte ou d’une autre, bref quand ça ne va pas, vous mangez en excès. À l’inverse, l’amour qu’on vous porte vous nourrit et vous dispense de manger. Il est clair que votre problème n’est pas de l’ordre de la nutrition.

Mais peut-être avez-vous la sensation de manger à votre faim et pas plus, de ne pas vous livrer à des excès alimentaires extraordinaires. À supposer que vous ne vous leurriez pas sur votre consommation réelle, alors c’est que vous êtes à votre poids d’équilibre et que votre métabolisme de base est particulièrement bas.
Cette situation se voit habituellement dans deux cas, qui peuvent être associés chez une même personne. Tout d’abord, vous êtes génétiquement programmé pour faire le poids que vous faites. Plusieurs membres de votre famille proche sont eux aussi obèses, en surpoids ou enrobés et vous leur ressemblez. Ou bien, vous avez dans le passé fait régime sur régime. Le plus souvent, vous avez perdu du muscle et repris de la graisse. Tout cela a abaissé votre niveau métabolique, votre mode de vie est particulièrement sédentaire, vous bougez peu et économisez vos gestes. Vous restez gros en mangeant peu, voire vous grossissez en mangeant bien moins que d’autres.
Si vous vous reconnaissez dans ce tableau de petit mangeur en surpoids, vous devez savoir que, certes, vous pouvez maigrir, mais que dans votre cas, le prix du ticket à payer est bien plus élevé que pour d’autres. Afin de maigrir et de ne pas regrossir, vous devrez contrarier votre nature, manger peu et sans grande fantaisie, votre vie durant. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Si vous vivez douloureusement cette situation, mon conseil sera de vous faire aider, non pas par un amaigrisseur, mais par un médecin ou un psy compréhensifs, qui vous aideront à faire vos choix et les assumer.

MAIGRIR EN PRENANT SON TEMPS

Si votre but est de maigrir vite et sans vous préoccuper du lendemain, si regrossir par la suite vous est égal, si votre seule et unique préoccupation est de faire bonne figure sur la plage pendant les quelques semaines d’été, ou bien de parvenir à entrer dans votre robe ou smocking de marié, si peu vous chaut de regrossir en septembre ou après la cérémonie, alors dans ce cas, mon conseil sera simple : adressez-vous à un charlatan, un gourou amaigrisseur, un médecin peu scrupuleux et faites de préférence une méthode dure et privative.
Une diète protéinée en sachets, ou bien un régime hyperprotidique et très restrictif conviendront fort bien pour un tel objectif. Vous maigrirez vite et dans l’euphorie, puis les vacances finies ou la cérémonie de mariage passée, vous regrossirez tout aussi vite.
Mais si votre objectif est d’aller plus au fond des choses, alors c’est à vous, et à vous seulement, que s’adresse la suite de cet article.

