Mercredi 24 janvier 2018

FORMATIONS D’APPROFONDISSEMENT DU GROS 2018

Vous êtes praticien du GROS ou en cours de formation de base du GROS et vous souhaitez aller plus loin en renforçant votre pratique ? Ces formations complémentaires sont pour vous !

Lieu de formation : Espace Seforex,  253 rue du Faubourg Saint Martin, 75010 Paris

Formation d’approfondissement 1                                   (tarif indiv : 105 € / formation pro : 210 €)

Le perfectionnisme : de l’exigence à la bienveillance

Samedi 10 mars 2018

Claire-Marie Best (psychologue clinicienne) et Marie-Carmel Detournay (infirmière, psychothérapeute)

Formation d’approfondissement 2                                  (tarif indiv : 205 € / formation pro : 410 €)

Etablir, maintenir et renforcer l’alliance thérapeutique

Vendredi 27 et samedi 28 avril 2018

Sophie Cheval (psychologue clinicienne)

Formation d’approfondissement 3                                  (tarif indiv : 205 € / formation pro : 410 €)

L’approche du GROS chez l’enfant et l’adolescent

Vendredi 1er et samedi 2 juin 2018

Katherine Kuréta-Vanoli (diététicienne nutritionniste) et Ulla Menneteau (diététicienne nutritionniste)

Formation d’approfondissement 4                                   (tarif indiv : 105 € / formation pro : 210 €)

Chirurgie bariatrique : de la préparation au suivi post-opératoire

Vendredi 5 octobre 2018

Sylvie Benkemoun (psychologue clinicienne) et Aurore Taccoen (psychologue clinicienne, service de chirurgie bariatrique CHRU de Lille)

Formation d’approfondissement 5                                    (tarif indiv : 205 € / formation pro : 410 €)

Vivre son corps avec bienveillance

Vendredi 19 et samedi 20 octobre 2018

Annick Bothorel (infirmière, psychothérapeute) et Nicole Gratier de Saint-Louis (kinésithérapeute-sophrologue-hypnothérapeute)

Modalités d’inscription :

L’inscription est obligatoire au plus tard 40 jours avant le 1er jour de chacun de ces stages.

MERCI DE VOUS INSCRIRE EN LIGNE ICI (réservé aux membres praticiens)

ou auprès d’Alexia Rousseau par courriel : associationgros@gmail.com

Le perfectionnisme : de l'exigence à la bienveillance

Formation d’approfondissement 1 - Samedi 10 mars 2018

Claire-Marie BEST (psychologue clinicienne) et Marie-Carmel DETOURNAY (infirmière, psychothérapeute)

L'injonction à la perfection est tellement présente dans notre société qu'il peut nous sembler évident de lui obéir en cherchant à devenir parfait ... 

Dans bien des domaines de nos vies, nous nous évertuons à incarner une image d'un "nous-même" idéal : professionnel performant et compétent, conjoint attentif et disponible, parent patient et affectueux, le tout se mouvant dans un corps mince et jeune bien sûr !

Les multiples régimes amaigrissants pratiqués souvent pendant de longs mois/années ont trouvé écho dans ce perfectionnisme. Les liens entre les trois axes modélisés dans l’approche du GROS et les caractéristiques du perfectionnisme seront abordés pendant cette journée.

L’axe de la restriction cognitive :

Le besoin obsessionnel de tout contrôler, la rigidité cognitive qui s’exprime par des « on doit », des « il faut », et des « tu devrais ».

L’angle du tout ou rien : Tout est bien ou mal, bon ou mauvais, meilleur ou pire, pas de nuances, pas de complexité. Seuls existent les extrêmes d’où l’alternance de contrôle et perte de contrôle sur le comportement alimentaire.

Ce tout ou rien a aussi un impact sur les difficultés d’acceptation de soi et les auto- critiques dévalorisantes qui participent à ces souffrances.

Ces exigences sur soi, le monde et les autres amplifient les émotions extra alimentaires   désagréables.

Le perfectionnisme participe également à la non acceptation des émotions qui incite à manger au-delà de ses besoins pour tenter de diminuer l’intensité émotionnelle intolérable. La peur de l’échec aggravée par les échecs des régimes successifs incite parfois à une certaine méfiance car notre approche est plus intuitive et davantage à l’écoute des sensations qu’un protocole « carré » et contrôlable. La peur de la réussite peut paradoxalement être un frein à l’alliance thérapeutique.

Cette formation a pour objectif d'aider nos patients à sortir de ce paradoxe douloureux en leur permettant d'envisager davantage de bienveillance pour autrui et pour soi même.  Sans renoncer systématiquement à la recherche d'exigences élevées, nous verrons comment les aider à devenir plus flexibles en discernant ce qui a vraiment de la valeur à leurs yeux de ce qui est devenu une accumulation d'obligations, dénuées de sens, en réponse aux injonctions sociales.

