Lundi 17 mai 2021

Archives 2010

Date : 24/12/2010 07:39

pourquoi quand je mange, je grossi à vue d'oeil???? en plus je suis roux alors ça ce vois de loin!!!! merci

Bonjour,

Il est probable que vous mangiez trop pour vous : sans faim ou au-delà de votre faim. Essayez d’être à l’écoute !

Date : 22/12/2010 15:59

Bonjour,

Nous avons vu que les régimes échouent dans 90% des cas passé un délai de 2 à 5 ans.

Existe-t-il des statistiques sur les autres méthodes qui soient également long terme?

Par autres méthodes, j'entends :

- Ecoute de ses appétences, de ses signaux de faim et de rassasiement, dégustation (méthode du GROS)

- Hypnose, EMDR, EFT,...

- Groupe de soutien, appel à Dieu ou puissance supérieure

Je suis très intéréssée par des études moyen et/ou long terme.

Je vous remercie pour votre réponse, cordialement,

Blandine

Désolé, nous n’avons pas cette information.

Date : 22/12/2010 15:50

Bonjour,

J'aimerais avoir votre avis sur les groupes de soutien faisant appel à Dieu ou une puissance supérieure pour aider les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire?

Cela serait la solution de la dernière chance (pas de régime).

Je vous remercie pour votre réponse, cordialement,

Blandine

Faites-vous votre propre avis en essayant !

Date : 22/12/2010 15:27

Bonjour,

J'ai 33 ans et je souffre de troubles du comportement alimentaire depuis mes 16 ans (anorexie, puis boulimie, puis hyperphagie boulimique). Je suis actuellement en surpoids à cause de mon hyperphagie et comme beaucoup j'ai tout essayé... J'en suis arrivée à me faire suivre par un psychiatre et je suis actuellement sous prozac, depakote et seresta.

Je suis cependant convaincue par la méthode proposée par le GROS (que j'essaye mais sans grand résultat) mais quelque chose me turlupine et m'empeche d'avancer sereinement :

Il s'agit du sucre et de ses effets sur la glycémie. Si j'écoute mes appétences et que j'ai envie d'une barre de chocolat à 16h00 par exemple, je la mange et la déguste, mais une heure après j'ai encore faim, une envie irrésistible de sucré. Ou alors si je prends un petit déjeuner copieux mais trop riche en sucre, je sens que mon corps en réclame encore plus 1 ou 2 heures après sous forme de fringale...

Je ne suis ni diabétique et je n'ai pas de problème de thyroide. J'ai lu les livres du Dr Apfeldorfer et du Dr Zermati et j'ai prochainement un rendez-vous avec un membre du GROS.

Voici donc mes questions :

1) Est-il vrai que le sucre provoque une réaction insulinique qui fait que plus on en mange, plus on en veut?

2) Comment alors gérer ses appétences et sortir du cercle sucré tout en s'écoutant?

3) Certaines études démontrent qu'une addiction au sucre existe (similaire à la cocaine!). Est-ce vrai? Des contre-études existent-elles?

Je vous remercie par avance pour toutes vos réponses, cordialement,

Blandine

Bonjour,

C’est vrai, la consommation d’un aliment riche en sucres rapides et dépourvu de graisses, lorsqu’il est consommé en trop grosse quantité, peut provoquer chez certaines personnes un pic de glycémie, puis une chute réactionnelle, en particulier si elles présentent un état prédiabétique. A ce moment là, on peut ressentir une baisse d’énergie et l’envie de manger, surtout un aliment sucré. Mais ça arrive moins avec le chocolat ou une pâtisserie car ils contiennent ces fameuses graisses qui limitent le pic glycémique. Cela arrive plutôt avec un excès de confiture, de miel ou de gâteaux secs car ils ne contiennent pas ou peu de graisses.

Il n’existe pas d’addiction au sucre et aux produits sucrés. En fait, il n’existe pas d’addiction à un aliment. Cependant, vous pouvez présenter ce qu’on appelle une addiction comportementale. Vous faites appel à des conduites défensives, par exemple alimentaires, de façon compulsive, pour minorer des émotions et des pensées insupportables. C’est de cette intolérance aux émotions dont il faut alors s’occuper.

Un autre cas de figure consiste en une pseudo-addiction, due à la restriction cognitive : la privation de certains aliments qu’on s’interdit les rend d’autant plus désirables, ce qui conduit à en manger parfois frénétiquement, comme dans une addiction à un produit.

Bon courage !


 

Date : 20/12/2010 19:40

Bonjour,

Mon frère de 29 ans pèse 106 kg pour 1m 73. Je m'inquiète pour lui sachant qu'il continue toujours de grossir. Il a pris 20 kg à ses 18 ans en partant de la maison familiale, puis il avait fait un régime et était redecendue à 82 kg en 2006 et depuis , il ne cesse de grossir et atteind maintenant 106 kg . Je voudrais l'aider mais ne sait pas comment m'y prendre pour ne pas le vexer ou le braquer. Aurriez-vous de conseils à me donner ? De plus, il habite à Marseille, aurriez-vous une adresse de quelqu'un qu'il pourrait consulter?

Vous remerciant pour vos réponses,

Cordialement,

Estelle CAMUS

Bonjour,

Commencez par lui dire votre inquiétude par rapport à son poids, avec beaucoup de douceur. Puis écoutez-le. Et enfin parlez-lui de nous ! Expliquez-lui que les régimes ne sont pas l’unique solution aux problèmes de poids, et qu’en apprenant à écouter son corps, il est possible de maigrir. Invitez-le à se rendre sur notre site. Dites-lui qu’il existe des thérapeutes spécialisés et qu’il peut en obtenir la liste en contactant notre secrétariat.

Bon courage !

Date : 16/12/2010 18:47

Vos lettres mensuelles nous manquent ! Elles sont tellement enrichissantes !

Merci pour l’intérêt que vous témoignez pour ces lettres. En fait, notre site est en rénovation et va changer de look. En attendant, mettre de nouveaux textes s’avère difficile. Bientôt, ce sera tout nouveau, tout beau, avec de nouvelles lettre mensuelles !

Dr G. Apfeldorfer


 

Date : 15/12/2010 20:43

Bonjour,

j'aurais une question au sujet des régimes amaigrissants. Mis à part le fait que lors d'un régime trop strict, on craque, ce qui souvent fait prendre + de poids que celui perdu, y a-t-il une explication "métabolique" qui expliquerait pourquoi le setpoint a tendance à augmenter? Autrement dit, y a-t-il un système de défense de l'organisme qui explirait cette augmentation du setpoint?

Meilleures salutations.

Daniela

Bonjour,

En effet, lorsque nous regrossissons après avoir perdu du poids, notre corps a cette capacité à stocker davantage, surtout si nous lui infligeons ce traitement de façon répétée. C’est le fameux effet yoyo. Alors comment ça marche ? Chaque individu possède un certain nombre de cellules graisseuses (les adipocytes). A l’âge adulte, leur nombre est stable. Lorsque nous grossissons, nous remplissons ces petits sacs de graisse. Lorsque nous maigrissons, nous les vidons. Lorsque nous grossissons à nouveau, nous les remplissons, peut-être plus encore, mais avec également une multiplication de ces petits sacs. Et de façon irréversible ! Il n’est alors plus possible de revenir au poids initial.

Bon courage !


 

Date : 12/12/2010 16:20

Bonjour,

Dans votre article sur les différents régimes vous n'avez pas parlé du régime Delabos, sur la Chrononutrition ? Qu'en pensez vous ?

Merci d'avance, et bravo pour votre merveilleux travail !

Bonjour,

Malheureusement, il s’agit d’un énième régime, selon lequel il est possible de manger très gras à certains moments de la journée, et pas à d’autres… Ce régime fait d’ailleurs partie de la liste des régimes analysés par le collectif ANSES, chargé de faire le point sur l’efficacité des régimes : à long terme il créé des carences et fait grossir, comme tous les autres. A fuir !


 

Date : 10/12/2010 20:43

Bonjour,

Avant mes deux grossesses, j'avais mon poids de forme. Aujourd'hui, mon dernier a trois mois et je fais 12 kilos de plus. Cela fait environ un mois que j'essaie de mettre en pratique votre méthode mais je n'ai rien perdu. Ma question est: est-il possible que notre poids de forme (setpoint) change au cours de notre vie selon certaines circonstances (après des grossesses par exemple) ?

Merci d'avance pour votre réponse et merci aussi de m'avoir réconcilié avec la nourriture.

Gaëlle

Bonjour,

Une grossesse n’augmente pas spécialement le poids de forme. Mais l’arrivée d’un enfant va considérablement modifier notre quotidien et ainsi perturber notre façon de manger, surtout dans les premiers temps. Vous passez peut-être à côté de quelque chose qui vous empêche de perdre du poids. Avez-vous vraiment faim quand vous mangez ? Quelles sont les raisons qui vous font manger lorsque vous n’avez pas faim ? Peut-être trouverez-vous des réponses qui vous permettront de comprendre pourquoi vous n’avez pas perdu de poids.

En même temps, vous n’avez pas accouché il y a très longtemps, laissez peut-être votre corps souffler un peu ?

Courage et patience !

Date : 07/12/2010 13:08

Bonjour,

J'ai 34 ans. Durant ma première grossesse, j'ai pris assez peu de poids (10 kg) "grâce" à un régime très strict imposé en fin de grossesse par du diabète gestationnel. Bien sûr, retour de manivelle : je n'ai jamais perdu les 3-4 kg qui me restaient au retour de la maternité, si bien que j'étais arrivée à 57-58 kg pour 1.60m. Je suis à quatre mois de ma seconde grossesse, et j'ai déjà pris beaucoup de poids (6 kg). Je suis très inquiète de la silhouette qui me restera à l'issue de ce parcours, d'autant qu'il y a des gros pbs de surpoids dans ma famille maternelle et que je ne me sens pas capable de suivre les régimes "nécessaires". J'ai quelque espoir dans votre méthode, mais mon mari n'y croit pas et souhaiterait que je suive un régime plus "classique" c'est à dire hypocalorique.

Y a-t-il des conseils spécifiques à suivre pendant la grossesse ? C'est encore plus difficile que d'habitude de gérer son appétit, d'autant que plus qu'à aucun autre moment les gens se sentent autorisés à commenter votre ligne !

Merci !

Bonjour,

Enceinte ou pas, votre corps se régule de la même façon. Vous pouvez vous faire confiance et être à l’écoute de votre faim, de vos envies (les fameuses envies des femmes enceintes !) et vous arrêter de manger lorsque vous êtes rassasiée.

Pour votre mari, invitez-le à lire notre site, il comprendra peut-être pourquoi les régimes ne fonctionnent pas à long terme. Mais après tout, vous pouvez bien faire ce que vous voulez, quoi qu’il en pense ! Il ne s’agit pas de son corps, mais bien du vôtre !

Quant aux commentaires des autres, il y en aura toujours : trop grande, trop maigre, pas assez bonne cuisinière… laissez dire !

Bon courage !


 

Date : 06/12/2010 16:42

Bonjour,

Souffrant d'hyperphagie installée depuis quelques années, dont je contrôlais hereusement les effets, j'ai voulu cesser cette relation avec la nourriture.

J'ai essayé l'hypnose. En une séance téléchargée sur Internet (coût 27 €), j'ai "fait la paix" avec la nourriture : Plus de grignottages, plus de double repas après le repas... Plus d'angoisse de faim dans la journée, je réussis maintenant à supporter la faim jusqu'au repas suivant, plus de compulsions alimentaires... Cela dure depuis 6 mois !

Pourquoi ne pas évoquer l'hypnose, technique simple et peu coûteuse, et efficace ?

Merci de votre réponse !

Annie

Bonjour,

Autant d’efficacité en une fois, et à distance, cela relève du... magique ! Si votre relation avec la nourriture s’est considérablement améliorée, tant mieux. Mais tout le monde n’a pas autant de chance que vous, et les études montrent que l’hypnose a le plus souvent des effets temporaires.

Bonne continuation !

Date : 20/11/2010 14:28

Bonjour,

Mon fils a 14 mois et aucun souci avec la nourriture. Depuis quelque temps déjà, il veut goûter à tout ce que nous mangeons et nous lui faisons goûter sans souci, dans lalimite du raisonnable (pas de frites et de gâteau au chocolat, quoi).

Son père veut dès à présent lui interdire de manger entre les repas (il est très difficile de faire coïncider ses horaires et les nôtres) et de lui imposer 3 repas par jour, sinon il finira par grignoter tout le temps et devenir obèse.

Je pense exactement l'inverse : il est beaucoup trop jeune pour fixer ce genre de cadre et il ne faut pas déregler son appétit et sa curiosité alimentaire naturelles (tant, encore une fois, qu'on ne lui donne pas de frites et de chocolat...). En tant qu'ex-anorexique et boulimique, j'ai peur que ce genre de cadre lui donne des névroses alimentaires justement.

Qu'en pensez-vous ?

Merci !

Bonjour,

Pourquoi de tout sauf des frites et du chocolat ? En quantités adaptées à son âge, selon son appétit, et inclus dans une alimentation variée, cela ne pose aucun problème ! Sinon c’est déjà un cadre.

Vous avez raison pour le reste, l’important pour votre enfant est de lui faire découvrir les plaisirs alimentaires, tout en lui permettant de manger selon ses appétits. On peut manger en dehors des repas pour soulager sa faim, sans risquer de devenir obèse, fort heureusement !

Vous pouvez inviter votre mari à lire avec vous ce chapitre sur notre site : http://www.gros.org/obesite-infantile/comment.php ainsi que l’excellent livre « La naissance du goût » de Nathalie Rigal.

Bon courage !


 

Date : 17/11/2010 20:14

bonjour,

j'ai découvert votre méthode il y a 5 ans et j'y adhère totalement. Toutefois, il est parfois difficile durer dans le temps car il m'arrive de manger pour des raisons psychologiques, souvent pour des broutilles et tout le bénéfice que j'ai obtenu en quelques semaines, je le perds rapidement. J'ai consulté un psychiatre,il m'a prêté le livre "maigrir, c'est dans la tête", (c'est mon livre de chevet) en 5 ans je l'ai peut-etre vu 3 fois, je ne comprends pas réellement son rôle, j'ai l'impression qu'il ne m'amène rien, faut dire que je ne l'ai pas souvent consulté. A votre avis, devrais-je le revoir, plus sérieusement ? Quelle aide dois-je attendre de lui? merci pour tout Nadine Perpignan

Bonjour,

Une thérapie est censée nous apprendre, entre autre, à vivre mieux avec nos émotions. Dans votre cas, à moins manger lorsque vous en avez. Avez-vous discuté avec votre thérapeute de vos impressions ? Allez-y franchement, il est là pour tout entendre ! Cela fera avancer la thérapie. Peut-être devez-vous le voir plus fréquemment effectivement.

Bon courage !

Date : 15/11/2010 00:31

Bonjour,

je voulais tout d'abord vous remercier.J'ai enfin su me libérer de quelques années de souffrance en lien avec l'alimentation. J'ai fait deux régimes dans ma vie (j'ai 25 ans),Le premier m'a fait perdre 10 kgs. Ensuite j'en ai repris 15 kgs que j'ai réussi à perdre à la suite d'un second régime. A la fin de celui-ci, j'étais persuadée de devoir le continuer durant toute ma vie pour stabiliser mon poids. Je faisais attention à ce que je mangeais et je privilégiais les légumes,les fruits et les protéines. Malheureusement deux heures après,j'avais très faim. Mes légumes ne me suffisaient plus et mon corps me réclamait autre chose.D'ailleurs durant cette période,je faisais des crises d'hypoglycémie.

Comme vous le dites si bien, en présence d'aliments interdits,je me jetais dessus jusqu'à m'en rendre malade !!!!!

Je voulais arrêter ce processus de destruction et je savais que je pouvais retrouver mes sensations alimentaires en écoutant mes envies.Maintenant, j'écoute mon corps, j'ai banni de mes frigos les produits lights qui sont dépourvus de nutriments essentiels et de goût.Je ne regarde plus jamais les étiquettes des produits que j'achète ! Je suis en paix avec moi même, je revis. Je retrouve mes envies d'enfant. Etrangement, j'ai des souvenirs culinaires qui reviennent à la surface, c'est agréable ! Tout a changé ou je dirais tout redevient comme avant lorsque mon poids ne me posait pas de problème et que je mangeais ce que je voulais quand je voulais. Je ne fais plus aucune compulsions.Je suis une grignoteuse. J'ai besoin de plusieurs goûts pour satisfaire mon palet mais en très petite quantité.
Juste une petite question : j'ai du mal à savoir ce que j'ai envie de manger quand j'ai faim. Parfois, j'ai des envies de fruits comme les femmes enceintes ou de chocolat mais cela m'arrive rarement. Dois-je attendre d'avoir envie d'un aliment précis pour manger ??????

Merci d'avance pour votre réponse

Une zermatienne convaincue

Bonjour,

Et bravo pour votre parcours ! Pour répondre à votre question, peut-être pouvez-vous commencer à goûter un aliment qui vous inspire un peu plus qu’un autre, et voir s’il vous apporte de la satisfaction ou non. Si ce n’est pas le cas, passez à autre chose jusqu’à trouver l’aliment qui corresponde à votre besoin du moment.