Posez-vous des questions sur votre motivation.
Il n’est pas inutile de vous demander ce que vous attendez d’une perte de poids :
Peut-être êtes-vous très, très gros(se). Ou bien vous êtes moyennement gros(se), mais souffrez de problèmes de santé liés au surpoids. Il paraît donc raisonnable de maigrir ainsi que vous le conseille votre médecin. Certes, mais rappelons que ce n’est pas parce que mincir est " raisonnable " ou nécessaire à la santé que la tâche est rendue plus aisée pour autant. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui ont un besoin urgent de perdre du poids en raison de leur santé, et qui n’y parviennent pourtant pas, en tout cas de façon durable. En fait, ce type de motivation, en quelque sorte extérieur à soi-même (c’est le corps qui se révolte et qui oblige à maigrir) n’est pas toujours suffisant et n’est pas automatiquement gage de réussite.
Quel est alors le type de motivation qui a le plus de chance de porter des fruits ? Vous êtes très obèse ou bien moyennement, ou vous n’avez qu’un surpoids relativement modéré ; vous souffrez physiquement de votre poids, ou bien ce n’est pas vraiment le cas et vous aspirez simplement à un meilleur confort physique ; ou encore vos motivations principales sont d’ordre esthétique. Le monde étant ce qu’il est, vous pensez avec raison que la vie, sans être rose pour autant, est sans doute plus facile en mince. En fait, pour vous, il s’agit avant tout de vous faire à vous-même ce cadeau : une meilleure santé, un physique amélioré, un confort accru, une esthétique davantage dans l’air du temps. Vous savez que perdre du poids et rester mince nécessitent un travail de fond et ne sont pas des choses faciles, mais vous êtes prêt(e) à en payer le prix, à prendre le temps nécessaire. Vous savez que l’amincissement ne saurait résoudre la totalité de vos problèmes, n’en attendez pas plus qu’il ne saurait en donner. Bref, vous êtes lucide et sérieusement motivé(e). De telles motivations sont parmi les meilleures.
Mais parfois, maigrir est davantage que cela : c’est une démonstration de volonté. Maigrir se mérite par de la souffrance, une souffrance qui purifie le corps et l’âme, qui rend l’être digne de minceur. En maîtrisant son alimentation et son poids, il s’agit de démontrer sa force, sa puissance, sa valeur. En fait, de telles motivations portent en elles les germes de l’échec. Certes, dans un premier temps, on remporte des victoires, on gagne des batailles, mais à la longue, on ne peut que perdre la guerre.
Enfin, ce n’est pas vous qui êtes véritablement porteuse ou porteur d’une forte motivation, mais votre conjoint, vos parents, votre médecin. Vous ne dites pas non, bien sûr, mais c’est avant tout pour leur faire plaisir que vous vous apprêtez à mincir. Sachez qu’une telle motivation ne tient guère la route. Et même, bien au contraire, ce genre de situation s’avère presque toujours contre-productif : regrossir finit par devenir le moyen de s’affirmer face à l’obligation de minceur qu’on vous impose.

Examinez vos difficultés alimentaires dans le détail. Le moyen le plus simple consiste à tenir ce fameux carnet alimentaire désormais recommandé par de nombreux médecins. Bien des gens éprouvent de la réticence à noter ce qu’ils ingèrent, essentiellement parce qu’ils mangent sur un mode culpabilisé à l’extrême. Si la consommation d’un biscuit, d’une portion de frites, le fait qu’on se resserve du plat principal ou du fromage sont assimilés à des péchés, les noter noir sur blanc deviennent un processus douloureux.
Il faut bien l’avouer, la moralisation et la culpabilisation, renforcées par le corps social — une personne en surpoids qui rentre dans une pâtisserie ou qui commande un dessert plein de crème Chantilly s’expose à des regards réprobateurs — ainsi que par l’entourage — " Ma chérie, crois-tu que choisir ce plat en sauce soit bien raisonnable ? " — bat son plein et ne facilite pas la prise de conscience du comportement alimentaire.
À ce processus de déni de certaines prises alimentaires, dû pour l’essentiel à l’évitement de pensées d’auto-dévalorisation, s’ajoute le fait que certaines personnes en surpoids pensent si peu à elles-mêmes qu’elles s’avèrent incapables de mémoriser leurs comportements alimentaires.
Il s’agit donc de noter ce qu’on mange, combien on en mange, où et quand on le mange, et de considérer le " trop-mangé " — c’est-à-dire ce qu’on aura mangé alors qu’on n’a pas ou plus faim — non pas comme une faute, mais comme un problème qu’il s’agit de reconnaître avant de le résoudre.
Bien des personnes, parfois à leur grande surprise, constatent qu’elles ne sont pas d’aussi petites mangeuses qu’elles le pensaient. Les portions sont plus conséquentes qu’elles ne le croyaient, elles se resservent fréquemment, elles mangent plus de pain ou boivent plus de boissons nourrissantes qu’elles ne le pensaient. De petites choses grignotées par çi par là s’avèrent, quand on les additionnent, constituer un apport alimentaire non négligeable.