Cette journée permettra également de mettre en lumière les traits de perfectionnisme présents dans nos personnalités de thérapeutes qui peuvent parasiter la relation et parfois nous conduire au découragement.

La formation repose sur un apport théorique à propos du perfectionnisme et sur des exercices pratiques visant une prise de conscience des mécanismes sous-jacents émotionnels et comportementaux chez les patients accompagnés mais aussi sur nous-mêmes en tant que praticiens du GROS.

Etablir, maintenir et renforcer l’alliance thérapeutique

Formation d’approfondissement 2 - Vendredi 27 et Samedi 28 avril 2018

Sophie CHEVAL (psychologue clinicienne, psychothérapeute ACT)

L’alliance collaborative est un ingrédient indispensable au travail thérapeutique ; or de nombreux facteurs peuvent la fragiliser ou la menacer au cours d’un suivi.

Cette formation vise à développer les habiletés cliniques qui permettent, à la fois, de nouer et de conserver l’alliance de travail avec les patients, au fil de la prise en charge.

Pour aider les patients à engager un changement de comportement et à le maintenir, la parole est le premier outil des thérapeutes : la manière dont elle est utilisée va ou non favoriser un climat de confiance propice à la collaboration thérapeutique. Au cours de ces journées, les participants s’exerceront, par des jeux de rôles ciblés sur des savoir-faire spécifiques, à communiquer de manière juste et efficace, dans les différentes situations mettant en jeu l’alliance de travail :

  1. Comment établir l’alliance thérapeutique lors des premiers entretiens ? Cette question fait appel à différentes habiletés, parmi lesquelles :
  • Explorer l’expérience du patient avec bienveillance et empathie, 
  • Présenter sa démarche thérapeutique de manière adaptée,
  • Répondre à l’attente de résultats exprimée par le patient … 
  1. Comment faire face aux difficultés susceptibles de menacer l’alliance de travail ? Patients « résistants », « opposants », « passifs » … Lorsque la relation thérapeutique est tendue, qu’elle devient inconfortable, il importe tout particulièrement de savoir : 
  • Surmonter les désaccords,
  • Adapter son style relationnel,
  • Déminer les enjeux personnels … 
  1. Comment renforcer l’alliance collaborative ? Plusieurs éléments propices à favoriser l’alliance thérapeutique mettent parfois les thérapeutes en difficulté, comme :
  • Formuler des feedbacks qui aident à avancer : transformer les échecs en opportunité et renforcer les progrès accomplis,
  • Méta-communiquer efficacement sur le travail thérapeutique, 
  • Pratiquer le dévoilement de soi à bon escient …

L’approche du GROS chez l’enfant et l’adolescent

Formation d’approfondissement 3 – Vendredi 1er et Samedi 2 juin 2018

Katherine Kureta-Vanoli et Ulla Menneteau (diététiciennes-nutritionnistes)

Les enfants et les adolescents en surpoids posent souvent question aux praticiens du GROS.

Si, comme pour les adultes, il s’agit de bien comprendre les tenants et aboutissants de cette prise de poids et de la difficulté à la stopper et/ou à la diminuer, un autre facteur est à considérer.  Aider un enfant ou un ado à réguler ses prises alimentaires nécessite d’intégrer les parents dans le projet d’accompagnement. Il s’agit donc de consultations « pas comme les autres » car ce sont les parents qui ont la responsabilité du jeune. Il y a donc bien plus d’acteurs à prendre en considération que pour une consultation d’adultes.

De plus, suivant son âge, notre façon de communiquer, les informations délivrées et les outils proposés sont à adapter.

Comment construire une relation de confiance avec les parents et cet enfant pour comprendre et faire comprendre les déterminants psychologiques et comportementaux de chacun face à ce « symptôme poids » ? 

Comment situer et faire évoluer le comportement général et alimentaire du jeune dans sa vie et avec sa famille ?

Comment intégrer au mieux les parents dans ce projet de soin différent de ceux qu’ils ont vu jusque-là ?

Lors de ces journées, des informations sur les particularités de l’alimentation des enfants, des adolescents et les exercices, outils spécifiques vous seront présentés. Nous aborderons les difficultés que ces jeunes rencontrent face à leur alimentation et leur entourage. Et nous travaillerons sur la gestion des consultations à trois ou quatre. Nous tenterons de répondre aux questions que vous vous posez et aux difficultés cliniques que vous pouvez rencontrer lors cette prise en charge clinique de l’excès de poids chez l’enfant et l’adolescent.

Des précisions complémentaires vous seront fournies à l'inscription.

Fichier attachéTaille
PDF icon résumé FAP 1197.21 Ko
PDF icon résumé FAP 2213.73 Ko
PDF icon résumé FAP 3194.51 Ko
Top