Ou peut-être n’avez-vous pas vraiment faim et dans ce cas est-il peut-être nécessaire d’attendre. Lorsqu’on ne sait pas de quoi on a envie, c’est qu’on n’a envie de rien et qu’on n’a pas de besoin.

Bon courage !


 

Date : 14/11/2010 12:55

Bonjour,

je n'ai malheureusement pas pu me rendre aux 8e rencontres du GROS qui ont eu lieu les 4 et5 novembre 2010.

C'est pourquoi j'aimerai savoir si vous avez prévu de mettre en ligne ou en vente les résumés des différents interventions?

Merci de votre réponse.

Bonjour,

Oui, il est prévu de mettre les Rencontres du GROS de 2010 en ligne. Ce sera fait dès que la rénovation de notre site, qui est en cours, sera aboutie.

A bientôt !

Date : 10/11/2010 21:37

Bonjour,

je suis gynécologue obstétricienne. Je suis donc beaucoup de femmes enceintes, je ne les pèse plus depuis 3 ans environ, avec d'excellents résultats,sur le plan psychologique, elle couvent tranquille dirais je. Mais au delà, j'ai besoin d'une "formation" , d'une aide auprès de vous professionnels de cette question du surpoids, je prétends que vous devez en connaitre un rayon sur la prise de poids également. J'ai besoin de qqs clés pour travailler avec ces femmes à résister aux sirènes sociales et médiatiques sur le contrôle de la prise de poids pendant la grossesse ; qui au passage fait râter bien des allaitements (prise de poids faible empêche allaitement de qualité)

merci Amina Kirsch

Bonjour,

Vous pourriez vous former à notre approche ! Vous trouverez le programme de notre formation à cette adresse http://www.gros.org/gros/activites.php. Vous pouvez également lire « Maigrir sans regrossir du Dr Zermati et « Mangez en paix » du Dr Apfeldorfer.

A bientôt peut-être !

Date : 08/11/2010 21:27

Bonjour,

J'ai 23 ans et je suis enceinte de mon premier enfant. Je pense que je souffre de troubles alimentaires depuis longtemps mais je n'en ai conscience que depuis quelques années. Par ailleurs, je suis en surpoids (je pèse 76 kilos pour 1m60).

Avant de tomber enceinte, j'essayais d'être à l'écoute de mes sensations et de "compenser" autrement qu'en me jetant sur la nourriture. De fait, j'ai perdu "naturellement" 6 kilos en quelques mois.

Depuis que je suis enceinte (3 mois environ), mon comportement alimentaire a changé, je n'ai plus faim de la même manière, ni aux mêmes moments. Je me sens fragilisée et j'ai tendance à recommencer mes crises de boulimie. Je suis inquiète et je pense que j'ai besoin d'être soutenue, aidée par un professionnel...

Que puis-je faire ? Pensez-vous qu'il est nécessaire de rencontrer quelqu'un pour avancer, régler une bonne fois pour toute ce problème et retrouver un poids de forme moindre ? La grossesse est un terrain propice aux kilos superflus et je ne voudrais pas tomber dans ce piège.

Merci d'avance !

Bonjour,

La grossesse en elle-même ne fait pas grossir mais les bouleversements qu’elle engendre peut effectivement nous déstabiliser et modifier notre comportement alimentaire. Votre faim et vos envies ont changé ? Adaptez-vous, faites-confiance à votre corps, écoutez-le comme vous le faisiez avant. En revanche, si vous constatez que vous avez tendance à manger sans faim, ou au delà du rassasiement, essayer d’analyser pourquoi. Nous vous envoyons la liste des professionnels exerçant près de chez vous afin de vous aider.

Bon courage !


 

Date : 08/11/2010 09:37

Bonjour,

J'ai 52 ans et me sens bien dans le poids de 52 kg. Or je pèse aujourd'hui 70 kgs. J'ai eu 3 enfants mais retrouvé mon bon poids après chaque grossesse. J'ai depuis toujours une tendance au grignotage et à une alimentation pas très équilibrée mais toujours réussi à perdre les kgs accumulés à coups de "yoyos" jusqu'en 1999, il y a 11 ans. A 41 ans j'ai appris que j'avais la maladie de Parkinson. La dépression consécutive m'a faite perdre 10 kgs en un an (58 kgs - 10 kgs = 48 kgs). Comment en suis-je arrivée à 70 kgs aujourd'hui ?

1° Etat dépressif (mais peu et pas actuellement d'antidépresseurs ni d'anxiolétiques)

2° Exacerbation du grignotage par les effets compulsifs et addictifs des médicaments antiparkinsoniens = pas de place à la raison dans les fréquentes compulsions hyperphagiques

3° Probablement effets de la ménopause

4° Peu d'exercices physiques

5° Interruption activité professionnelle et désorganisation : je suis seule du matin au soir en journée du lundi au vendredi.

Incapable de démarrer quelque méthode à la mode (Dukan par ex), je constate que non seulement je ne me plais plus, ne plais plus mais aussi aggrave ma maladie (qui touche la masse musculaire) ainsi que ma scoliose de 64° qui me fait beaucoup souffrir.

J'ai passé deux séjours dans une clinique d'éducation thérapeutique à Bondigoux (31) où j'ai perdu à chaque fois 6kgs en 3 semaines pas à chaque fois entièrement repris mais j'étais "coachée" et donc motivée et il n'y avait à ma portée ni placards ni réfrigérateurs.

Il faut absolument que je perde du poids aujourd'hui au moins pour mon dos que l'on veut opérer (opération lourde de 6 h).

C'est un véritable SOS que je vous lance.

Merci

Corinne Belmudes

35 rue des chênes 31270 villeneuve-tolosane

0637177690

Bonjour,

Nous vous conseillons de vous rapprocher d’un thérapeute membre du GROS pour vous aider à aller mieux. Vous apprendrez à manger de façon moins compulsive, davantage selon vos sensations alimentaires comme la faim et le rassasiement, et à faire la paix avec vous-même. Nous vous envoyons la liste des professionnels exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 06/11/2010 14:47

bonjour

il y a 4 ans et demi , j ai perdu volaontairement 12 kg.j en ai repris 8 à l heure actuelle.je n arrive plus à maigrir, la nourriture est un sujet tabou pour moi.j ai 49 ans , on est 4 à la maison et faire un repas me coute beaucoup , c est un enfer.je mange n importe quoi : jeudi midi : un demi pot de fromage blanc , 5 yaourts nature , avec du 'bon suc' ou de l aspertame , pour me donner bonne conscience + une crème brulée et je me suis retenue de ne pas en manger +.

je mesure 1m62 pour , aujourd hui 68 kg.

je suis mal dans ma peau et mal dans ma tete , j ai une grosse frustration familiale et une grande humiliation également pour un probleme que je n ai pas voulu mais subi.

je ne me remets pas de préjugés completeùment faux et d un tas de choses qui me retombent dessus , comme si j étais une personne idéale pour encaisser , voir etre le bouc emissaire.. c est long à expliquer.

sans compter aucun soutien de mon mari..une lassitude , un ras le bol de tout , qui me font me négliger et me laisser aller .je n ai de gout à rien , je lutte pour ne pas faire souffrir mes 3 enfants et pour ne pas les decevoir. (25.21 ET 18 ANS)

le soutien de mon mari , c est : me proposer un verre d alcoll , que ...helas , je refuse rarement , j' en ai marre.

pourriez vous m aider à remonter cette pente qui descend et remonte depuis 10 ans , avec laquelle je vis mais ne m habitue pas.

je voudrai avant tout etre bien dans ma peau et maigrir.

je fais 3 heures de sport par semaine , je suis femme de ménage à mi temps.

j aimerai qu on m aide et qu on m écoute.

merci

Bonjour,

Dans un premier temps un soutien psychologique semble nécessaire. C’est lorsque vous irez mieux que vous pourrez aborder le problème du poids. Vous pourrez alors apprendre à manger selon vos sensations alimentaires comme la faim et le rassasiement. Vous pourrez faire la paix avec la nourriture et avec vous-même, et peut-être perdrez-vous du poids.

Nous vous recommandons de lire « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 06/11/2010 13:37

bonjour

je n'ai pas de question pour le moment, je suis en train de lire votre livre avec passion; et je suis tombée sur ce site http://operationbeautiful.com/ que je trouve tellement en phase avec ce que vous dites sur l'estime de soi !

cordialement

FR

Date : 06/11/2010 08:16

Bonjour,

J'ai pris environ 50 kilos sur 3 ans après ma grossesse. (48kg à 96 kg pour 160cm)Je suis en permanence sous tension avec mon conjoint, qui m'avait pourtant prévenue "je n'aime pas les grosses". Bref il me fait vivre un enfer au quotidien sans aucune marque de tendresse au contraire me rabaisse sans arret, ça me fait stresser en permanence, de plus on a redéménagé de l'alsace ou j'avais un emploi au nord d'où il est originaire et ça fait un an que je cherche. On est en difficulté financière, lui profite et moi comme d'habitude je me prive. Il sort souvent et me laisse seule à la maison avec la petite. Le quitter serait la solution mais il est complètement différent quand je maigri et quand j'ai un travail.

Mes sources de stress : -pas encore de travail- pas encore d'amis (enfin d'amis à moi et pas communs ici)- problèmes financiers- problèmes relationnels et sexuels avec mon conjoint (on ne fait plus l'amour)(lui se réfugie dans le travail)- et ma fille de 3ans hyperactive ainsi que son fils 11ans qu'il me laisse en charge le week end - et tous les "impératifs" qu'il me fixe tous les jours.

Je suis épuisée, j'oublie tout, je ne sais plus dormir puis je pourrais dormir 2 jours entiers, je tremble, je perds plus que de normal mes cheveux, je suis triste (avant j'étais toujours de bonne humeur), irritable, j'ose plus sortir à cause de mon poids ni de voir mes anciens amis de peur qu'ils me voient dans cet état.

J'ai un énorme besoin de soutien, si quelqu'un est dans le même cas j'aimerai pouvoir en discuter.

Que pourrais faire ou prendre pour me relaxer ?

Bonjour,

Une thérapie avec un psychiatre ou un psychologue semble nécessaire. Il vous aidera à redevenir actrice de votre vie. Et lorsque vous irez mieux, vous pourrez probablement perdre du poids.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 04/11/2010 14:21

Bonjour

toujours très convaincue et interressée par l'approche du Gros et bien qu'ayant ma propre analyse de la question, j'aimerais savoir ce que vous pensez de la mefiance qu'engendre cette approche faite pourtant d'un certain respect, d'une façon de relativiser, et de faire , même peu, ce qui est possible tout en admettant ce qui ne l'est pas et que' parfois on ignore à l'avance. Attitude pleine d'incidence dans la façon de voir la vie.

pourquoi tant de craintes, de mefiance tant chez les gros ou lez obèses que chez les praticiens?

merci bien

Bonjour,

Cette méfiance rencontrée chez certaines personnes (patients ou praticiens) est peut-être due à leur propre restriction, à leurs propres croyances ou à leur ignorance de notre système de régulation. En tout cas il fait de plus en plus echo chez nos patients et nos collègues, et nous nous en réjouissons !

Date : 04/11/2010 07:19

bonjour,

voila, il y a deux ans j'ai suivi jusqu'a peu de temps un nutritioniste qui m'a fait perdre pratiquement 40 kg.

seulement le revers de la medaille c'est que en un an je suis en train de trop reprendre car j'ai trop restraint mon alimentaire. et je suis arrivé en phase d'hyperphagie. je suis sous prozac et je mange toujours autant surtout des gateaux au chocolat et du sucré...

aujourd'hui, je suis suivi par une dieteticienne et une psyschologue. mon objectif est de manger à ma faim et selon mes besoins et mon plaisir.

mais c'est long et je n'arrive pas à reconnaitre ma faim et ma satiete. Avez vous une methode pour que je puisse arriver à mon set point et me connaitre suffisament pour arreter de manger naturellement.

je vous remercie pour votre aide. j'ai lu tout les livres de m zermati et apferford. ( excuser moi pour l'orthographe). je ne sais pas trop comment aborder ma phase de guerison. le plus dure est pour moi de manger quand j'ai faim et de m'arreter.

aida Toumi

Bonjour,

Vous êtes sur la bonne voie, il faut persévérer. Peut-être n’êtes-vous pas en train de maigrir mais progressez-vous dans d’autres domaines comme la peur d’avoir faim ou la gestion des émotions ?

Si vous ne l’avez pas déjà fait, parlez de vos difficultés à vos thérapeutes, de votre désir de maigrir plus vite. Ils vous expliqueront peut-être quelles sont les raisons qui vous empêchent de ressentir la faim et la satiété, et dans quels domaines vous avez progressé.

Bon courage !


 

Date : 03/11/2010 17:21

bonjour je suis une jeune fille de 19ans j'avais un poids normal j'étais sportive et aujourd'hui j'ai pris aumoins &( ou éà kilo je ne sors plus de chez moi de honte et je ne cesse de manger comment faire que faire pour perdre du poids progressivement ???

Bonjour,

Cela arrive souvent de prendre du poids après l’arrêt du sport. On mange bien souvent autant qu’avant, alors qu’il y a moins de dépenses physiques. Sans parler des autres raisons qui peuvent nous faire manger au-delà de nos besoins (les soucis, la peur de grossir…)

En apprenant à être à l’écoute de votre corps, vous pourriez manger de tout, mais à votre faim, ce qui vous permettrait peut-être de perdre du poids.

Vous trouverez de bons conseils dans « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 03/11/2010 11:48

Bonjour,

Je suis actuellement gros principalement à cause d'une mauvaise alimentation. Je pense que mon mode d'alimentation est due au célibat sans enfants et à un travail pour lequel je fait de longues journées qui se terminent bien souvent après 20H. Tous ces facteurs font que je me nourrit au restaurant le midi et dans des fast-food et autre sandwicheries le soir et le week-end.

Mon autre problème d'alimentation vient du fait que j'aime manger. Quand je me retrouve au restaurant avec le choix entre des travers de porc et un petit bout de poisson, c'est toujours l'aliment le meilleur (selon mes gouts) que je choisis. Si je ne prend pas ce qui me fait plaisir cela me met de mauvaise humeur pour une partie de l'après midi.

Je souhaite perdre du poids pour des raisons de santé immédiate. J'ai actuellement une hernie discale qui le fait souffrir. Mais aussi pour des raisons de santé prévisionnelle (diabète présent dans la famille, cholestérol, maladie cardio-vasculaire, etc...).

J'ai réussit deux fois à perdre du poids, la première fois en cessant de manger le soir et en ayant une activité physique. Cela a été un vrai calvaire car j'aime manger et je n'aime pas faire du sport. La deuxième fois en réalisant un mois de travaux chez moi. Mon alimentation à été réduite faute de temps (sandwich le midi et repas équilibré le soir), de plus les travaux m'ont implicitement fait faire du sport. Cela n'a pas été contraignant, mais je ne peux pas être tout le temps en travaux, et mon travail officiel ne me procure aucune activité physique (la seule activité consiste a marcher pour aller prendre le café et pour aller au restaurant): je suis informaticien.

J'ai lu une grande partie des informations de votre site, et j'ai du mal à apercevoir une solution. Je ne souhaite ni faire de régime, ni suivre des conseils de diététicien car ce sera contraignant et pénible pour moi. Ce ne sera donc pas une solution durable. J'aimerai changer mon comportement alimentaire sans que cela me soit désagréable. Je ne sais pas quelle démarche entreprendre, ni même si c'est possible.

Pouvez-vous m'aider ?

merci d'avance.

Bonjour,

L’approche du GROS permet de faire un travail sur les sensations alimentaires, dans le but d’aider à manger selon sa faim, de tout, sans culpabilité. Il n’est donc pas question de se restreindre mais d’apprendre à être à l’écoute de son corps et de son psychisme. Aimer manger serait dans cette optique un avantage : on mange en se centrant sur le plaisir gastronomique qu’apportent les aliments, et on s’arrête lorsqu’on arrive au bout du plaisir gustatif.

Un travail sur le plan psychologique est parfois nécessaire car il arrive parfois que l’on gère ses émotions en mangeant.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 02/11/2010 17:15

Je suis assistante sociale au sein d'un établissement hospitalier. Nous prenons actuellement en charge une personne obèse, qui est incontinente fécale et urinaire. Aucune protection ne peut lui être mis (car trop étroites) et je n'ai pas trouvé de revendeurs médicaux qui fassent des protections pour obèse. Du coup, cette dame fait ses besoins sur elle et reste très dépendante des aides humaines. Cela atteint gravement son estime d'elle-même. Auriez-vous des idées pour fournir à cette patiente des changes pour obèse? La taille XXL ne lui convient pas. Merci d'avance.

Bonjour,

Nous vous conseillons de prendre contact avec Allegro Fortissimo. Cette association lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société (problèmes d'accès aux soins, mais aussi à l'emploi, au crédit, aux transports...) www.allegrofortissimo.com.

Bon courage !


 

Date : 01/11/2010 15:12

Bonjour,

Ma fille, qui est atteinte d'un syndrôme de West, c'est à dire un genre d'épilepsie rare, doit suivre un régime cétogène : elle ne mange presque que des graisses : huile, crème, lait en poudre spécial... Ca n'est pas facile pour une maman de donner ce genre de nourriture, mais je dois dire qu'ayant été la patiente du docteur Zermati pendant plusieurs mois, cela m'aide beaucoup à accepter. Encore merci à vous.