Apprenez à reconnaître les circonstances qui vous font manger en excès. Si savoir ce qu’on mange est bien, comprendre ce qui fait manger en excès est mieux. Outre le cercle vicieux des efforts d’amaigrissement par la privation et la restriction cognitive, qui conduisent à des pertes de contrôle et des débordements alimentaires, bien d’autres situations peuvent se surajouter à ce processus et conduire à manger plus que son corps ne le réclame.
Nombre de personnes en difficulté avec leur comportement alimentaire traduisent par exemple leur mal-être par le terme de " contrariété ". Ce mot banal vient camoufler, me semble-t-il, des processus de pensée bien particuliers. Fonctionnant essentiellement par rapport à des règles rigides, ayant développé des idées précises sur la façon dont les choses doivent être, sur ce qu’il convient de penser et de ressentir, n’aimant ni l’improvisation, ni l’irruption de sentiments imprévus et dérangeants, ces personnes supportent mal que quelque chose contrarie leurs plans.
Une contrariété est donc ce qui dérange l’ordonnancement des choses qu’on aura construit dans sa tête. On ne ressent peut-être pas alors les choses qu’on devrait ressentir, ce qui est vu comme un danger. Manger devient alors un moyen d’empêcher la survenue de pensées ou de sentiments imprévus et par là même inquiétants, de masquer ceux-ci en mettant sur le devant de la scène une difficulté bien connue, un démon familier : sa difficulté avec son poids et son comportement alimentaire.
Les difficultés affectives ou relationnelles, qui conduisent souvent à des débordements émotionnels, sont un autre exemple de situations qui peuvent déboucher sur des excès alimentaires. Certaines personnes, confrontées à une situation de conflit potentiel, se ferment la bouche en mangeant afin de ne pas dire les choses qu’elles auraient à dire. Ou bien encore, elles mangent pour se dispenser de prendre conscience de cette situation de conflit.

Entreprenez un travail sur vous-même. Si vous constatez que vos excès alimentaires sont en relation avec des difficultés à gérer vos émotions, si vous êtes la proie de difficultés relationnelles et affectives, si tout cela conduit à des prises alimentaires difficilement contrôlables, cela signifie qu’il vaut mieux pour vous entreprendre un travail de nature psychologique en priorité.
Les personnes en surpoids ne s’aiment-elles pas parce qu’elles sont livrées à la vindicte populaire, méprisées pour leur prétendu " manque de volonté " (ah, toujours cette idée aussi stupide que répandue selon laquelle maigrir serait facile…), jugées laides, indignes d’amour ou même d’affection ? Intériorisant ce discours, se jugeant elles-mêmes repoussantes et sans intérêt, elles chercheraient à s’oublier, se décentreraient d’elles-mêmes, ne s’intéressant qu’aux autres, aux minces, et vivraient alors plus ou moins par procuration.
Ou bien est-ce parce que dès le départ, on ne s’aime pas, et même on se déteste, pour des fautes souvent imaginaires et remontant à la plus tendre enfance ? On peut alors tenter d’oublier la personne que l’on est, ou encore les sombres pensées, si inquiétantes, si effrayantes, qui gisent tout au fond de soi, en les noyant dans des débauches de nourritures, chercher à se punir de ses manques en cultivant son malheur.
Dans les deux cas, la personne en souffrance avec son poids et son comportement alimentaire se détourne de son monde intérieur, de ses pensées, de ses sentiments et émotions. Au lieu de prendre en considération ses intérêts propres, elle les néglige et voit chaque situation au travers des yeux des autres. Au lieu de s’intéresser à ce qu’elle pense et ressent, elle s’intéresse à ce que pensent et ressentent les autres. Elle devient le plus souvent fine mouche à ce petit jeu, et fait souvent preuve d’un don d’empathie particulièrement aiguisé.
Mais ce mode de fonctionnement hyperempathique est une impasse : tout d’abord, il s’agit d’une fausse générosité, d’un processus vampirique davantage que d’un mouvement désintéressé. En fait, les personnes hyperempathiques, un peu trop dévouées, un peu trop effacées, vivent au travers des autres et les dévorent. Ensuite, le vide intérieur qui résulte de ce processus, insupportable, doit être comblé : il pourra l’être par un activisme forcené, par le recours à des situations qui mettent la personne en danger, par des boulimies d’achats (voire par des vols kleptomaniaques) et enfin, bien sûr, par des excès alimentaires.
Comment s’en sortir ? C’est en existant davantage qu’on pourra manger moins. Il s’agit de renouer avec soi-même, d’affronter les pensées, les sentiments qui se tiennent tapis en soi.
Sommes-nous vraiment cette personne aimable et sympathique que nous donnons à voir et que, peut-être, nous croyons être ? Ne nous arrive-t-il pas de ressentir des pensées haineuses, de la colère, de la jalousie, de l’envie ? Il n’y a en fait rien que de très normal à cela. Il convient de se souvenir que personne n’est maître de ses pensées ou de ses sentiments : la plupart du temps, nous ne pouvons qu’en prendre acte. Par contre, nous sommes responsables de nos paroles et de nos actes. Il n’y a pas de danger à penser et ressentir, bien au contraire : être davantage conscient de ce qu’on ressent permet d’agir en toute conscience, de mieux adapter son comportement aux circonstances présentes, aux personnes qu’on a en face de soi.
Une telle démarche de connaissance de soi permet de devenir moins dépendant des autres et du monde extérieur, plus autonome. En un mot, plus séparé du monde et davantage centré sur ce qu’on ressent à l’intérieur de soi, davantage conscient de ses points de vue. Exister, s’affirmer, devenir autonome ont aussi une autre conséquence : cela rend la personne plus intéressante aux yeux des autres. Ainsi, en centrant son attention sur soi, sur ce qu’on pense et ce qu’on ressent, et en le faisant savoir, on devient davantage séduisant.
On aura compris que ce travail sur soi-même nécessite du temps et que, dans bien des cas, le recours à un professionnel s’avère indispensable. Mais comme on voit, il n’est plus question, là, de perdre simplement des kilos. Il s’agit d’évoluer, de mûrir, de devenir davantage soi-même. Certes, rien de cela ne fait perdre le moindre gramme, mais c’est bien souvent un condition nécessaire pour qu’un travail parallèle sur le comportement alimentaire puisse s’effectuer.

