Samedi 19 septembre 2020

Détresse alimentaire

Bonjour
j'ai 24 ans et je suis en détresse
Mon histoire : je pense qu'à cause des mes études prenantes et stressante
(actuellement en 5ème année de médecine)j'ai pris du poids d'année en
année jusqu’à atteindre 74 kg pour 1m60 en 2ème année je ne m'aimais
plus je détestais me regarder dans le miroir je regardais mes photos avec
nostalgie je ne sortais plus je ne voulais plus acheter de vêtements parce
que je ne pouvais pas acheter du 44 j'avais honte d'être moi...
On m'a parler du régime Dukan que j'ai entrepris je suis descendu a 59 kilos
et je ne me suis jamais senti aussi bien dans ma peau j'ai pu faire de la
compétition (je pratique le taekwondo depuis maintenant 6ans)mais je n'ai
pas fait la phase de stabilisation j'ai du diminuer le sport car mes études
me prenant tout mon temps et aussi à cause d'une blessure à la cheville et
je suis remonter à 70kg et je n'en peut plus depuis quelque temps je ne
pense qu'à mon poids dans tout ce que je fait j'ai peur de manger chaque
fois que je mange c'est une souffrance je n'ai plus de plaisir à manger je
compte les calories et je culpabilise. Je me sens horrible j'ai l'impression
d'être prisonnière de ma graisse je veux reprendre la compétition mais il
faut que je perde au moins 10kilos je me sens nul je déteste me regarder
dans une glace et j'ai déjà eu des idée noires je ne sais pas comment m'en
sortir, j'y pense tellement que je n'arrive plus à me concentrer sur mes
études et sa me stress encore plus. Mes études me prennent tout mon temps
que je ne peux même pas envisagé d'être suivi alors je ne sais quoi faire.
Je vous remercie de l'attention que vous porterai a mon message en espérant
ne pas vous dérangez vu sa longueur.

mlle z.

Votre message exprime une très grande souffrance, au point même d'en subir les effets dans votre vie personnelle et dans vos études. Depuis plusieurs années vous êtes confrontée à une peur de grossir totalement envahissante, vous dites aujourd'hui avoir des idées noires, ne plus prendre de plaisir à manger, à compter la moindre calorie, et vous sentir nulle...
Vous êtes affectée par un trouble alimentaire très sérieux qu'il est très compliqué d'affronter seule, je veux dire par là sans le soutien et l'accompagnement de professionnels spécialisés dans ce type de prise en charge.
Je comprends que vos études aient été prioritaires jusqu'à aujourd'hui, cependant pour devenir à votre tour un médecin efficace et reconnu pour ses compétences, il est grand temps pour vous de vous accorder une pause pour prendre soin de vous et traiter ce trouble qui handicape de plus en plus votre vie. Il est temps pour vous de prendre conscience que le poids ne se « contrôle » pas parce que vous l'avez décidé. Je pense qu'un futur médecin peut comprendre que la physiologie de la régulation alimentaire dépend du cerveau et des messages de faim, de rassasiement, d'appétits spécifiques qu'il envoie à notre corps.
Aujourd'hui l'image de vous même est trop dévalorisée pour entendre ces messages, d'autant plus que le régime préalablement entrepris n'a eu pour conséquence que de vous éloigner encore plus de vos capacités à ressentir les sensations alimentaires.
Avec une approche adaptée, il vous est possible de progresser, de travailler sur la peur de grossir et sur votre culpabilité, votre désir de contrôle, et de réentendre alors à nouveau votre organisme lorsqu’il tente de communiquer avec vous.
Ainsi le GROS propose un accompagnement qui vous permettrait de manger à votre faim, d'apprendre à gérer vos émotions autrement qu'en mangeant, et peut-être alors de perdre du poids. Vous pouvez trouver près de chez vous un praticien du GROS qui vous permettrait d'envisager de nouvelles solutions pour affronter vos difficultés. Vous trouverez la liste ci après
http://www.gros.org/praticiens
Et si aucun praticien du GROS n’est disponible dans votre région, vous pouvez aussi vous connecter à : http://www.linecoaching.com/.
Je vous conseille également les lectures suivantes : « mangez en paix » du docteur Gérard APFELDORFER
Avec tout mon soutien

Isabelle LABBE, praticienne du GROS
 

  • Dernière mise à jour: 19/11/15 16:52
Top