Au fait, pour vos lecteurs : sachez que quand on a un enfant handicapé, subitement on s'en fout pas mal de peser 30 kilos de trop... Arrêtons de nous faire du mal pour rien ! Non à une société Dukanisée !!! J'ai entendu ce monsieur sur France Inter ! Strictement à l'opposé de la démarche du GROS. Il a même osé cette phrase : "... les gens qui s'éloignent de ma voie..." etc.

Vite, fuyez tant qu'il est encore temps !!!

Elisabeth

Date : 01/11/2010 11:52

Bonjour,

En fait, je n'ai pas de question à poser. Je souhaitais juste dire à quel point Les docteurs Zermati et Apfeldorfer ont changé ma vie au travers de leurs ouvrages.

Grace à eux, je me suis libérée de ma vision déformée du rôle de l'alimentation. J'ai retrouvé un équilibre alimentaire quelques mois après la lecture de "Maigrir sans régime" et un équilibre émotionnel après 4 ans de psy.

Aujourd'hui, j'ai repris mes études et, après 2 ans de prépa CNED et CNAM, je suis en dernière année de DUT géni Bio option Diét. Vous avez donné à ma vie plus qu'un sens ; un objectif !

Merci

Olga Urrestarazu

Merci pour votre témoignage, longue vie à vous !

Date : 30/10/2010 18:10

Bonjour

Un programme comparable à celui des Canadiens "Choisir de maigrir" est-il prévu en France?

Merci pour votre réponse.

Bonjour,

Nous connaissons bien les Canadiens collaborant à "Choisir de maigrir" et ils ont collaboré au livre que nous avons écrit récemment, qui reflète les points de vue du GROS : « Traiter l'obésité et le surpoids, de Jean-Philippe Zermati, Gérard Apfeldorfer, Bernard Waysfeld. Editions Odile Jacob, 2010.

Nos pratiques sont voisines et nous partageons la même philosophie.


 

Date : 30/10/2010 10:51

Merci pour votre réponse au sujet de la lettre mensuelle, en plus j'ai oublié de signer! vous êtes tout excusé, le surcroît de travail c'est évident! Je suis membre d'un forum concernant votre "approche" et je vois que de jours en jours, vous avez de plus en plus d'adeptes! bravo et continuez ainsi! Lydie

Date : 28/10/2010 23:17

Bonjour,

et bravo pour cette initiative : les propos pleins de bon sens des médecins membres du GROS recoupent mon expérience personnelle.

Lorsque je suis passée à la télé en mars 1988 dans l'émission "Autrement" consacrée au corps ( sur l'ex "Antenne 2") j'étais parvenue à un poids de 78 kilos pour 155 centimètres après une série de régimes inutiles et d troubles alimentaires.

Mon parcours commence à 13 ans lorsque ma mère me met au régime Weight Watchers sans aucun avis médical alors que je pesais 42 kilos pour 145 centimètres : mes parents avaient peur que je ne m'"arrondisse " de trop ! L'année suivante à 14 ans, j'atteinds ma taille définitive, 155 centimètres et ma mère me fourre en tête que mon poids "idéal" est de 45 kilos alors que j'en pesais 49. S'ensuivent des années de régime-reprise de poids-régime-reprise de poids qui m'ont gâché ma jeunesse et une partie de mes études car cette peur panique de grossir me conduisit en 1985 à l'anorexie mentale suivie d'un réflexe "physique" de reprise de poids et d'une hospitalisation parce que je me trouvais "grosse" avec 55 kilos et que j'avais des idées suicidaires...ensuite, ce découragement parce que je n'avais pas su me maintenir en-dessous de 45 kilos m'a poussée à manger compulsivement, à faire des cures amaigrissantes et à suivre une psychothérapie. En 1988 je passe à la télé parler de l'ostracisme dont les gros font l'objet, des remarques blessantes dans la rue, des gens qui me donnent des recettes simplistes, puis je pars à l'étranger et je fais la connaissance de mon premier compagnon.

Les kilos ont fondu sans sport ni régime : mon mode de vie, l'image que j'avais de moi, ont changé car mon ami n'aimait pas les "maigrichonnes". Notre relation n'a duré qu'un an mais je m'étais finalement stabilisée autours de 58 kilos. Ensuite j'ai vécu en "célibattante" avec formations, études, stages, solitude et j'ai connu une période de précarité : je ne mangeais plus avec d'autres, je faisais comme les Américains qui "vont dans le frigo" à n'importe quelle heure et là aussi, j'ai recommencé avec les régime et les reprises de poids.

A trente ans j'ai rencontré l'homme de ma vie, nous nous sommes mis en ménage et mariés quelques années plus tard. Nous avons actuellement des jumelles adorables et je suis une femme au foyer "traditionnelle", sans emploi, comblée et qui aime faire la cuisine. Ce qui est remarquable c'est que la rencontre avec mon futur mari m'a également fait fondre sans que j'ai eu à me controler : simplement le changement de vie, le fait de prendre des repas à heures régulières, de vrais repas avec trois plats, de boire des vins choisis par lui, de cuisiner selon la saison, etc. Résultats : une stabilisation autour de 50 kilos ( parfois plus, parfois moins). Je ne m'interdis rien et nous sommes plutôt du style "végétariens" avec de la viande le week-end parce que c'est la fête.

Ma question concerne un détail mais de poids : ayant subi une double ovarectomie à la suite d'un cancer hormonodépendant, je suis actuellement en traitement anticorps ( sous herceptin) et antihormonal ( tamoxifène) dans un service où l'on me fait passer sur la balance à chaque fois et je ne supporte plus cela. J'ai 43 ans et suis "ménopausée" avant l'heure mais mon poids a toujours été depuis mon mariage "en moyenne" stable avec variations sans excès. les médecins m'ont annoncé que mon traitement et l'ovarectomie me feraient grossir à long terme et je préférerais que ceci ne soit pas controlé, que cela reste une affaire entre mon corps et moi, au vu de mon passé concernant de très forts et très malsains enjeux de pouvoirs autour de mon corps et de mon poids (dans l'anorexie, on sait ce que c'est). Un jour on m'a envoyé la diététicienne comme ça, sans demande de ma part. Pour le moment je n'ai pris que 2 kilos qui rééquilibrent au fond ceux que j'avais perdius au moment des chimiothérapies mais je n'ai pas supporté la façon dont l'infirmière l'a inscrit sur ma coyurbe, cela m'a rappelé de très très très mauvais souvenirs. 49, 51 ou 52, pas de quoi s'affoler. Mais je ne supporte pas le regard de quelqu'un d'autre que moi sur mon poids, le commentaire "vous grossissez" etc. quand il n'y a pas lieu de s'inquiéter. La maladie que je traverse me fait paradoxalement moins souffrir dans la tête que les troubles alimentaires ou les inquiétudes de poids dont j'espérais être débarrassée. Je ne veux pas que cela recommence avec les prises de poids et surtout avec la pression pour que je maigrisse ou grossisse, j'ai eu ma dose ! je fais attention à ne pas faire d'excès ni dans un sens ni dans l'autre et à manger sainement au vu de ma maladie, appréciant aussi les repas en famille et le bon vin ( surtout qu'il y en a de bons dans ma région).

Que faire ? Puis-je demander au médecin de ne plus passer sur la balance avant les injections ? Cela peut paraitre vraiment futile au vu de la gravité de ma maladie, mais c'est comme un rappel de toutes ces années de troubles alimentaires que j'ai traversées, il y a eu trop de "médical" , trop d'obsession du poids autour de moi et pas assez de "bonne" nourriture. C'est aussi la raison pour laquelle je ne veux pas consulter le Nième "psy" : je préfère le bon sens, la convivialité, les vrais amis, la famille.

Bonjour,

Vous avez raison, votre corps vous appartient, et personne ne devrait s’autoriser à vous faire de remarques, sans connaître grand chose de votre parcours, sans comprendre ce par quoi vous êtes passée. Vous pouvez effectivement demander au médecin de ne plus être pesée, expliquez-lui que vous gérez la chose de votre côté. Mais cela n’empêchera pas le corps médical de penser ce qu’il pense. Mais vous, vous savez, !Alors laissez aux autres, à certains membres du corps médical leurs idées toutes faites…

Bon courage !

Date : 28/10/2010 18:30

exixte t-il un système de coetching en ligne qui pourait maider à progreser et à tenir le coup dans ma demarche de reconciliation avec la nouriture car jais souvent le moral en baisse

Bonjour,

Désolés nous n’avons pas mis en place de coaching par internet, mais peut-être pourriez-vous vous rendre au cabinet d’un thérapeute membre du GROS ? Vous en trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20)

Bon courage !

Date : 26/10/2010 16:16

Je voulais juste vous remercier pour votre excellent livre. J'avais déjà essayé de le mettre en pratique mais j'avais grossi ! Mais j'ai trouvé d'où venait le problème : le café me donnait faim, ou plutôt une sensation de faim. Je l'ai complètement supprimé et depuis je suis vos conseils avec plaisir. Je suis étonnée de voir pendant combien de temps je ne mange pas, moi qui grignotais sans arrêt. Je me sens mieux, je mange avec plaisir et je crois que j'ai minci (d'après ce que me disent mes jupes). Mes biscuits de secours restent dans les placards, tiroirs et vide-poches. Merci mille fois de m'avoir sauvée de la restriction cognitive !

Nous en sommes très heureux. Bonne continuation !

Date : 26/10/2010 08:37

Bonjour,

Gràce au livre du Dr Zermati (maigrir sans régime) j'ai pu me sortir de la boulimie et de la restriction cognitive.

actuellement, le plus difficile pour moi c'est de repérer ma sasieté...

est ce un mécanisme qui s'affine dans le temps, au fur et à mesure, vais je mieux le détecter ?

après tout, mon corps est capable, et je le sens très bien, de me signaler quand je n'ai plus soif, c'est inné !

j'essaye de manger lentement, d'etre attentive au gout....

Bonjour,

Bravo vous êtes sur la bonne voie. Le rassasiement se perçoit à condition :

- d’avoir faim au départ

- de manger lentement

- et de déguster.

Cela ne se situe pas au niveau de l’estomac, mais effectivement au niveau du goût de l’aliment dont nous allons percevoir un changement. Nous avons l’impression qu’il devient moins bon, en fait nous sommes juste rassasiés.

Bon courage !

Date : 25/10/2010 21:44

Bonjour,

Je viens vers vous, car j'ai des problèmes de comportement alimentaire. Je ne suis pas, selon l'IMC, en surpoids puisque je fais 1.68m et pèse 63kgs, mais je me sens mal dans mon corps et dans ma relation aux aliments. J'ai lu les livres du Dr Apfeldofer er DR Zermati il y 2 ans ce qui m'avait bien aidé car je faisais 57 kgs, poids dans lequel je me sentais bien, et manger était un plaisir. Il y a un an, j'ai arrêté de fumer et j'ai pris 6kgs, je suis à nouveau obnubilée par les aliments, et suis pris parfois par des excès alimentaires qui me font énormément culpabiliser. j'espère un jour pouvoir avoir une relation saine avec mon corps et les aliments. J'ai fait une psychothérapie de type clinique pendant un an qui m'a bien aidée, et suis consciente du lien prise alimentaire et émotions, mais c'est plus fort que moi et les difficultés sont toujours bien présentes ! merci de m'aider !

Bonjour,

Vous pouvez espérer vous débarrasser de votre relation gênante avec la nourriture en approfondissant le sujet de la gestion des émotions. Nous vous recommandons de reprendre contact avec votre thérapeute, ou avec un thérapeute membre du GROS, pour parvenir à guérir.

Bon courage !

Date : 25/10/2010 18:31

Bonjour,

J'ai lu avec passion vos ouvrages mais j'ai besoin d'un soutien en cabinet. J'habite à Londres. Connaissez-vous des adresses de praticien ayant la même démarche que la vôtre en Angleterre?

Je vous remercie d'avance,

Anne.

Bonjour,

Désolés, nous ne connaissons pas de collègues pratiquant notre approche en Angleterre. Peut-être trouverez-vous un thérapeute français acceptant de travailler par téléphone ou par mail.

Bon courage !

Date : 25/10/2010 16:40

que pensez-vous des régimes :

- NatureHouse

- Jenny Graig

sur un an j'ai perdu 15kg (sur 30 désirés) et j'en ai déjà repris 12 !! que faire ?

Bonjour,

Il est encore temps de changer de méthode ! Nous savons que les régimes font grossir, en voici encore une preuve, s’il en fallait….

Notre approche permet de se réconcilier avec la nourriture, mais aussi avec son corps, ce qui peut aider à perdre du poids. Il s’agit d’apprendre à reconnaître les signaux de faim et de rassasiement, mais aussi de faire un travail sur ses émotions qui nous font parfois manger.

Nous vous recommandons de lire « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 23/10/2010 11:06

Une question toute simple: j'adore les lettres mensuelles que je lis avec attention,depuis le mois d'août il n'en est plus paru? j'attends avec impatience... MERCI

Je suis en retard. Beaucoup de travail ! Vous m’en voyez désolé. Mais ça fait du bien de savoir que mes lettre sont attendues.

Dr G. Apfeldorfer

Date : 18/10/2010 19:58

Bonjour,

je vous avais contacté au mois d'août dernier pour avoir votre avis sur le produit "Lovamine" (à base d'acides aminés), qui paraît assez simple, naturel et sans danger. Qu'en est-il vraiment ? Qu'en pensez-vous ?

Merci d'avance !

Bonjour,

Il s’agit d’un produit à base de plantes, censé augmenter les dépenses énergétiques de l’organisme et diminuer l’envie d’aliments gras et sucrés. Le rêve ! Quoique… quel dommage de se passer de bons aliments comme le fromage et les pâtisseries !

Rien ne vaut pour l’instant l’écoute du corps et des sensations alimentaires. C’est la seule façon de donner à son corps ce dont il a besoin, sans se restreindre, et perdre du poids si c’est possible.

Bon courage !

Date : 18/10/2010 12:20

bonjour,

après maintes et maintes régimes, entre pertes de 2 kilos et les reprises, j'ai pris enfin 1 mois de vacances et là sans rien faire, en ne me privant pas, je perds 2 kilos.

j'ai fait tous les tests, hormones, diabète, cholesterolet thyroide et tout est normal.

alors pourquoi, je ne peux pas perdre SEULEMENT 35kg sur les 135 (1m74) ? pour faire mon 3ème enfant ? j'ai quand meme 36 ans. non mais !!!!

il y a aussi un inconvénient : je vis en allemagne et ne parle pas cette langue....

merci

m-c

Bonjour,

En vacances, sans vous priver, vous avez perdu 2 kilos. C’est étonnant ? Pas tant que ça, nous savons que toute privation induit une frustration qui pousse encore plus à manger. Voilà un beau cercle vicieux !

De plus, bien des personnes mangent pour éviter des émotions pénibles. En vacances, souvent, c’est moins nécessaire.

A défaut de pouvoir consulter un thérapeute du GROS en Allemagne, nous vous conseillons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati, en français dans le texte. Vous y apprendrez comment manger selon vos besoins, ce qui vous permettra peut-être de perdre du poids.

Bon courage !

Date : 14/10/2010 14:46

bonjour,

j'ai fait un régime tres strict j'avais perdu 53 kg en a peine 1 an mais depuis j'en ai repris mais pas tout car maintenant je fais de la boulimie .

avez vous une solution pour m'en sortir ?

merci

Bonjour,

Aujourd’hui nous savons que les régimes ne permettent pas de maigrir à long terme. La frustration qu’ils induisent, surtout s’il sont très stricts, nous pousse à consommer les aliments dont nous nous privons. C’est alors que nous ne parvenons plus à contrôler la reprise de poids.

Heureusement nous savons aussi qu’il est possible de faire autrement : en apprenant à être à l’écoute de son corps, en mangeant de façon régulée, c’est-à-dire lorsque nous avons faim, ce qui nous fait envie, jusqu’à ce que nous n’ayons plus faim.

Nous vous recommandons de lire cette page sur notre site http://www.gros.org/regimes/que-penser.php. Vous comprendrez pourquoi les régimes font grossir, et comment il est possible de faire autrement.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 14/10/2010 11:25

Bonjour

Mon taux de triglycéride est trop élèvé.

J'ai fait des recherches pour trouver des aliments pour le faire baisser mais il y tant de contractions

Quels sont les meilleurs aliments pour mon problème (je connais ceux à éviter...) pouvez vous m'aider ?

Merci

Bonjour,

Si vous connaissez les aliments à éviter, vous pouvez manger tous les autres, selon votre appétit. Il n’existe pas d’aliment faisant descendre le taux de triglycérides.

Bon courage !