Rectifiez quelque idées fausses sur votre corps. L’obèse ou la personne en surpoids est malade de son corps. C’est peu de dire que le gros n’aime pas son être corporel : il s’agit le plus souvent d’une profonde détestation, d’une haine, d’un rejet radical. Tous les malheurs sont attribués à ce corps non conforme, laid, malhabile, poussif.
Bien souvent, la personne en surpoids ne veut rien savoir de son corps. Elle le rejette et le nie, évite tant que faire se peut de bouger afin de réduire au maximum ses sensations corporelles, tente de s’en évader de bien des façons : elle développe par exemple une riche vie fantasmatique, une vie de rêve dans laquelle elle a un corps de rêve. Elle s’oublie en voyant le monde au travers des yeux des autres. Les moyens de communication modernes, téléphone et désormais Internet, apparaissent de plus en plus comme un moyen de tisser des liens sans que le corps vienne s’interposer.
Lorsque ce corps n’est pas tout simplement oublié, il doit être discipliné. On tentera alors de le faire maigrir " à la dure ", au moyen de régimes privatifs, ou par des exercices physiques outranciers.
Évidemment, ce corps mal aimé se rebiffe et se venge. Il se manifeste plus ou moins violemment, devient le siège de souffrances et de sensations déplaisantes ; il ne maigrit pas comme on voudrait, devient la proie de compulsions alimentaires.
Le corps n’est pas un objet qu’il s’agit de transformer ou de dominer : nous sommes notre corps, nous ne faisons qu’un avec lui et entre nous et lui, c’est à la vie, à la mort. Alors, autant nous/lui prendre en douceur, nous/lui témoigner un minimum d’amour.
En premier lieu, il convient de rectifier un certain nombre d’idées erronées : il n’est pas exact, tout d’abord, qu’un corps gros soit laid par nature. En fait, il n’est tout simplement pas à la mode et l’œil de nos contemporains, ainsi que le nôtre, ne sont plus habitués à en saisir la beauté des lignes. Rappelons qu’en d’autres temps, en d’autres lieux, une femme plantureuse, bien en chair, un homme corpulent, florissant, ont été ou sont des objets d’admiration et d’envie.
Le corps gros est aussi souvent synonyme d’un échec à mincir, lui-même témoin d’un " manque de volonté ", d’un manque de valeur de la personne dans son ensemble. Rater son amaigrissement devient rater sa vie. Mais si, jusqu’à présent, on n’est pas parvenu à maigrir durablement, cela suffit-il à annuler tout ce qu’on aura pu faire par ailleurs ?
Les personnes enrobées ont aussi tendance à penser que personne ne peut aimer quelqu’un d’aussi défavorisé par la nature, qui plus est incapable de faire une chose aussi simple que perdre un peu de poids. Ou alors si quelqu’un les aime malgré leur difformité, cette personne — qui témoigne d’un manque de goût flagrant — ne peut être elle-même qu’une personne sans valeur, un laissé pour compte qu’il vaut mieux éviter. Ce que j’ai baptisé le " syndrome de Groucho Marx " (qui disait que jamais il n’accepterait de faire partie d’un club qui accepterait un type tel que lui parmi ses membres) aboutit à une situation relationnelle et affective sans issue : les gens qui s’intéressent à soi ne sont pas intéressants, et seuls les gens que on n’intéresse pas nous intéressent.

Prenez soin de votre corps et cessez d’en avoir honte. Pour pouvoir devenir un personne mince, il faut donc, non pas fuir son corps, le nier, mais au contraire l’habiter davantage. Dans cette optique, les soins du corps, par exemple les soins de toilette, les massages, les bains, le sauna ou le hamamm peuvent devenir des moyens utiles pour augmenter la conscience du corps, constater que celui-ci peut être le lieu de sensations agréables. Les diverses techniques de relaxation, qu’il s’agisse du training autogène de Schultz, de la méthode de Jakobson, de pratiques de yoga ou de toute autre méthode, vont dans le même sens.
Et puis, pourquoi se dissimuler sous des vêtements informes et pratiquer ainsi la politique de l’autruche ? Comment croire sérieusement que les autres ne verront pas qu’on est gros parce qu’on se sera habillé en noir et qu’on portera des vêtements flottants ? Habillez-vous chic, et si vous êtes une femme, maquillez-vous. Montrez ainsi à tous que vous estimez que " vous le valez bien ".
Maintenant que vous voilà davantage présentable, il faut cesser de raser les murs. Pourquoi se cacher, éviter les lieux publics, les endroits fréquentés ? Il convient au contraire d’affronter vaillamment le regard des autres. Pour celles et ceux qui auront développé à la longue de véritables phobies sociales, il s’agira de procéder de façon progressive, de passer par exemple la tête haute devant des terrasses de café, d’entrer dans des boutiques ou des grands magasins, de prendre les transports en commun, et à la fin des fins affronter le public d’une salle de sports ou d’une piscine.
Il convient de garder à l’esprit que l’opinion qu’on a de soi-même influence grandement l’opinion que les autres se font à notre sujet : si on se cache, les autres pensent qu’on a quelque chose à cacher ; si on témoigne de la fierté, les autres ont tendance à penser qu’on a de bonnes raisons à cela.

Bougez-vous. Outre un effet des plus favorables sur la santé, se muscler en faisant de l’exercice physique permet d’augmenter les dépenses énergétiques, même au repos. On conseille de ce point de vue un exercice régulier et de moyenne intensité.
Mais l’exercice ne doit pas être une punition, ce qu’il a tendance à devenir par le simple fait qu’il réactualise les sensations corporelles, qu’il oblige à se souvenir à quel point on est gros. Mieux vaut donc se donner de l’exercice de la façon la plus amusante et la moins rébarbative possible. Pour l’un, ce sera la marche à pied ou la bicyclette, pour un autre ce sera le golf, pour un troisième ce sera le jardinage ou la tonte de gazon.
En fait, le plus important dans un premier temps n’est pas de se muscler ou d’augmenter son métabolisme (il faut pour cela beaucoup de patience), encore moins d’éliminer des calories, mais de cesser de fuir ses sensations corporelles, accepter son corps.