 

Date : 13/10/2010 20:27

je souhaiterais participer a un echange d'expériences sur les difficultés que l'on rencontre pour modifier notre comportements alimentaire et par la même se ressourcer afin de progresser sur la bonne voie : celle de l'arret des regimes qui font reprendre du poids à chaque fois ; j'en suis revenue! mais j'ais du mal a rester "paisible" devant la nouriture et ne plus calculer mentalement que tel ou tel aliment est mauvais

je pense avoir compris que rien n'est mauvais et qu'il suffit de manger calmement et savoir s'arretter quand on n'a plus faim , ça parait simple!! et pourtant reconnaitre l'effet de satieté n'est pas facile quand on a privé son corps et son esprit depuis 45ans j'ai 54ans et depuis petite j'ais du subir x regimes qui font qu'aujourdhui je pese 90 kg pour 1m52!!!! bonjourd yoyo!!

je vous remercie par avance pour votre reponse

NICOLE

Bonjour,

Nous n’avons pas à notre connaissance de forum dédié précisément à cette discution, mais peut-être trouverez-vous une oreille attentive sur le forum de l’association Allegro Fortissimo. Il s’agit d’une association luttant contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société. Voici leur adresse : http://www.allegrofortissimo.com

Bon courage !


 

Date : 10/10/2010 02:07

Bonjour,

Je suis très convaincue par votre approche, que malheureusement j'ai du mal à mettre en pratique, faute d'avoir consulté un comportementaliste.
L'an dernier, je me suis rendue compte que j'avais du cholestérol et une glycémie (très légèrement) augmentée. J'ai donc entrepris de changer mon alimentation selon les principes de Jennie Brand Miller en me basant sur la notion d'IG et de charge glycémique. Je n'ai pas trouvé cela compliqué et surtout j'ai perdu du poids pour arriver à un IMC normal, et mes analyses sont meilleures. Que pensez vous de cette approche, et surtout, est elle exclusive de celle du GROS?

Merci

Bonjour,

Il s’agit d’un régime, c’est-à-dire d’un moyen pour contrôler son alimentation. Vous avez perdu du poids et amélioré vos constantes sanguines et c’est très bien. Mais le risque est de tout relâcher tôt ou tard.

Aujourd’hui des études montrent que les aliments riches en cholestérol n’ont pas d’incidence sur notre taux de cholestérol. Notre corps fabrique naturellement du cholestérol, et pour certains d’entre nous, en trop grande quantité. Quant à la glycémie (le taux de sucre dans le sang) elle est sensible à la surcharge pondérale, mais c’est seulement en cas de diabète avéré qu’il est légitime d’encadrer la consommation des produits riches en sucres.

Bon courage !

Date : 07/10/2010 15:16

Bonjour,

avez-vous réalisé une analyse du régime Dukan ?

Car si oui, je ne le trouve pas ...et ça m'intéresserait bien de lire votre avis vu l'expansion et la popularité incroyable de ce régime.

Je l'expérilente moi-même dans un but de perdre juste 4 kilos.

J'ai été très intéressé par l'émission scientigique sur France Inter et je me questionne...

Merci,

F.E

Bonjour,

Ce régime, malheureusement à la mode depuis quelques mois, est en train de faire des ravages. Il s’agit d’un régime hyperprotéiné très strict. La perte de poids est souvent rapide (c’est là l’origine de son succès), avec des carences nutritionnelles, de la fatigue, mais surtout une intense restriction.

Et tout cela prépare le terrain de la futur reprise de poids. Effet yoyo garantit et troubles du comportement alimentaire en vue ! A fuir !!!

Bon courage !


 

Date : 07/10/2010 12:24

Bonjour,

Notre société (lingerie SIMONE PERELE) fabrique désormais des articles Bonnet G et H. Afin de tester le bien aller de nos produits, nous recherchons des volontaires habitant ORLEANS pour essayer ponctuellement des articles taille 95H, 95G, 100G,105G.Une parure sera offerte en échange de ce service. Vous est-il possible de diffuser cette information ? Je vous remercie

Date : 05/10/2010 18:22

Bonjour, j'ai 66 ans, je mesure 1m75 et actuellement je pèse 90 kg. Depuis mon adolescence, je lutte contre les kgs, j'ai dû faire des dizaines de régimes dans ma vie, toujours suivis de reprise de poids, ce qui confirme ce que vous écrivez dans de nombreux articles sur votre site. Je ne m'accepte pas avec autant de kgs en trop, mais en plus, j'ai deux raisons médicales qui devraient me pousser à maigrir et à faire très attention à ne pas reprendre les kilos perdus : j'ai des problèmes lombaires importants, et j'ai déjà subi 2 interventions sur le dos, et devrais, aux dires du chirurgien consulté dernièrement, en subir une 3è. Mais je refuse pour l'instant. Il m'a recommandé évidemment de maigrir pour soulager mes vertèbres... la 2è raison, c'est que je fais des apnées du sommeil importantes, et que je dois dormir avec un appareil sinon, je risque des ennuis comme faire un avc ou un problème cardiaque... Je pense qu'il est vraiment temps que je perde de nouveau du poids mais comment être sûre de tenir le coup sur une longue période, comment rester vigilante ensuite pour ne rien reprendre ? si je devais consulter un "professionnel", lequel serait approprié pour m'aider ? j'ai cherché sur internet des forums de "soutien" de partage d'expériences mais je ne trouve que des sites prêts à vous vendre du "coaching" ou des médicaments ! merci de votre réponse.

Bonjour,

Nous comprenons votre crainte de vous engager dans une énième démarche pour perdre du poids. Les problèmes de poids étant souvent multifactoriels, notre approche prend en compte beaucoup de paramètres. Ainsi apprendre à être à l’écoute de ses sensations alimentaires comme la faim et le rassasiement, ou apprendre à faire la paix avec les aliments, à ne plus avoir peur d’eux, ou apprendre à vivre avec ses émotions pour qu’elles aient moins d’impact sur notre comportement alimentaire, vous permettrait probablement d’aller mieux et de perdre peut-être du poids, et si c’est la cas, plus durablement qu’avec un régime.

N’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 05/10/2010 15:27

Bonjour, je mesure 1m50, pèse 63kg, j'ai pris 8 kg en 1 an suite à un changement de vie . J'ai décidé de manger selon mes besoins en respectant mes besoins et mes désirs, et je pratique assidument le sport, environ au minimum 5h par semaine. Je n'aime pas manger souvent ni de la viande ni du poisson, cela m'arrive une à deux fois par semaine pas plus. Pensez vous que l'orsque l'on fait minimum 5h de sport par semaine (taï chi chuan et aquagym tonic) la viande ou le poisson est indispensable ?

Bonjour,

Les besoins en protéines dépendent de chaque individu, même s’il y a une pratique de sport intensive. Et nous pouvons en trouver ailleurs que dans la viande et le poisson. Les œufs, les laitages, les céréales et légumes secs apportent aussi des protéines. Ainsi peut être n’êtes vous pas carencée. Le tout étant de trouver un juste équilibre et d’être à l’écoute de votre corps, de ne pas le contraindre, de ne pas le forcer pour obtenir ce que vous souhaitez. L’acte alimentaire et la pratique du sport doivent rester des plaisirs avant tout.

Bon courage !

Date : 04/10/2010 13:51

Bonjour,

Après quelques régimes équilibrés qui me satisfaisaient jusqu'aux périodes de vacances (et de relâche), puis un basculement dans la compuslion à la moindre idée de régime, j'ai découvert "maigrir sans régime" qui m'a sortie de la compulsion. J'étais de nouveau bien avec la nourriture.

Par contre, je ne peut pas suivre mes sensations durablement alors que je les ressens à peu près bien.

Pourquoi ? Parce que tout simplement j'ai découvert que je n'avais pas besoin de manger beaucoup, et que faire un repas de quelques bouchées me déprime.

J'ai le livre "peut-on maigrir sans regrossir". Mon set-point ne cesse d'augmenter (2kg/an depuis 3 ans !). Est-ce sans espoir d'inverser la tendance ?

Bonjour,

Bravo pour votre parcours ! Parvenir à manger de façon régulée après des années de régime n’est pas simple. Aujourd’hui vous en êtes arrivée à la conclusion que vous aviez besoin de peu manger pour vivre, ce qui semble vous frustrer et être à l’origine de votre prise de poids. Ainsi nous ne pensons pas que ce soit votre set-point qui augmente.

Pour accepter de manger peu, mais juste en fonction de ses besoins, il faut être exigeant avec soi-même en étant à la recherche du plaisir maximum le plus souvent possible. Ce sera le cas si vous mangez en ayant faim, ce qui vous fait le plus envie, avec des aliments de qualité, et en les dégustant.

Bon courage !

Date : 04/10/2010 11:55

Bonjour

Je suis novice dans votre facon de percevoir les choses, degustation, plaisir des aliments pour arriver a manger moins....etc je ne demande qu'a voir si cela marche mais lorsque je lis un peu votre site, je me demande si tout ceci n'est pas uthopique et quelque part ne se moque pas de la vrai pathologie des personnes obeses qui souffrent d'un vrai probleme psychologique. Demanderiez-vous a un alcoolique de boire un seul verre au lieu de terminer sa bouteille de whisky, en degustant chaque gorgee en cherchant les saveurs et mettre des mots sur ce qu'il ressent!!!!??? Ou a un accroc a la cocaine de ne s'injecter qu'une toute petite quantite plutot que sa dose habituelle....peut etre mon intervention vous parait absurde mais la personne qui a vraiment un trouble du comportement alimentaire se voit difficilement effectuer les exercices que vous preconisez. J'aimerais vraiment etre en contact avec des gens qui ont perdu des dizaines de kilos en suivant ce programme.

merci

Bonjour,

Nous comprenons votre questionnement. Notez que la nourriture n’agit pas comme une drogue au sens où il n’y a pas d’accoutumance, ni de syndrome de sevrage, et que manger est indispensable à la vie.

Vous avez parfaitement raison : manger sur un mode intuitif, en écoutant ses sensations alimentaires n’est pas possible si les problèmes psychologique et émotionnels sont au premier plan. Si c’est le cas , il convient de travailler sur ces aspects, et c’est bien ce que nous préconisons, si vous nous lisez bien.

Nous n’accompagnons pas tous nos patients de la même façon. Ainsi tous nos thérapeutes sont-ils soucieux de comprendre les particularités de chacun et de leur proposer une prise en charge adaptée.

Bon courage !


 

Date : 04/10/2010 10:47

Bonjour,

un de mes patient est en surpoids et incontinent. Son tour de taille dépasse 180cm.

Je suis à la recherche de changes complets spécifiques. J'ai trouvé des marques américianes mais rien sur le marché français.

Pouvez-vous m'aiguiller ?

Merci

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !

Date : 01/10/2010 14:40

Bonjour,

Nous sommes le premier Octobre, et nous n'avons toujours pas la lettre de Septembre. Je suis inquiète, que se passe-t-il ? Déjà qu'une seule lettre par mois me fait rester sur ma faim... de lecture !

Cordialement,

Anne Mahé

Je suis en retard. Beaucoup de travail ! Vous m’en voyez désolé. Mais ça fait du bien de savoir que mes lettre sont attendues.

Dr G. Apfeldorfer


 

Date : 29/09/2010 22:04

Bonjour,

Lectrice du GROS depuis de nombreuses années, j'ai consulté une diététicienne et un médecin du GROS pendant plusieurs années mais sans succès. Je suis en psychothérapie depuis plusieurs années également. A la lecture du livre "Traiter l'obésité et le surpoids", je me rends compte qu'il faut travailler sous différents angles alors que je n'ai fait que 2 approches. Je ne sais plus quoi faire et à qui m'adresser pour une aide thérapeutique intégrée. Merci pour votre attention.

Bonjour,

Il existe très peu de groupes de travail pluridisciplinaires « GROS » en France. Sans connaître votre cas, et pour vous aider, peut-être savez-vous ce qui vous permettrait de progresser : travail corporel avec un psychomotricien, sophrologie, activité physique, arthérapie…

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat au 01.53.76.32.20 afin de savoir si vous êtes dans la zone géographique de ces quelques centres.

Bon courage !

Date : 29/09/2010 09:15

Bonjour

Je suis maman d'une petite Pauline de 7.5 ans actuellement elle pèse 38 Kg pour 1.27 m. Elle est suivie depuis 2 ans par des professionnels pour stabiliser son poids, mais sans résultats. J'essaye le plus possible d'equilibrer son alimentation sans en faire une phobie pour elle, seulement elle se plaint d'être trop grosse et fond en larme assez souvent pour cela. Il y a 1 an j'ai consulter le pédiatre pour voir si elle ne serai pas dépressive le résultat est négatif. Aidez moi je ne sais plus que faire et j'ai peur des conséquences psycologiques pour elle

Bonjour,

Aujourd’hui nous savons que manger équilibré ne permet pas de réguler le poids, loin de là.

La prise de poids d’un individu, y compris d’un enfant, est toujours multifactorielle. C’est pourquoi il est important de prendre en charge l’enfant dans sa globalité, y compris sa famille. Nous vous recommandons de prendre contact avec un thérapeute du GROS, préférentiellement un nutritionniste ou un diététicien, afin de faire le point et de vous aider pour que Pauline aille mieux. Vous obtiendrez la liste des thérapeutes auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

En attendant, nous vous conseillons de lire « La naissance du goût » de Nathalie Rigal et « Mangez en paix » du Dr Apfeldorfer, dans lesquels vous trouverez de précieux conseils.

Bon courage !


 

Date : 28/09/2010 10:38

bonjour,

nous avons adopte 2 garcons en 2006. le deuxieme presente a ce jour un probleme vis a vis de la nourriture. il ne sait en fait pas reconnaitre quand il a suffisamment mangé. Nous avons pensé au debut que les choses s'arrangeraient d'elles meme avec la prise de conscience que la nourriture ne manquait pas (et ne manquerait pas) ici. Or si son frere aine s'est effectivement regulé de lui meme apres 6 à 12 mois, il n'en est pas de même pour le second. Actuellement son poids arrivé en limite supérieure par rapport au courbe de croissance de son âge (voir la dépasse). J'aimerais savoir comment ( de façon pratico pratique)lui faire prendre conscience qu'il a atteint la satiété. En effet quand je lui explique qu'on s'arrête qd on a plus faim, il me répond qu'il a toujours faim. Existe t il des jeux, des facons de faire pour faire prendre conscience à un enfant quand il a atteint la satiété?

Bonjour,

Vous avez raison, peut-être a-t-il manqué de nourriture avant d’arriver dans votre foyer, ainsi peut-être a-t-il besoin d’être sûr qu’il pourra manger autant qu’il le souhaite, et même trop ? Peut-être perçoit-il qu’il est limité, non par manque cette fois-ci, mais pour ne pas grossir. Essayez de le laisser faire, acceptez qu’il mange trop, passé ce cap, reviendra-t-il peut-être à des quantités correspondant à ses réels besoins.

Si ce n’est pas le cas, et qu’il ne perçoit réellement pas le rassasiement, demandez-lui comment il se sent après les repas, et s’il a trop mangé, si c’est agréable pour lui ou pas. Et autorisez-le à manger moins au repas suivant s’il a trop mangé avant.

Vous pouvez cuisiner des plats venant de son pays, racontez-lui des histoires, enrichissez les aliments de valeur sentimentale. Tout cela permet de mieux se rassasier : de nourriture, et d’amour.

Vous trouverez de précieux conseils dans « La naissance du goût » de Nathalie Rigal et « Mangez en paix » du Dr Apfeldorfer.

Si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute membre du GROS, dont vous obtiendrez la liste auprès de notre secrétariat (01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 27/09/2010 17:30

Bonjour,

Savez-vous s'il existe des études démontrant qu'il est préférable (du point de vue de la prévention de l'obésité ou autre considération de santé) de manger à heures fixes ou de manger au moment où on ressent la faim ?

Je vous pose cette question pour une amie, qui a perdu la garde de son fil au motif, entre autres, qu'elle le laissait manger non pas forcément aux sacro-saintes heures de repas mais quand il avait faim (et, de même, dormir quand il avait sommeil).

Or, selon la psychologue entendue lors du jugement, cela serait néfaste.

Fautre de pouvoir démonter un argument qui ne repose sur rien de clair mais paraît communément accepté, nous souhaiterions connaître le point de vue médical, sachant par ailleurs que le garçon en question ne présente pas de problème du comportement alimentaire...

J'espère que ma question n'est pas trop hors-sujet, ce forum est le seul pour l'instant où j'ai lu des arguments qui me paraissent très clairs en faveur du respect des sensations naturelles de faim, satiété...

Merci,

Sophie

Bonjour,

Il existe différentes études qui ont montré que le nombre de repas faits dans la journée ainsi que les horaires n’influent pas sur le poids. Mais nous ne connaissons pas d’étude scientifique contrôlée qui se serait intéressée à une comparaison entre repas selon les sensations alimentaires et repas à heures fixes. C’est dommage et elle reste à faire.

Bon courage !

Date : 25/09/2010 21:59

commet puis attaquer comme régime alors que je pèse 76 kg pour 1,54m et n'arrire pas à perdre l'ombre d'un gramme en mangeant correctement?? je n'en peux plus de me traîneravec ce fardeau QUE FAIre ?????????????????

Bonjour,

L’approche du GROS permet de faire un travail sur son rapport avec la nourriture, sur ses sensations alimentaires, et ses émotions qui font éventuellement manger.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 24/09/2010 13:58

Ayant eu des problèmes de santé, j'ai du être suivie par un psy et suis sous traitement de Dépakote (1250mg/j).

Depuis le début de ce traitement, j'a pris 10 kgs alors que j'en avais déjà 5 à perdre. Ma psy me dit que c'est du au traitement et que je ne pourrais perdre que 2 ou 3 kgs em voyant en médecin spécialisé en trouble des comportements alimentaires. Elle en connait un mais la séance de 50 € n'est pas remboursée.

Pourrais je savoir si vous avez eu un ou plusieurs cas similaires au mien et vers quelles solutions puissent m'orienter?

Avec mes remerciements

Bonjour,

Effectivement, ce médicament a comme effet secondaire de faire prendre du poids. Ce n’est pas systématique mais cela arrive souvent. Le sachant, essayez de limiter vos portions afin de limiter la prise de poids. Le mieux serait de vous faire un aider d’un thérapeute mais si le prix des consultations vous arrête, nous vous recommandons de lire « Mangez en paix » du Docteur Apfeldorfer ou « Maigrir sans régime » du Dr Zermati. Vous y apprendrez comment nous corps est capable de se réguler, comment l’on peut manger de tout, et comment faire peut-être la paix avec la nourriture.

Bon courage !


 

Date : 21/09/2010 21:36

bonjour, j'ai 29 ans, je fais 63kg pour 1M56, je suis en léger surpoids mais avant tout je veux me sortir de l'engrenage des régimes qui me gachent la vie et qui m'ont fait prendre plus de 10 kilo. J'ai lu le livre du Dr Zermati, mais je ne comprend pas une chose. J'ai bien compris qu'il fallait manger selon sa faim et s'abstenir quand la faim n'ést pas ou plus là. Cependant, je ne comprend pas une chose: si je ne mange que quand j'ai faim et que je m'arrête quand ma faim cesse, mais que je mange ds aliments peu dietetiques (pizza, biscuits, hamburger, pâtes en sauce...),est ce que je ne grossirais pas forcément étant donné qu'ils sont très caloriques er qu'ils vont forcément faire dépasser le nombre de calorie que je dois manger par jour, même si je les mange à ma faim? après tant de régime et de principes diététiques, je n'arrive pas à trouver cela rationnel et donc je me bloque et je ne m'en sors pas.

merci de votre réponse

Bonjour,

Nous comprenons vos questions. Il n’est pas simple de s’y retrouver aujourd’hui. Mais réfléchissons : si un aliment est plus calorique (comme les pizzas, les biscuits, les hamburgers…), n’est-il pas aussi plus rassasiant ? Lorsque nous mangeons ces aliments, nous arrivons à notre compte de calories plus rapidement, c’est-à-dire avec de plus petites quantités, qu’avec des aliments moins caloriques comme le blanc de poulet ou les haricots verts. Donc non, vous ne grossirez pas en mangeant ces aliments à votre faim. Faites-vous confiance, et pensez à déguster lorsque vous mangez.

Bon courage !

Date : 20/09/2010 09:16

Bonjour,

J'ai 41 ans, mesure 1,58 mètre pour 105 kilos, je suis bipolaire de type 2 (psychose maniaco-dépressive) et suis stabilisée grâce à un traitement médicamenteux assez lourd (antipsychotiques, neuroleptiques, thymorégulateurs, anti-dépresseurs, anxioltiques et somnifères). Bien que mon psychiatre soit favorable à une opération de bypass gastrique, j'ai lu que vu mes troubles psychiques, un chirurgien refusera de m'opérer. J'aimerai connaître votre avis éclairé. Merci d'avance.

Bonjour,

Il nous est malheureusement difficile de nous prononcer sans connaître votre dossier. Différents paramètres peuvent orienter la décision du chirurgien. Le meilleur moyen est de le rencontrer pour être avisée.

Bon courage !

Date : 16/09/2010 01:58

Bonjour,

Je suis une femme de 32 ans, je pèse 90 kg pour 1,65 et depuis une semaine je rééquilibre mon alimentation avec une base de 1600 K/cal mais voila non seulement je n'est pas perdu un gramme mais en plus j'ai pris un kilo!!

Je ne comprend absolument pas, dois je changer quelque chose ?

Bonjour,

Ce qui vous arrive est la preuve que le fonctionnement de notre corps est subtil, raffiné, et parfois capricieux ! Nous ne pouvons pas le maîtriser, c’est lui contrôle les choses. Privez-le d’aliments, de plaisir, de calories, il se rebellera. Le mieux est plutôt d’en faire votre allié et d’être à son écoute : manger quand vous avez faim, ce qui vous fait envie, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim. Vous respecterez ainsi ses appétits spécifiques, et si vous êtes au dessus de votre poids de forme, vous pourrez peut-être perdre du poids.

Vous pouvez apprendre à manger de façon régulée dans les ouvrages suivants : « Mangez en paix ! » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Ou bien encore vous faire aider d’un thérapeute du GROS en contactant notre secrétariat au 01.53.76.32.20 pour connaître la liste de ceux exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 12/09/2010 11:04

Bonjour ,

Votre méthode s'adresse-t'elle aussi aux personnes qui souffrent d'obésité morbide ?

J'ai atteint cet été un IMC de 48 et je ne m'en sors plus dans mon quotidien ; j'ai besoin d'aide .

J'envisage de consulter en hopital de jour , mais cela me fait peur , à cause d'expériences désastreuses en médecine classique il y a quelques années (propos tout simplement ineptes et prescriptions pour des produits dangereux , comme par exemple des amphétamines à aller chercher dans un pays voisin , ou un diurétique dont le principal effet secondaire est la dépression ).

En lisant votre site , je trouve vos propos raisonnables et respectueux , tenant compte de la personne dans son ensemble .

Les causes de mon obésité sont identifiées , je suis en psychothérapie depuis plusieurs années maintenant

Ma question est de savoir si les thérapeutes qui travaillent avec vous peuvent m'aider , au stade où j'en suis (142 kg ) .

( je n'ai pas d'objectif déraisonnable )

Merci pour votre réponse !

Joséphine

Bonjour,

Oui notre approche s’adresse à tout le monde, quelque soit l’indice de masse corporelle. Malgré tout, il n’est malheureusement pas toujours possible de perdre du poids. Un travail avec l’un de nos thérapeutes vous permettrait de faire le point avec votre comportement alimentaire et de voir s’il est possible de maigrir ou pas.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 10/09/2010 20:53

bonsoir, je voulais vous remercier du précieux travail que vous avez effectuer ces dernières années et qui ont abouti à ce recueil d'informations (enfin) intelligentes, claires et utilisables - à contrario des méthodes et régimes farfelues et fous que nous avons pu connaitre , surtout les femmes, depuis plus de quarante ans !! c'est dire si cela fait du bien .-)

j'utilise vos résultats avec mes patientes -je suis psychologue spécialisée en tcc - et en grande majorité la prise de conscience de leurs sensations de faim est un des éléments primordiales de leurs progrés, conjointement au travail de restructuration cognivite et de gestion du stress.

mes félicitations et mes remerciements

caterine gendre

Merci pour vos encouragements. Nous faisons de notre mieux !

Date : 05/09/2010 21:58

Bonjour,

Voilà, une question me turlupine depuis quelques jours et je me permets de vous en faire part.

Grâce au livre "maigrir sans régime" du Dr Zermati, j'ai réussi à sortir d'un TCA assez conséquent, qui a été le résultat d'un régime beaucoup trop restrictif.

Après avoir appris à reconnaître les signaux de mon corps et de lui faire confiance, je me considère actuellement comme une mangeuse régulée!

J'ai retrouvé mon set point (62kg pour 164 cm), et après une magnifique grossesse et une prise de poids de 20kg, j'ai quasiment retrouvé mon poids initial en 4 mois, sans régime ni rien, seulement en étant à l'écoute de mes sensations.

Mais voilà, ombre au tableau, on m'a décelé un Ca. de la thyroïde pour lequel je vais devoir l'enlever. Je suis inquiète par rapport à cela mais aussi quant au traitement de substitution. En effet, est-ce que le traitement jouera-t-il un rôle sur ma régulation? Avez-vous des témoignages sur le sujet?

Merci d'avance pour votre réponse!
Rébecca Rod. Suisse

Bonjour,

Bravo pour le chemin parcouru !

Mais voilà que votre thyroïde vous joue un tour. Il est possible qu’au départ, lorsque votre endocrinologue cherchera le bon dosage pour compenser l’absence de cette glande, votre appétit fluctue : tantôt très faim, tantôt moins faim.

Le sachant, et puisque désormais vous vous connaissez bien, mangez un peu comme vous l’auriez fait avant l’opération. Vous pouvez vous pesez de temps en temps pour vérifier que vous ne vous trompez pas.

Désolées, nous n’avons pas de témoignages à vous communiquer sur ce sujet.

Bon courage !

Date : 30/08/2010 16:31

Bonjour,

A la lecture des livres du Dr Gérard Apfeldorfer, je voulais vous questionner sur un point : n'est ce pas un peu contradictoire de proner la régulation dans "mangez en paix" en mangeant à sa faim tout type d'aliment, et dans " maigrir, c'est dans la tête" de conseiller dans le chapître de la clef de la modération de se restreindre, de se priver, de compter ses calories...

Merci de votre réponse, cordialement

Merci de m’avoir lu si attentivement.

Dans le chapitre sur la modération de « Maigrir, c’est dans la tête », je fais clairement la différence entre se restreindre et se modérer. Se modérer, c’est écouter ses sensations de rassasiement, et s’arrêter de consommer à ce moment-là.

La modération, c’est ce que préconisait Épicure !

Je donne aussi divers conseils, de précautions à prendre, à utiliser de façon temporaire, durant une première période où on ne parvient pas encore à renoncer à une nourriture que l’on a sous les yeux.

Dr G. Apfeldorfer


 

Date : 27/08/2010 11:57

Bonjour

Je ne sais pas si mon "problème" fait parti de votre programme mais devant mon désarroi un médecin m'a parlé de vous, je me décide alors aujourd'hui à vous poser la question :

j'ai ma fille de 9 ans qui ne pense qu'à manger. Elle mesure 1m43 pour 42 kilos elle n'est pas obèse mais son attitude devient au fil des jours de plus en plus difficile à vivre. Elle ne pense qu'à ca, nous réclame sans arrêt à manger même après les repas ou elle a englouti son assiette en 2minutes top chrono. La première question lorsque je la récupère après l'école est "qu'est ce qu'on mange ce soir ?" J'ai l'impression qu'elle n'est jamais rassasié et je pense que ce que je lui donne à manger est vraiment correct pour son âge. J'ai voulu essayer un jour de la laisser manger ce qu'elle souhaite, et bien elle a manger bien plus que moi en ayant toujours faim.

Je me tourne vers vous aujourd'hui car je ne sais plus comment gérer cette situation. Je ne veux pas non plus tout le temps la priver mais je suis obliger de réguler sinon elle mangerai toute la journée. Chloé est une enfant très énergique qui passe rarement son temps devant la télévision, elle fait de l'équitation et cette année veut s'inscrire à la piscine. Pour ces deux activités choisis par elle tout va bien, par contre dès qu'il s'agit de faire un effort (ballade en vélo, jeux de courses avec les copains) je la retrouve seule car elle n'arrive pas à suivre.

Merci de me répondre et me conseiller

Nadège

Bonjour,

Si vous ne l’avez pas déjà fait, nous vous conseillons de lire notre page web sur l’obésité infantile : que faire, comment s’y prendre ? http://www.gros.org/obesite-infantile/que-faire.php

Nous vous recommandons de lire « Mangez en paix !» du Dr Gérard Apfeldorfer, vous y trouverez un excellent chapitre avec des conseils pour les enfants, et la façon de recentrer son enfant sur ses sensations alimentaires et sur le plaisir gustatif..

En attendant, voici quelques conseils : veillez à ce que les repas soient pris dans de bonnes conditions, sans télé, dans le calme, sans aborder de sujet conflictuels. Variez les menus, ne diabolisez aucun aliment. Rappelez-vous que les privations, les limitations, les interdits, ne font que renforcer le désir de manger.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 25/08/2010 21:51

Bonjour,

J'aimerai en savoir plus sur l'appel au volontariat pour le coaching. POuvez vous m'en dire plus?

Cordialement

EP

Bonjour,

Vous pouvez vous rendre sur la page suivante de notre site :http://www.gros.org/forum/forum-actuel.php

Vous y trouverez des informations qui pourront vous éclairer. Et sinon contactez directement Marion Castillo à l’adresse mail suivante : mcastillo@linecoaching.com

Bon courage

Date : 25/08/2010 20:18

Bonjour

Connaissez-vous la chrono-nutrition (méthode du Dr Delabos) ?

Je viens de la découvrir par une amie et il me semble plutôt équilibré et pas trop contraignant (manger de tout mais à des heures précises).

Présente-t-il des dangers pour la santé ? J'aimerai mieux savoir avant de (éventuellement) m'y mettre !

Merci

Lila

Bonjour,

Malheureusement, il s’agit d’un énième régime, selon lequel il est possible de manger très gras à certains moments de la journée, pas à d’autres… On peut maigrir avec ce régime comme avec les autres, si on est d’accord pour reprendre ensuite le poids perdu. A fuir !

Bon courage !

Date : 24/08/2010 16:49

Bonjour,

Boulimique non vomisseuse pendant 5 ans et vomisseuse depuis 1 an, je souhaiterais savoir quelle est l'influence des conduites boulimiques sur le setpoint. La boulimie peut-être elle être responsable de son élévation?

Merci d'avance!!

Bonjour,

Le set-point augmente naturellement un peu en vieillissant, surtout à la ménopause. Il peut aussi augmenter artificiellement avec l’effet yoyo des régimes, le dérèglement de la glande thyroïde, la prise d’hormones dans le cadre d’un traitement médical, ou d’anti-dépresseurs.

Donc a priori, si votre poids est stable, la boulimie en elle-même n’a pas de raison de faire varier votre set-point.

Bon courage

Date : 21/08/2010 12:49

Bonjour,

j'ai 51 ans, depuis l'enfance je lutte contre mes kilos superflus, je mesure 1.72 m et je pèse aujourd'hui 98Kg. Comme beaucoup, j'ai tout essayé avec les effets secondaires que nous connaissons. Je suis même allée jusqu'à une pose d'anneau gastrique qui suite à une oesophagite surinfectée a du être déserré il y a 1 an.

j'ai déménage en oct 09 et j'ai eu la chance de trouver une diététicienne "GROS" dans ma nouvelle ville...

Au debut, j'ai trouvé que la méthode était prometteuse mais elle me semblait compliquée dans le réapprentissage de la notion de faim et satiété, qui n'est pas évident quand vous avez perdu toute sensation alimentaire...

Mes débuts ont été encourageants mais pas suffisants en ce qui me concerne j'avais aussi besoin de partager mes souffrances liés à ce problème de poids. En effet depuis longtemps j'essaie de trouver des groupes de paroles mais en vain. En dehors des grandes villes, il n'existe pas grand chose.

Pourtant, je pense qu'il est important de pouvoir confronter nos diverses expériences, nos échecs, nos résussites, nos découragements et nos espoirs..

Ma dietéticienne "Gros" était encourageante mais ayant peu de moyens financiers, je me suis lassée de depenser le prix d'une visite non remboursée juste pour se voir et discuter, sans que j'ai l'impression d'avancer plus une fois la méthode mise en place...

Actuellement, j'entends mes collègues ne parler que du régime Dunkan, c'est vrai, c'est impressionnant, je les vois, filles et garçons, fondent comme neige au soleil, genre 5 kgs en 3 jours !!!!!!!!!!! je serais presque tenter d'y succomber devant les résultats spectaculaires fort heurseusement je connais les répercussions de ce genre de régime sur la santé......Alors pour l'instant je résiste.....même si je supporte de moins en moins mon image corporelle. J'ai besoin de me remotiver mais je sais que seule je ne pourrais pas y parvenir..

J'aimerais savoir si vous pensez vous que seule l'application de la méthode "gros" est suffisante à obtenir des résultats durables?

merci

Carole

Bonjour,

L’approche du GROS ne permet pas de résoudre tous les problèmes. Nous vous recommandons de prendre contact avec Allegro Fortissimo. C’est une association luttant contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société. Vous y trouverez, entre autre un forum où vous pourrez discuter avec des personnes en souffrance avec leur poids. Voici leur adresse : http://www.allegrofortissimo.com

Et certains thérapeutes du GROS animent des groupes de paroles. Renseignez-vous auprès de notre secrétariat en appelant le 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 17/08/2010 16:53

Bonjour,

Je suis tombée sur votre site, je suis a la recherche de conseils concernant mon "etat". Je suis tombée par hazard sur un site traitant l'hyperphagie et a ce moment la je suis tombée sous le choc... Ca m'a permi de réaliser que j'avais un problème et que ce problème etait l'hyperphagie.

Je me suis "regarder" manger, et j'en suis honteuse. Quand je vois tout ce que je mange a chaque repas, au point d'exploser, tant que je n'ai pas ce "malaise" je continue a manger... Je suis en grand surpoids a cause de ce probleme. Je mesure 1m60 et je pèse 85kg. J'ai accouché il y a 1 an et j'ai 5 kilos de + que l'apres grossesse...

J'ai deja tenter plusieurs régimes, sans grand succes, a part une envie encore plus forte de m'empifrer.