Entreprenez un travail sur le comportement alimentaire. Après tous ces détours, souvent indispensables, revenons-en au comportement alimentaire. Il s’agit donc de manger moins que précédemment en valeur calorique globale — on ne connaît pas aujourd’hui d’autre moyen pour perdre du poids — sans pour autant faire un régime, puisqu’on a vu que suivre des règles alimentaires restrictives et interdictrices conduisait à une impasse. Mais comment cela est-il possible ? Perdre du poids sans le reprendre constitue-t-il la quadrature du cercle ?
Le premier objectif consistera à abandonner la restriction cognitive, qui constitue la pensée dominante en matière d’amaigrissement. Selon l’idéologie du " diététiquement correct ", certains aliments seraient " grossissants ", tandis que d’autres seraient amaigrissants ; consommer de " mauvais aliments " constituerait une faute qui déboucherait forcément sur une punition, en l’occurrence la prise de poids ; manger ne serait-ce qu'une bouchée de " mauvais aliment " signifierait qu’on est une personne moralement déficiente et précipiterait inéluctablement dans la compulsion. Maigrir s’obtiendrait par un régime amaigrissant mettant en place différents tabous alimentaires : il conviendrait " d’oublier " certains aliments ou mélanges d’aliments, de tirer un trait sur ceux-ci.
Ce sont toutes ces croyances, des plus banales aujourd’hui, qu’il convient de remettre en question. À l’opposé de celles-ci, on reviendra à une alimentation régulée par les sensations de faim et de rassasiement, telle que nous l’avons décrite plus haut. Mais, dans la pratique, abandonner les systèmes restrictifs nécessite la plupart du temps un travail assidu sur le comportement alimentaire :
— Manger moins ne peut se faire que dans la mesure où on mange mieux : il s’agit aussi de retrouver le goût de la nourriture, de la déguster lentement, posément, à petites bouchées, en s’attachant à en analyser la saveur. On peut ainsi mieux repérer le moment où on est rassasié, où on a mangé suffisamment.
— Il convient ensuite de réintroduire dans son alimentation ordinaire les aliments tabous, prétendument " grossissants ", qui font peur, ceux qui sont habituellement diabolisés dans la plupart des régimes amaigrissants, et qui sont aussi ceux sur lequels on craque et qu’on mange sur un mode compulsif. Les plus courants sont le chocolat, les biscuits, les viennoiseries et les pâtisseries, les pommes de terre frites, les plats en sauce, les plats frits ou gratinés, les fromages et la charcuterie.
Car comment croire qu’on peut parvenir à éradiquer ces aliments définitivement et sa vie durant ? Mieux vaut au contraire faire la paix avec eux, savoir en manger sans que leur consommation ne dégénère.
Cette réintroduction des aliments problématiques me semble prioritaire sur les autres aspects de l’alimentation. Il n’y pas d’urgence, en effet, à manger de façon saine et équilibrée quand on est de toute façon depuis longtemps la proie de compulsions alimentaires répétées. Le plus important, dans ce cas, est de devenir capable de manger de tout sans tracas, sans anxiété, et selon des modalités qui ne sont pas celles de la boulimie.
On mangera donc, entre autres choses, des gâteaux, des biscuits, des pommes de terre frites et des plats en sauce bien grasse, en les dégustant lentement et à petites bouchées. Les quantités seront le plus souvent minimes : ni ridiculement petites, ni excessives. Il s’agit avant tout de quitter le système du " tout ou rien ".
— On n’hésitera pas à remplacer des aliments " diététiquement corrects " par d’autres, " diététiquement incorrects ". On pourra dans cet esprit remplacer les corn-flakes du petit déjeuner par de la brioche ou un croissant, un yaourt à 0 % de matière grasse par un morceau de chocolat.
Remplacer un repas par du gâteau, consommer des frites, des hamburgers ou de la pizza plus souvent qu’à son tour permettront de dédramatiser ces aliments, de les déguster et de les apprécier à leur juste valeur, sans culpabilité… et de vérifier qu’on ne grossit pas pour autant !
Le plus souvent, en fait, à partir du moment où leur consommation n’est plus stimulée par des interdits, et quand on les consomme en les dégustant, en cherchant à percevoir leur " vrai goût " (et non leur goût imaginé) on se lasse d’une telle alimentation, et il n’est pas rare qu’au bout de quelques temps, on finisse par redécouvrir les saveurs des légumes bien cuisinés et du poisson en papillottes…
— De petits exercices pourront être utilisés, qui sont destinés à faire l’expérience de la séparation avec les aliments tabous, comme jeter une partie d’un aliment et consommer l’autre, ou bien abandonner une partie de son assiettée. L’expérience montre que bien des personnes ayant des difficultés avec leur poids et leur comportement alimentaire supportent difficilement les expériences de pertes et de séparation. De tels exercices seront parfois l’occasion d’aborder d’autres pertes, d’autres séparations, des événements traumatisants à l’occasion desquels on aura d’ailleurs souvent pris du poids.