Je ne sais pas trop a l'heure actuelle quoi faire, vers qui me tourner. Je n'ai pas trop les moyens et le temps de me faire suivre par je ne sais qui... Je ne suis meme pas certaine d'avoir envie de me faire soigner. Ce qui me gène le + c'est mon poids, il n'y aurait pas ce fardeau je ne me poserai meme pas de questions...

Je ne sais pas trop ce que j'attends comme réponse, je ne suis meme pas certaine d'en recevoir une lol.

Je vous remercie d'au moins me lire, c'est deja une première étape de franchie pour moi que d'avoir écrit ca.

Bonjour,

Si votre surpoids vous gêne, vous pouvez agir. C’est juste que les régimes ne permettent pas de régler le problème à long terme. Heureusement aujourd’hui nous savons qu’il est possible de faire autrement : apprendre à écouter son corps, manger selon sa faim, ses envies, son rassasiement, et apprendre à gérer ses émotions autrement qu’en mangeant.

C’est un vrai travail, que l’on peut avoir envie de faire… ou pas !

Dans un premier temps vous pourriez lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si vous êtes décidée, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 16/08/2010 12:45

Bonjour,

Je suis un homme de 35 qui mesure 176 cm et qui pese 94 kg je suis issu d'une famille de gros. j'ai suivi un nutritionniste qui m'a fait perdre 14 kg en +/- 6 mois j'étais très content mais j'ai repris de nouveau tout mes kilos car pour moi manger des viandes blanches et des légumes tout le temps c'est pas mon truc. La question que je me pose c'est si il faut impérativement perde du poids? A l'heure d'aujourd'hui mon poids est stable mais j'avoue que j'ai une petite tendance pour la bière ( 6 ou 7 semaine maximum) est-ce que le faite de diminuer c'est quantité vas-t-elle me faire perdre quelques kilos

Bonjour,

Bonne question : non, il n’est pas impératif de perdre du poids. Si vous êtes bien dans votre corps et que votre poids ne vous gêne pas dans votre quotidien, il n’y a pas de raison de maigrir.

Quant à la bière, elle a tendance à faire gonfler le ventre, à vous de voir !

Bon courage !

Date : 14/08/2010 00:46

Bonjour à tous,

Je voudrais d'abord vous remercier pour toutes les informations données qui m'éclairent sur les mécanismes des régimes, de la restriction cognitive et des émotions liées à l'alimentation.

J'ai commencé à prendre du poids depuis que j'ai lu le livre du Dr. David Servan-Schreiber: "Anticancer". Mais, je ne sais pas si c'est directement lié ou non. Tout ce que je peux dire, c'est qu'à partir de cette lecture, je me suis prise d'une très grande frayeur à l'idée de manger des produits industriels (contenant par ex du sirop de glucose-fructose et des matières grasses végétales hydrogénées), du pain, des nouilles et du riz blanc=hydrates de carbone raffinées, du chocolat avec moins de 70% de cacao, des oeufs qui ne soient pas bio, du sucre, de la confiture, du lait qui soit pasteurisé et homogénéisé... J'entends de plus en plus que tout cela peut provoquer des maladies (dont le cancer), augmenter le taux de cholestérol, augmenter le risque d'AVC... et aussi faire grossir.

Evidemment, depuis ce moment-là, j'ai changé ma façon de manger en incorporant plus de tous ces aliments qui sont supposés préserver de ces risques de maladies, et en éliminant mes petits plaisirs. Et, ce qui s'est passé, c'est qu'en suivant ce régime, je me suis mise à grossir exactement comme vous le décrivez (notamment dans "Maigrir sans régime" du Dr. Zermati). Mon taux de cholestérol s'est aussi mis à grimper: je suppose que c'est parce que j'ai augmenté la taille de mes portions.

Depuis que j'ai lu "Maigrir sans régime", je me suis remise à manger ce qui me faisait plaisir (par ex des barres chocolatées industrielles, des pizzas surgelées...). Mais, j'avoue conserver une peur de manger des choses toxiques et du coup, cela a un impact sur mon plaisir de manger... et du coup, j'ai parfois eu des compulsions alimentaires.

Ma question est la suivante: comment réussir à se dire que ce que l'on mange est parfaitement bon pour nous, alors qu'on lit des articles scientifiques montrant la toxicité de ce qu'on mange avec plaisir?

Merci d'avance pour votre réponse. Et merci encore pour tout l'éclairage que vous m'avez apporté.

Bonjour,

Avoir peur de ce que l’on mange est normal, c’est une façon naturelle de se protéger. De tout temps, l’homme s’est toujours méfié de ce qu’il mangeait. Mais parfois nous exagérons, et devenir obsédé par la qualité alimentaire peut nous rendre encore plus malade que de manger des aliments dits toxiques, comme vous avez pu le tester…

Nous vous conseillons de trouver un compromis : mangez ce que vous aimez, en choisissant des aliments de bonne qualité, quitte à payer un peu plus cher. Rappelez-vous aussi de varier vos menus. Et arrêtez de lire trop d’articles scientifiques !

En revanche, nous vous recommandons de lire « Mangez en paix !» du Dr Gérard Apfeldorfer. Cela vous permettra de déculpabiliser.

Bon courage !

Date : 10/08/2010 20:15

Je suis obèse , j'alterne des périodes ou je pèse entre 120 et 130 kilos avec des périodes dépressives en partie à cause de la vie courante et de nombreux stress, je ne sais par ou commencer pour maigrir de façon durable.

j'ai peur des conséquences à long terme. pouvez vous m'aider afin de trouver une solution et je culpabilise beaucoup.

cordialement.

F.MAUREL

Bonjour,

Maigrir sans regrossir, est-ce possible ? Les thérapeutes du GROS tentent de répondre à cette question en ayant une approche particulière. Travailler sur les sensations alimentaires, dans le but d’aider à manger selon sa faim, de tout, sans culpabilité nous semble être la meilleure solution. Dans votre cas, un travail sur le plan psychologique et émotionnel semble nécessaire, car il semble bien que vous mangiez fréquemment en réponse à vos émotions.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 10/08/2010 16:12

l'obésité peut elle etre prise en charge en tant qu'handicap ? ( pour avoir droit à une carte émeraude par exemple?) qui donnerait droit aux transports ,à la piscine gratuits....

Bonjour,

Malheureusement pas encore…

Bon courage !


 

Date : 04/08/2010 10:59

Bonjour, je travaille pour l'agence Look at Sciences, qui est une agence photographique spécialisée dans les Sciences et Techniques. une partie de notre travail consite à réaliser des reportages phot dans ce domaine. Ceux-ci sont à destination de notre site et ensuite parfois repris par la presse locale ou spécialisée (VSD, La Recherche, Top Santé, Sciences & Avenir,...)

Nous travaillons actuellement autour du thème de l'obésité, c'est pourquoi je me permets de vous contacter. Notre travail repose sur la photo, et notre objectif serait de trouver un (ou plusierus) lieu, laboratoire, qui fait de la recherche autour de l'obésité : recherche en génétique, tests sur animaux, ateliers avec personnes obèses, centre de recherches autour de l'obésité,... Lieux où ils serait intéressant de prendre des clichés des recherches qui se font autour de l'obésité, afin justement de mettre en exergue lcs recherches qui ont lieu aujourd'hui.

Pourriez-vous me renseigner sur des lieux, laboratoires, personnes à contacter pour une telle requête ?

Vous pouvez aller vois l'exemple de travaux que nous réalisons sur notre internet www.lookatsciences.com

N'hésitez pas à me contacter pour d'éventuelles précisions, ou à me transmettre vos coordonnées téléphoniques pour en discuter !

Merci de votre attention,

cordialement,

Julien Rastegar

Look at Sciences

50-52 rue Pailleron

75019 Paris

09.81.67.74.26

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas l’information.

Bon courage !

Date : 03/08/2010 20:03

bjr, vs avez du en recevoir des milliers, mais je suis désespérée plus gout à rien, pèse 97 kg, n'ai pas envie de rencontrer qqu'un car je suis dans un MAL ETRE comme il n'est pas permis. Commennt discuter avec les personnes ? pouvoir faire une thérapie de groupe ? au secours......

Bonjour,

Certains thérapeutes du GROS proposent des thérapies de groupe. Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous, en leur précisant votre demande.

Et sur le site d’Allegro Fortissimo (association luttant contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société) vous trouverez un forum où vous pourrez discuter avec des personnes en souffrance avec leur poids. Voici leur adresse : http://www.allegrofortissimo.com

Bon courage !

Date : 03/08/2010 11:44

Bonjour,

Psychologue clinicienne et diététicienne, je vais ouvrir une consultation de thérapeute pour la prise en charge des patients obeses.

Comment s'inscrire sur votre liste de thérapeute en région parisienne?

merci

Bonjour,

Il est nécessaire d’avoir validé notre formation pour faire partie de notre annuaire. C’est la meilleure façon de garantir à nos patients une prise en charge conforme à notre charte.

A bientôt peut-être !

Date : 31/07/2010 20:08

Bonsoir ,

Grâce à une lecture assidue des thèses du Docteur Zermati , j'ais guéri de l'anorexie et je suis en train de vaincre mes crises de boulimie ( vomitives ) : elles diminuent en quantités et sont beaucoup moins fréquentes !

Hors crises , j'ai un comportement alimentaire régulé : je mange quand j'ai faim , parfois par gourmandise mais je régule très bien ... Mon poid est stable depuis plusieurs mois et j'ai appris à dédramatiser pour 1 kilo .

En revanche mes parents et ma soeur qui ne sont pas régulés , ne comprenent pas que je puisse avoir un petit appétit : comment faire pour leur expliquer que je ne suis pas en restriction ou en régime ? Vu que mon poid est stable , cela signifie que je mange à ma faim !

Ils restent convaincu qu'un repas a ume ressers maypique , me font les gros yeux si je me ressers mais me font aussi des réflexions lorsque je ne prend pas de dessert , alors que je ne juge jamais le contenu de leur assiette , même lorsque le menu est uniquement composé e légumes , ou au contraire garguantuesque !

Que me conseillez vous pour les convaincre , comme je suis mineure , ils veillent en permanence sur le contenu de mon assiette comme si je voulais rechuter dans l'anorexie , alos que m'en sortir a été la plus belle chose qui me soit arrivé !

B.

Bonjour,

Leur avez-vous dit tout ce que vous venez de nous dire ? Votre chemin parcouru depuis le début de la maladie, votre nouvelle régulation alimentaire, votre souffrance par rapport à leurs remarques ?

Si malgré certaines précisions ils ne comprennent pas que l’on peut avoir plus ou moins d’appétit, sans que ce soit de l’anorexie ou de la boulimie, invitez-les à se rendre sur notre site. Ils prendront peut-être alors conscience de leur propre comportement alimentaire, et des effets négatifs qu’il peut avoir sur le vôtre.

Vous pouvez également leur proposer de prendre un rendez-vous, en famille, avec un spécialiste membre du GROS. Pour vous, cela vous aidera à vous débarrasser des crises de boulimie, et pour eux, à comprendre votre façon de manger.

Bon courage !

Date : 31/07/2010 11:06

bonjour,

Je suis désespérée, en surpoids (97kg pour 1m62) depuis longtemps, j'ai fait tous les régimes existants et arrêté il y a quelques années. J'ai compris, un peu trop tard, qu'il fallait que je retire mon doigt de l'engrenage...Mais bref, j'ai une fille de trois qui dépasse de beaucoup la courbe de croissance (21.5kg pour 1m5) elle a souvent faim, j'essaie de lui dire d'attendre le repas mais elle ne supporte pas et dit qu'elle a faim, alors j'essaie d'éviter les aliments trop riches mais je ne veux surtout pas qu'elle fasse un régime ou diabolise des aliments (c'est tres difficile car tout pousse à cela, y compris les médias) et je peux vous dire que c'est une lutte avec les médecins et pédiatres. Mais en même temps je ne supporterai pas qu'elle vive ce que j'ai vécu dans l'enfance, c'est encore plus dur aujourd'hui l'image "femme mince, épanouie, intelligente)"est devenue le maître étalon...J'ai aussi peur que mon comportement l'est influencé, enfin je ne sais plus....Merci de m'aiguiller

Bonjour,

Nous vous conseillons de lire notre page web sur l’obésité infantile : que faire, comment s’y prendre ? http://www.gros.org/obesite-infantile/que-faire.php

Nous vous recommandons de lire « Mangez en paix !» du Dr Gérard Apfeldorfer, vous y trouverez un excellent chapitre avec des conseils pour les enfants.

En attendant, voici quelques astuces : veillez à ce que les repas soient pris dans de bonnes conditions, sans télé, dans le calme, sans aborder de sujet conflictuels. Variez les menus, ne diabolisez aucun aliment.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 29/07/2010 13:34

Bonjour !

En espérant que vous avez passé de belles vacances, je vous envoie surtout un mail d'encouragement : je souffre de boulimie depuis maintenant des années et seule l'approche du GROS m'a enfin redonné courage.

Le souci c'est que je me demande quand même en combien de temps on peut défaire ce qui a mis tant d'années à se faire...?

Parce que, un peu naïvement peut-être, je pensais que les thérapies cognitives étaient "brèves", et là ça commence à faire longtemps que je suis suivie.

Pas si simple ! On peut prendre conscience qu'on est dans un schéma négatif (la restriction cognitive), essayer de réintroduire des aliments tabous etc.- mais ça ne suffit pas.

Alors il y a la psychothérapie analytique, en plus, parce que je suis peut-être très atteinte... J'essaie de ne pas me décourager, mais j'ai l'impression que c'est très long.

Merci pour votre démarche et longue vie au GROS !

Quelques livres en suggestion qui me semblent manquer à votre bibliographie:

- Mon gras et moi, une BD hilarante sur le rapport d'une femme avec son surpoids.

- Déjouer les troubles alimentaires, un petit livre pas cher et très bien fait - c'est grace à ce livre que je vous connais !

- Les nouvelles de Noelle Chatelet "Histoires de bouche": une vision littéraire des rapports névrotiques à la nourriture. Succulent.

Maria

Bonjour,

Guérir de la boulimie n’est pas toujours simple, et le chemin est parfois long, mais cela en vaut la peine. Alors vous avez raison de ne pas perdre courage, et merci pour votre bibliographie !

Date : 26/07/2010 17:39

Bonjour ,

J ai 13ans est j ai des vergetures au ventre au bras .

Je fais 1m68 et je pese 85kg !

Vous pouvez m`aidez ?

Bonjour,

Pour ce qui est de ton poids, nous pouvons t’aider à apprendre à manger selon ta faim.

Pour ce qui est des vergetures, ce sont des cicatrices dues aux variations de poids. La peau est comme un élastique. Si on tire un peu dessus, il s’étire, mais si on tire trop fort, il claque. Pour la peau c’est un peu pareil. Les cicatrices s’estomperont probablement avec le temps, mais il restera certainement quelques petites traces.

Si tu souhaites rencontrer une personne qui travaille selon les principes du GROS, parle-en à tes parents, nous te donnerons alors la liste des thérapeutes travaillant près de chez toi. Voici le téléphone de notre secrétariat : 01.53.76.32.20

Bon courage !

Date : 25/07/2010 06:22

Après une récidive de cancer et la prise de Femara, je n'arrête pas de grossir et cela m'angoisse......Avez vous des conseils à me donner pour stopper ces erffets secondaires?. Je mesure 164cm et pèse 91kgs. J'ai 66 ans.

Merci de votre aide

Claudette Moheyman

Bonjour,

Certains médicaments, comme le Ferama, font grossir car ils stimulent l’appétit. Il est donc important de prêter attention à ses sensations alimentaires, tout en tenant compte de cet appétit artificiellement stimulé. Nous vous invitons donc à vous poser ces questions : mangez-vous toujours en ayant faim ? mangez-vous plus que vous n’avez faim ? Mangez-vous pour des raisons émotionnelles ?

Pour savoir s’il vous est possible d’arrêter de prendre du poids, apprenez à manger de façon régulée en lisant « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Vous pouvez également vous faire aider par un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 24/07/2010 02:42

comment s'inscrit-on sur votre site pour la lettre mensuelle par exemple , aller sur le forum ou autres ???!!!

merci

marie cat setbon

Bonjour,

Pour l’instant notre lettre mensuelle n’est pas en place, mais nous y travaillons !

En revanche, pour vous rendre sur le forum, c’est ici : http://www.gros.org/forum/forum-actuel.php

Bonne lecture !


 

Date : 22/07/2010 14:32

bonjour,

en surpoids depuis des années et apres maints régimes j'ai decider de mettre un anneau gastrique en 2007. Grace ou plutot avec cette aide j'ai réussi à perdre 40 kilos. Actuellement je pese 83 kilos pour 1m66. J'aimerais savoir si dans ma région le pas-de-calais il y a des persones appliquant votre méthode afin de m'aider a perdre ce kil me reste.

Merci et a bientot

Bonjour,

Bien sûr nous vous recommandons de vous faire aider d’un thérapeute afin de vous libérer de ce grave trouble du comportement alimentaire. Nous vous envoyons les coordonnées des thérapeutes de votre région très bientôt.

Bon courage !


 

Date : 21/07/2010 18:40

Bonjour,

je suis obèse et je voudrais perdre du poids. Mais j'ai un gros problême : je fais de l'hyperphagie. Comment je dois m'y prendre pour commencer un régime?

Bonjour,

Nous vous déconseillons de faire un régime qui, à long terme, et quel que soit le régime, ne permet pas de stabiliser le poids.

L’approche du GROS permet de faire un travail sur son rapport avec la nourriture, sur ses sensations alimentaires, et ses émotions qui font éventuellement manger.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 19/07/2010 17:41

Bonjour,

je suis boulimique-vomisseuse depuis 16 ans.

J'ai aujourd'hui 36 ans.

J'ai réduit mes crises depuis 6 mois, du fait que j'ai pris conscience de ce que ce comportement pouvait générer de mauvais sur mon corps.

Je faisais des crises quotidiennement (soupape) ; aujourd'hui, et ce depuis 6 mois, je fais environ 5 crises par mois. Le reste du temps, je contrôle tout ce que je mange.

Je me pose bcp de questions, notamment concernant les répercutions sur ma santé de ces 16 années de TCA :

-les distensions (gavage avant "purge"), régulières et sur le long terme, qu'à connu mon estomac sont elles réversibles : en gros, puis-je espérer retrouver un estomac de taille normale, et en bonne santé (en arrêtant les crises biensûr) ?

Car j'ai l'impression que je l'ai complètement distendu à force de faire des crises où je me "gavais" jusqu'à n'en plus pouvoir, avant d'aller me faire vomir biensûr, si bien que j'ai du mal à ressentir la satiété ...

- J'ai l'impression qu'il faut que je mange des trucs ultra sains pour compenser, en qq sorte, toutes ces années de désordre alimentaire : ai-je raison ???

- Comment dois-je m'alimenter pour avoir toutes les chances d'arrêter de faire des crises ?

- Quelles peuvent être les conséquences, au jour d'aujourd'hui, sur mon oesophage ? pharinx ? mon larynx ? du fait, biensûr, de ces années de vomissements provoqués, où la remontée d'acide gastrique a pu faire des dégats ...

- les crises de boulimie-vomisseuse peuvent-elle avoir un impact sur le Pancréas ?

Voilà, cela fait bcp de questions, mais je ne sais vers qui me tourner pour obtenir des réponses ...

Je vous remercie d'avance, si vous pouviez m'éclairer un peu, afin que je puisse mieux avancer vers la guérison.

Bonjour,

Lorsque l’on souffre de boulimie, distendre son estomac est désagréable. Mais pour une personne qui ne souffre pas de boulimie, c’est insupportable ! Avec la diminution des crises, on apprend de nouveau à percevoir les signaux de rassasiement et à ne plus se remplir comme avant.

L’estomac reprend rapidement ses dimensions normales.

Et-ce que des années de boulimie avec vomissement peuvent laisser des séquelles ? Peut-être, à voir avec votre médecin traitant. Les vomissements et les laxatifs peuvent créer des lésions irritatives dans tout le tube digestif (bouche, œsophage, estomac et intestins), des déchaussages des dents, et parfois des troubles cardiaques, en cas de vomissements répétitifs.

Pour guérir de cette maladie, une prise en charge à la fois psychologique et diététique est souhaitable. Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes du GROS exerçant près de chez vous.

Nous vous recommandons aussi de lire « Comment sortir de la boulimie » des Docteurs SIMON et NEF.

Bon courage !

Date : 17/07/2010 22:18

j'ai commencé un régime (dukan) il y a trois semaines et depuis une semaine tension à 9 et suite aux analyses de sang : tx de transaminases ALAT TGP est à 46 au lieu de 33 maximum. De plus j'ai eu mes règles en plein cycle de ma pillule alors que je n'ai jamais eu de pbs auparavant.

Pensez vous qu'il y a un lien entre le régime et ce taux et mon pb de règles ? Je mange bcp de protéines et de laitages et boit beaucoup d'eau environ 2Litres par jour

Bonjour,

Il est probable que ce régime restrictif et très déséquilibré soit à l’origine de vos problèmes de santé. Votre corps vous signale qu’il est temps d’arrêter et d’apprendre à l’écouter !

Bon courage !

Date : 15/07/2010 22:40

bonjour

y a t il 1 pays d'europe où la réglementation sur le resserrage d'anneau est beaucoup contraignante qu'en france?

merci de me communiquer cette info au plus vite car depuis 1 an je regrossis et mon médecin refuse de me resserrer prétextant que je n'en ai pas besoin ; quand moi je suis désespérée de ce nouveau surpoids...

merci de votre écoute et de votre aide

amitiés

dorenne

Bonjour,

votre reprise de poids n’est-elle pas le signe que quelque chose ne va pas dans votre stratégie ? Pourquoi ne pas faire confiance à votre médecin et chercher les vraies raisons de votre reprise de poids ?

Nous vous conseillons de faire un travail avec un thérapeute du GROS, spécialisé dans la prise en charge des personnes souffrant d’obésité. Vous pouvez contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 15/07/2010 08:50

Bonjour,

Je viens de trouver dans un article qu'il y aurait du 17 au 20 novembre un 20e Congrès européen sur l'obésité infantile à Bruxelles mais qui organise ce congrès ?

Quel est le programme de ce congrès ?

Merci de me renseigner

Bonjour,

Ce congrès est organisé par L’European Childhood Obesity Group. Pour de plus amples informations, merci de les contacter à l’adresse mail suivante : info@ecog-obesity.eu

Merci de votre visite sur notre site !


 

Date : 13/07/2010 17:18

bonjour

je voudrais me faire posé un anneaux gastrique !!

si quelqu'un pouvait me dire quoi faire ou commen sa se passe .... grand merci d'avance

Bonjour,

Sur la site de la Haute Autorité de Santé (HAS), vous trouverez la fiche technique de l’anneau gastrique.

http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_765529/obesite-prise-en-charge-ch...

Et sur le site d’Allegro Fortissimo, des témoignages de personnes ayant subi cette opération.

http://www.allegrofortissimo.fr

Bon courage !

Date : 08/07/2010 21:09

bonjour, je souhaiterais lire l'article de 60 millions... sur le syndrome des trois kilos mais apparement il n'es pas disponible en ligne : où serait-il possible de trouver cet article ?

merci pour votre site qui m'est d'un grand soutien, j'avance doucement mais j'espère sûrement sur le chemin de la paix avec la nourriture... et la balance qui est ma "drogue" quotidienne (matin midi soir et des fois plus encore... mais je m'améliore lentement)

carine

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bon courage pour votre cheminement personnel !

Date : 08/07/2010 16:52

je fais 93kg pour 1.72, j'ai 54 ans, de gros problème de douleur de dos. Suite à une opération de la hanche, j'ai 3.2 cm de trop à la jambe droite ce qui me déstabilise la colonne vertebrale. Jj'ai commencé les regimes vers l'age de 13 ans, je pesé alors 72 kg, j'ai fais depuis cette age environs 20 régimes, à chaque fois j'ai perdu du poids et j'ai repris toujours un peu plus.

il faut que je trouve une solution! pouvez vous m'aider?

Bonjour,

L’approche du GROS permet de faire un travail sur son rapport avec la nourriture, sur ses sensations alimentaires, et ses émotions qui font éventuellement manger.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 02/07/2010 19:01

Bonjour !

Je suis une femme de 42 ans, obèse morbide porteuse d'un anneau gastrique depuis 4 ans. J'ai perdu 70 kilos en rééquilibrant mon alimentation et en faisant énormément de sport, au point de culpabiliser si je n'avais pas équilibré correctement mon alimentation mais aussi si je n'avais pas couru mes 10km ou nagé mes 3000m chaque jour. J'ai atteint les 73 kilos pour 1M57.

Cette dernière année j'ai lâché prise très souvent et j'ai repris 10 kilos. C'est pas encore la cata, je m'aime bien comme je suis mais je sens bien que j'ai perdu le contrôle, même si jusque là je freinais pour ne pas reprendre trop vite.

Mais sur les conseils d'une diététicienne du GROS, je lis assidument votre site depuis 10 jours et j'ai commencé à appliquer vos conseils depuis 3 jours. Et je trouve que c'est génial. Je n'ai pas eu d'envies terribles comme j'avais de plus en plus souvent ces derniers mois. Je sais que ce n'est que le début, mais j'espère pouvoir continuer à appliquer vos conseils quoiqu'il arrive.

Ma question est comment peut-on concilier la faim d'une personne avec celle d'une autre, en l'occurrence mon mari ? Pratiquement, est-ce qu'il faut que chacun mange de son côté quand il a faim ou peut-on attendre que les deux aient faim pour préparer le repas et se mettre à table ? J'étais seule ces 3 jours et tout s'est super bien passé mais j'ai peur de ne plus arriver à si bien écouter mon corps si je dois aussi tenir compte d'une autre personne...

Merci de votre réponse et encore merci pour tous vos conseils !

Bonjour,

Si manger de façon régulée implique de manger selon sa faim, jusqu’à satiété, cela implique aussi de manger de façon socialisée. Il est donc nécessaire de composer avec la faim des autres. Si dans une famille, chaque personne mange selon sa faim, cela risque d’être la pagaille. Par contre, chacun peut veiller à faire en sorte d’avoir faim à l’heure du repas. Et si malgré ces précautions ce n’est pas le cas, on peut faire une collation pour patienter, ou réduire ses portions si la faim n’est pas au rendez-vous.

Dans tous les cas, en ce qui vous concerne, allez-y petit à petit. Vous avez le droit aussi, exceptionnellement, de ne pas manger avec votre mari si vous n’avez pas faim du tout. Discutez-en avec lui !

Bon courage !

Date : 02/07/2010 12:44

Bonjour,

Merci pour votre travail qui m'a aidé à avancer seule (ou aidée par des thérapeutes) sur mes problèmes de relation à la nourriture. J'ai découvert le docteur Zermati lors de l'émission de M6 "j'ai décidé de maigrir" et j'ai lu son livre à la suite. Je sais qu'à l'époque ( en 2003 déjà !) vous vous étiez demandés au sein de l'association si sa participation à une émission de télé-réalité était souhaitable ou non. Sachez en tout cas, que pour moi, elle a représenté une étape importante dans le long chemin qui me mènera, j'espère, à la fin de la guerre contre la nourriture. J'ai découvert à ce moment-là (en lisant tout votre site pendant 3 jours) que j'avais un tca qui avait un nom : hyperphagie boulimique non vomitive (pour moi, n'existaient que les anorexiques et les boulimiques) et que même si c'était long, on pouvait en venir à bout.

Depuis 2003, j'ai franchi d'autres étapes

- arrêt de toute forme de ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à un régime ( j'en avais testé un certain nombre depuis mes 16 ans : poudre remplaçant un ou deux repas, Montignac, régimes hypocaloriques classiques...)

- je ne prends plus un kilo par an comme je le faisais depuis la sortie de l'adolescence (j'aurai 34 ans à la fin de l'année) soit + 12 kilos en 15 ans,

- j'arrive à accepter d'avoir faim (ce n'est pas grave c'est un état normal, nécessaire, pour se mettre à manger avec plaisir)

- je n'ai plus peur de certaines catégories d'aliments (trop gras, trop sucrés, trop salés (tiens tiens, j'ai déjà entendu cela quelque part !)) et je sais les apprécier sans culpabiliser quand ils se présentent à moi

- je mange moins mes émotions, j'arrive à dire "je suis en colère parce que..." "je suis triste..."

- j'arrive à dire "non" quand je ne veux ou ne peux pas (avant je disais "oui" et je mangeais pour compenser ce que j'avais accepté alors que je n'en avais pas l'envie ou le temps)

- j'ai appris à prendre du temps pour moi, à me laisser des fenêtres ouvertes dans ma vie pour m'occuper de ma petite personne (avec trois enfants, c'est pas toujours évident !)

- je sais quand j'atteints mon seuil de satiété même si je mange encore parfois au delà (c'est d'ailleurs en partie pour cela que je maigris pas)

- Même si mon corps s'est transformé à cause de l'effet yo-yo et de mes trois grossesses, je suis plus indulgente avec lui. Je sais qu'il a des défauts et qu'il ne sera plus jamais le corps de mes 16 ans mais ce n'est pas pour cela qu'il ne faut pas prendre soin de lui (sport, crèmes..) ni qu'il ne peut pas plaire en étant mis en valeur correctement (le choix des vêtements - à la bonne taille et pas deux tailles au dessous "pour quand j'aurai maigri" et des chaussures est très important ). Mon corps a souffert du passage du temps et des évènements de la vie, il porte des marques (vergetures, peau flasque sur le ventre due aux grossesses, cellulite, seins abimés à cause de l'allaitement et de l'effet yoyo, cicatrices d'opération) qui ne s'en iront sûrement jamais, mais on est ensemble pour un bout de temps encore, alors que ça se passe bien. L'expression "vivre à 10 kilos du bonheur" me correspondait tout à fait il y a 10 ans, maintenant je sais que si je veux être heureuse, c'est ici et maintenant avec 10 ou 15 kilos de trop ou pas.

Bien sûr le parcours n'est pas terminé, (sinon je ne vous demanderai pas cette liste d'adresses) car j'ai encore des crises d'hyperphagie mais elles sont bien moins importantes en volume de nourriture ingéré et en fréquence que ce qu'elles ont été. De plus, j'arrive à le dire à mon mari, le soir si je n'ai pas faim, je lui dis "j'ai eu une crise de boulimie, je n'ai pas faim, je reste avec vous à table, je m'occupe des filles mais je ne mange pas." La convivialité du repas peut être partagée même si l'on a pas faim. Le temps d'échange qu'il représente est aussi important que ce que l'on mange. Je n'ai plus honte, je ne me cache plus. Sans le crier sur tous les toits, je dis quand cela vient dans la conversation : "je suis ronde (1m62 - 74/75 kilos) parce que je fais des crises d'hyperphagie".

Je ne culpabilise (presque) plus d'avoir fait une crise, je me dis que je ne suis pas encore guérie mais que j'ai déjà beaucoup avancé.

Les crises d'hyperphagie sont encore là mais j'ai l'impression qu'il ne manque qu'une petite étape pour m'en débarasser, elles semblent plus être une mauvaise habitude qu'un réel besoin de compenser quelque chose, comme l'ancien fumeur qui se surprends en train de "fumer" le stylo qu'il tient à la main. Je pense qu'un accompagnement sur la fin de ce chemin me serait utile pour arriver enfin à manger complètement en paix.

Merci encore à vous.


 

Date : 30/06/2010 11:38

bonjour depuis mes 17 ans je suis obscedée par l'alimentation regime yoyo aujourd'hui 33 ans et toujours pareil mal dans ce corps boulimie que faire merci

Bonjour,

La prise en charge par un thérapeute membre du GROS vous permettrait de faire un travail sur vos sensations alimentaires, dans le but de vous aider à manger selon votre faim, de tout, sans culpabilité. Un travail sur le plan psychologique sera probablement nécessaire pour vous aider à gérer vos difficultés de vie autrement qu’en mangeant, et à reprendre confiance en vous.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 29/06/2010 13:07

Bonjour, j'entends beaucoup parler du by pass, intervention chirurgicale, je me suis renseignée et je trouve que cette méthode est dangereuse et barbare. Qu'en pensez-vous ?

Bonjour,

Dans certains cas, elle représente l’ultime solution et permet de soulager des personnes bien plus meurtries par leur obésité que par l’opération en elle-même. Mais comme toute intervention chirurgicale, la technique du by-pass a ses limites et comporte des risques.

Merci de votre visite sur notre site !

Date : 28/06/2010 10:19

Bonjour,

Je voudrais savoir s'il existe des études pécifiques concernant la rapport à la nourriture des travailleurs de nuit.

Je suis de nuit depuis 18 ans, et suis à l'aube de la ménopause (52 ans). Déjà rondelette quoique sportive ( 1,54 m pour 65 kilos ), et assez spécialisée dans le yo-yo.

J'aimerais ne pas aller au delà de ce poids, et pourquoi pas (allez, soyons fous), mincir un peu.

merci d'avance pour votre réponse.

Bonjour,

Il est exact que la désynchronisation des horaires, et en particulier le travail parfois de nuit, parfois de jour, perturbe des rythmes corporels et mentaux. Les perceptions de faim et de rassasiement peuvent se dérégler, et on observe aussi des troubles émotionnels. On observe souvent des prises de poids dans ces cas-là.

Il est d’autant plus important de prêter attention à ses sensations alimentaires qu’elles surviennent à des heures variables. Nous vous invitons donc à vous poser cette question : mangez-vous toujours en ayant faim ? mangez-vous plus que vous n’avez faim ? Mangez-vous pour des raisons émotionnelles ?

Pour savoir s’il vous est possible d’arrêter de faire le yoyo, voire de perdre du poids, apprenez à manger de façon régulée en lisant « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Vous pouvez également consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 21/06/2010 20:18

Bonjour,

Je suis passée de 112.8kg à 78.8kg aujourd'hui. Je suis encore en surpoids mais j'ai l'empression que je n'arrive plus à maigrir. J'ai du mal à contrôler ma faim alors que j'ai pu changer beaucoup de choses dans mon alimentation. J'ai découvert l'existence du "set point", comment savoir si j'y suis? On a tendance à me donner un poids inférieur à celui que je pèse en réalité sachant que j'ai aussi une bonne masse musculaire.