Comme on le constate, nous en sommes revenus à nos conseils du début : il s’agit de manger de tout un peu, sans trop d’idées préétablies, en se laissant guider par ses envies, ses sensations de faim et de satiété.
Dans bien des cas, cela suffit pour perdre du poids, mais pas toujours. Comme je l’ai dit plus haut, les personnes à la génétique défavorable ou au métabolisme abaissé devront rester sur leur faim afin de parvenir à perdre du poids. Dans ce cas, il convient, plus encore que pour d’autres, de ne pas brusquer les choses, voire de reconsidérer le problème dans son ensemble.
Enfin, lorsque ces principes de grand-mère, manger lentement, à petites bouchées, déguster et profiter de ce que l’on mange, ne pas manger plus que sa faim et même sortir de table sans être totalement rassasié, se révèlent impossibles à mettre en pratique, lorsqu’on cherche à se remplir de nourriture, à masquer toutes sortes de difficultés de vie au moyen de sensations alimentaires intenses, l’accent devra être mis sur le travail psychologique.

Vivez votre vie sans attendre. En fait, je vous ai trompé sur la marchandise : on me demandait des conseils pour " bien manger et rester mince " et au lieu de répondre à cette question, j’ai proposé une évolution plus radicale, une mutation en profondeur sans grand rapport avec l’équilibre diététique.
C’est qu’en fait, mincir, rester mince ne sont qu’accessoirement des problèmes diététiques. Cela nécessite en réalité de nombreux remaniements. Il faut pour cela abandonner nombre de stéréotypes sur les régimes et les méthodes amaigrissantes, prendre le temps d’écouter les messages adressés par son corps, apprendre à reconnaître et à tenir compte de la faim ou la satiété, savoir les différencier d’envies de manger d’origine psychologique.
Cesser de recourir à la nourriture pour faire face à toutes sortes de difficultés, affectives, relationnelles et existentielles, oblige à trouver d’autres formes de réponses à ces problèmes que, jusque là, on noyait sous des flots de nourriture.
Mincir crée aussi des nouveaux problèmes : cela implique dans bien des cas qu’on se resexualise. La personne en surpoids, qui se vivait jusque là comme asexuée et incapable de séduire, est confrontée à ses désirs ainsi qu’à ceux des autres. Qu’en faire ? Elle se sent aussi davantage en droit de faire valoir ses points de vue, à mieux défendre ses intérêts, à s’affirmer davantage. Certes, tout cela est bien, sauf quand, ivre de minceur, on se met tout d’un coup à dire leurs quatre vérités à sa famille, son conjoint, ses amis, ses employeurs…
La vie de mince n’est pas toujours aussi idyllique qu’on le supposait. Après tout, il existe de par le monde plein de gens minces et malheureux, et on ne fait là que rejoindre le lot commun. Certes, avoir réussi à mincir est une performance dont il y a lieu d’être fier (d’habitude, on écrit un livre et on passe à la télévision) mais le plus dur reste à faire : s’enraciner dans la minceur et vivre sa vie de mince.
Ou bien, si l’on préfère, accepter son surpoids et vivre sa vie de gros, choix tout aussi estimable…

POUR EN SAVOIR PLUS

  • APFELDORFER G. Anorexie, boulimie, obésité. Flammarion Ed. Paris, 1995
  • APFELDORFER G. Maigrir, c'est dans la tête, Odile Jacob Ed. Paris, 1997
  • Écrit le 28/02/11 16:58, par
  • Dernière mise à jour: 18/05/16 16:23
  • Catégories:
Top