Merci,

Séverine

Bonjour,

C’est lorsque l’on mange de façon complètement régulée (en tenant compte le plus souvent de ses sensations alimentaires de faim et de rasasiement) et que le poids ne bouge plus que l’on peut considérer être à son poids de forme.

Comment savoir si l’on mange de façon régulée ? Le meilleur moyen est de faire un bilan avec un thérapeute du GROS, sinon de s’aider des ouvrages comme « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Bon courage !

Date : 19/06/2010 17:24

Bonjour, suite à différents entretiens avec le Dr Derat-Carrière, il m'a fortement conseillé de me procurer le livre du Dr Jean-Philippe Zermati "Maigrir sans régime". or, il semble être épuisé. Savez-vous comment et où je peux me procurer une édition?

D'avance merci

Marie Tesson-Naigeon

Bonjour,

Ce titre est toujours disponible dans les grandes librairies.

Bonne lecture !

Date : 19/06/2010 10:47

Bonjour,

Ma mère est depuis plusieurs années en alternance de phases d'hypercontrôle (où elle suit à la lettre les recommandations du nutritionniste) et de phase de craquage. Son rapport à la nourriture est d'ailleurs assez problématique à cause de son histoire familiale. Je lui ai parlé de vous mais elle reste persuadée que certains aliments font grossir et tente, par conséquent, de s'en priver. J'ai actuellement 17 ans, je vis donc toujours avec toute ma famille, et cette situation me pèse de plus en plus. Il nous est difficile d'aller au restaurant, lorsqu'on veut préparer un repas moins "léger" (selon ses critères) elle n'en mange pas et craque ensuite deux fois sur trois sur des sucreries. Je ne supporte plus de la voir regarder les calories sur les aliments qu'elle achète et se culpabiliser après avoir mangé du chocolat ou des bonbons.

S'il vous plaît, connaissez vous un moyen de l'aider à se sortir de ses croyances toutes faites sur la nourriture?

Merci d'avance

Bonjour,

Il n’est pas facile de modifier les croyances d’une personne qui n’en a pas le désir. Continuez à lui parler de nous, laissez traîner un livre ou deux dans la maison, par exemple « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer ou « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Montrez-lui les plaisirs à manger de façon régulée.

Soyez-là, toujours aimante, jamais jugeante.

Mais préservez-vous, vous êtes sa fille, pas un thérapeute. Et il n’y a qu’elle qui puisse prendre la décision de faire un travail sur son comportement alimentaire.

Bon courage !

Date : 17/06/2010 19:31

Bonjour,

votre site est très intéressant.

Je ne sais pas vraiment ce que j'attends du message que je vous laisse, sans doute juste une confirmation:

J'ai 33 ans, je diabétique insulino-dépendante depuis 30 ans. La meilleure preuve de ma "bonne observance alimentaire" est qu'au bout de ces années j'ai une hémoglobine HbA1c est à +/- 7,2%, que tous mes dosages sont parfaits ( je n'ai pas de cholestérol, pas d'hypertension, pas de trigkycérides etc etc) que et je ne souffre d'aucun effet secondaire du diabète.

Mais. Mais je fais partie de ceux qui grossissent quand ils stressent, sans avoir même à manger (l'exemple parfait de cette assertion: travaillant dans une ONG internationale, j'étais en mission sur le terrain quand notre convoi s'est fait arrêté et contraindre à l'immobilité durant 2 jours par un groupe armé. Je n'avais pas mes insulines sur moi, je n'ai pas mangé pendant ces 2 jours. Une fois rentrés sains et saufs au camp de base, j'avais PRIS 2 kg, qui n'ont jamais disparus...).

Je fais partie de ceux qui ne peuvent ne pas grossir mais qui ne peuvent pas perdre le poids pris.

Quand j'ai été enceinte, j'ai suivi scrupuleusement le régime stupide (car triplant mes apports glucidiques habituels)mais que l'on m'a abusivement déclaré comme étant le minimum vital pour mon enfant, exigé par l'équipe médicale, j'ai pris 29 kg, que, hors les 12 perdus à l'accouchement, je n'ai jamais perdus, même avec des mois de régime très stricte sous surveillance médicale (enfin, si, j'ai perdu 2kg. eh bien sûr lorsque je suis revenu à une alimentation normale j'en ai pris direct 5...).

Enfin: fumeuse depuis 15 ans, j'ai eu la Novembre dernier de ce que je supputais depuis quelques années: que l'arrêt ou même la dimuiution de ma consommation tabagique me faisait prendre du poids. En effet, alitée avec un une énorme bronchite qui m'empêcha de m'alimenter pendant une semaine, j'ai pris 3kg! J'ai donc arrêté de fumer, et n'ai pas repris depuis, mais mon total de kg supplémentaires suite à ce sevrage s'élève à 5kg, alors que pour prévenir cette prise de poids je me suis mise à peser mon alimentation...

Où est-ce que je veux en venir me direz-vous?

Malgré mon IMC de "seulement" 32, avec mes 84kg pour mon 1,61m, qui m'interdit l'accès à toute chirurgie, que de toutes façons je n'ai certainement pas les moyens de me payer, j'ai largement dépassé le "poids de santé" qui est le mien.

Je n'ai aucun problème psychologique lié à l'alimentation ou au schéma corporel voyez-vous, mais oui j'ai besoin de perdre du poids, parce que, outre que le fait de faire un bon 46/48 est un effort quotidien dans notre société, depuis que j'ai atteint les 80kg, j'ai mal.

Je marchais beaucoup, je ne le fais plus parce que je ne suis pas masochiste et que ça me fait mal, vraiment mal. D'après mes médecins (généraliste, diabéto), c'est normal, c'est du à ma "surcharge pondérale", mais...

Merci de vos infos complètes, qui vaccinent contre l'envie de tester les diverses médications et qui par ailleurs ne donnent pas vraiment envie de tenter la chirurgie, mais....

Je sais que cela ne représente pas la majorité de celles et ceux qui veulent maigrir, mais que faîtes-vous des gens qui, comme moi, ont un besoin médical de perdre du poids mais ne peuvent juste pas maigrir, non parce qu'ils sont anorexiques, ou boulimiques ou qu'ils mangent n'importe comment, mais juste parce que leur patrimoine génétique les a fait ainsi?

Ceci dit -ça me fait du bien de le dire et c'est déjà ça-, je souscris à votre démarche et suis heureuse d'avoir pu trouver des informations objectives sur le sujet.

Cordialement votre

Véronique

Bonjour,

Il est vrai que pour certaines personnes, maigrir n’est plus possible. Elles ont développé une obésité maladive, due à la multiplication des cellules adipeuses, presque sans retour possible. Mais pour une personne donnée, il est très difficile de déterminer le set-point, le poids d’équilibre, auquel le corps s’installe naturellement lorsqu’on mange en moyenne à sa faim et pas davantage.

Peut-être y êtes-vous, et peut-être pas.

Pour vérifier si vous êtes à votre set-point, un travail sur les sensations alimentaires est souvent bienvenu.

De plus, votre histoire laisse à penser, comme vous l’avez bien noté, que vos états émotionnels jouent un grand rôle dans votre évolution pondérale.

Un bilan avec un thérapeute du GROS vous permettrait d’évaluer ces points et éventuellement d’y travailler.

S’il s’avère que vous êtes à votre set-point, il s’agira alors de travailler à s’accepter, ce qui ne veut pas dire baisser les bras. Il s’agit de vivre au contraire sa vie, tel que l’on est, activement, du mieux que l’on peut..

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 16/06/2010 17:09

Bonjour,

J'ai suivi avec intérêt l'intervention de votre association sur France 2 (matin).

Ayant des problèmes de poids depuis mon enfance, et avec de nombreux régimes, je souhaiterai échanger avec un thérapeuthe.

Mais étant nouvellement arrivée sur Paris (92), et compte tenu du nombre et de la variété des thérapies existantes, je ne sais comment trouver la bonne personne adaptée à ma problématique.

Existe t-il une 1ère consultation avec une personne de votre association qui pourrait m'aider dans mes choix de thérapie ? Ou bien, un autre réseau de conseil ?

Merci de votre écoute et de votre combat contre les diktats de la minceur,
cordialement
sandrine

Bonjour,

Il n’existe pas une personne, au sein de notre association, orientant les patients vers tel ou tel thérapeute du GROS. Afin de vous aider à faire votre choix, essayez de voir si vous avez plus besoin d’un nutritionniste ou d’une diététicienne (qui vous permettront de faire la paix avec aliments), ou plutôt d’un psychiatre ou d’un psychologue (qui vous permettront de gérer vos difficultés de vie autrement qu’en mangeant).

Bien que les uns et les autres aient des compétences partagées !

Nous vous invitons à contacter notre secrétariat (01.53.76.32.20) afin de connaître les thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 16/06/2010 14:36

Bonjour,

Je suis journaliste de télévision et je réalise un documentaire : « comment s’accepter et être accepté quand on a une particularité physique ? » (titre non définitif) pour la chaîne NRJ 12.

Dans ce cadre, je souhaite m’intéresser à l’histoire d’une personne obèse.

Pourriez-vous diffuser ma demande sur votre site ?

Nous la suivrons sur 4 jours (non consécutifs) afin de dresser un portrait des plus complet et la voir évoluer.

Nous allons consacrer 80 minutes à ce documentaire, croiser des portraits, et l’idée sera de répondre à plusieurs questions : Est-ce mission impossible de trouver du travail ou l’amour quand on a un physique « différent » (taille, poids, malformation, etc.) dans une société où l’esthétique prime ? Peut-on changer d’apparence ? Est-ce que je me mets en danger en voulant devenir parent ? Et quelles chances pour que mon enfant ait la même particularité ? Comment gère-t-on l’estime de soi ? Comment faire de sa différence un atout ?

Je suis à votre disposition au 01 53 84 34 28.

Le documentaire doit être finalisé pour la fin juillet.

Merci pour votre précieuse collaboration et à très vite je l’espère,

Marion

Date : 15/06/2010 18:23

Bonjour,

Il y a quelques années, j'ai acheté le livre "Maigrir sans régime" de Dr Zermati, que j'ai lu avec grand intérêt. J'aimerais savoir si le "set-point", ou si vous préférez le poids génétique d'une personne adulte, peut varier considérablement avec les années.

Merci beaucoup!

Bonjour,

Le set-point augmente naturellement un peu en vieillissant, surtout à la ménopause. Il peut aussi augmenter artificiellement avec l’effet yoyo des régimes, le dérèglement de la glande thyroïde, la prise d’hormones dans le cadre d’un traitement médical, ou d’anti-dépresseurs.

Bon courage !


 

Date : 12/06/2010 12:07

Bonjour,

J'ai 27 ans, je pèse 103kg pour 1m70...J'ai pris 40 kg en quatre ans suite à une lourde dispute familiale, et ai du fuir famille amis et habitudes...Aujourd'hui je suis bien là où je suis et ai entrepris une psychothérapie, dans laquelle j'ai enfin pu parler de mon hyperphagie..Je ne fais presque plus de crises, mais n'arrive pas à faire un régime et à perdre ce poids rapidement pris...je le vis très mal..et serait prête à tout pour le perdre.avez vous des conseils?

merci

Bonjour,

En parallèle de votre psychothérapie, nous vous recommandons de faire un travail afin de faire la paix avec les aliments et d’apprendre à manger selon vos sensations alimentaires comme la faim, les envies et le rassasiement. Cela vous permettra peut-être de perdre du poids.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 11/06/2010 04:34

Bonjour,

J'ai 40 ans, Je n'ai jamais eu de gros troubles alimentaires. Juste l'envie de maigrir depuis l'adolescence pour avoir la "taille mannequin", phénomène accentué par de la cellulite qui est apparue à cette période et qui m'obsède depuis, bien qu'aujourdh'ui j'ai accepté le fait que je ne peux rien y faire. Ceci accompagné de quelques compulsions réactionnelles à ces idées de régimes et en réponse à un certain mal être de jeunesse. Rien que de très basique. J'ai bien compris votre méthode, ses difficultés, ses qualités etc... Cependant, je ne peux m"empêcher de penser qu'il existe une manière bonne pour la santé de s'alimenter. En effet, si je mangeais toujours ce qui me fais envie, je ne mangerais que chocolat au lait et cheese burger frites, pour caricaturer. Parce que c'est bon et que j'aime ça, tout simplement. J'ai toujours été comme ça, depuis toute petite je suis attirée par la "junk food". Alors je me pose la question, où est la limite ? Je ne crois franchement pas qu'en m'autorisant tout ce que je veux manger, j'arrive à une sorte d'équilibre qui me fasse manger des crudités. Bien sûr, j'ai une sorte d'équilibre du fait que mon mari est un mangeur régulé, comme le Docteur Zermati appelle cela. Avec lui, je mange politiquement correct. Mais si j'étais célibataire, au moment de choisir entre un fruit et une barre chocolatée, sans ce sentiment qu'il faut manger santé, je choisirais toujours la barre (ce que je fais quand je suis seule). Car il faut bien avouer que c'est meilleur, non ?

Autre façon de poser la question, très franchement, le chocolat au lait, par exemple, on ne le mange jamais par faim, n'est-ce pas ? Lorsqu'on a faim, on a envie d'autre chose en général. Donc le chocolat (par exemple) est uniquement un plaisir, alors où s'arrête la bonne quantité, entre zero et l'infini ?

Votre méthode s'adresse-t-elle à tout le monde, à tout les cas ?

Bonjour,

C’est peut-être parce que vous ne vous autorisez pas réellement à manger que vous avez l’impression d’avoir perpétuellement envie d’aliments comme les hamburgers et le chocolat. Les exercices alimentaires que nous préconisons permettent d’éliminer la culpabilité et de normaliser les désirs alimentaires. Encore ne suffit-il pas d’en parler, il faut les mettre concrètement en pratique, durant un temps suffisant ! Une fois le chocolat et les autres aliments sur un pied d’égalité, sans interdit, sans jugement, on s’aperçoit qu’en été, par 35°C à l’ombre, on peut être davantage attirée par une belle pêche bien juteuse, parfumée et sucrée, que par une barre chocolatée.

Cette « méthode » n’est autre que la description et le respect de notre système de régulation, qui nous a permis, depuis la nuit de temps, de rester vivant et de perpétuer l’espèce. Faites-vous confiance !

Bon courage !


 

Date : 09/06/2010 21:27

Bonsoir,

En ce printemps 2010, ma voisine, ma cousine, ma collègue ... sont hélas devenues adeptes du régime Dukan et ne comprennent évidemment pas ma position, qui est la vôtre, sur le sujet, puisque "CA MARCHE" , c'est fabuleux, elles maigrissent à grande vitesse alors que j'accepte de rester grosse mais de ne plus être frustrée/obsédée par la nourriture , pour mon plus grand bonheur mais cela, elles ne peuvent l'entendre !

Vous serait-il donc possible de réactualiser votre page sur les différents régimes afin que je puisse avoir des éléments solides à leur soumettre histoire de les informer (en leur glissant au passage le nom de votre site)en y incluant celui sus-cité ? J'ai en effet constaté que votre descriptif des régimes hyperprotéinés est basé sur les compléments en sachet ce qui peut sembler assez différent .

Merci

Cordialement

Héléna

Bonjour,

Nous sommes en train de réactualiser notre site, nous prenons note de votre judicieuse remarque.

Bon courage !

Date : 09/06/2010 10:09

que penser des laboratoires qui vous proposent un suivi par une diet au telephone mais en meme temps bien sur vous font acheter leurs produits,pour ce qui est de mon cas,une poudre a diluer ds l'eau pour aider a eliminer,des gelules de passiflore pour destresser,des sachets proteines pour ne perdre que la graisse et pas de muscles tout ca a un cout évidement.un autre lobo m'a proposé des patchs que j'ai mis aucun résultat!!! ,maintenant je réfléchie a l'anneau gastrique j'ai 30kgs a perdre merci

Bonjour,

Désolés mais la solution miracle n’existe pas, et en ce qui concerne les produits amaigrissements, il n’y a que votre porte monnaie que vous verrez fondre…

Avant de passer à l’anneau, peut-être pouvez-vous essayer d’apprendre à manger selon votre faim, vos envies et votre rassasiement ? Les thérapeutes du GROS font ça très bien !

Vous trouverez les coordonnées de ceux exerçant près de chez vous auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 06/06/2010 22:06

Bonjour!

J'ai dégusté avec plaisir la (presque) totalité de votre site (c'est qu'il est long!) et ai beaucoup apprécié votre approche, que je ne connaissais pas.

Je vous écris car j'ai pris 15 kilos en 3 ans (je suis stable depuis 1 an en ayant arrêté de fumer entre temps), et je vais avoir 23 ans cet été. J'ai pris récemment la décision d'arrêter les régimes, parce que mon véritable problème est compulsif: je ne peux m'empêcher de manger s'il y a de la nourriture devant moi, quelque soit mon état de rassasiement, et je culpabilise donc toujours plus.

J'ai pris connaissance de l'article du Dr Zermati "Maigrir sans régime", et j'ai pensé que ça pourrait être une méthode adéquate pour moi. Pensez-vous que je puisse me lancer toute seule, sans l'aide d'un thérapeute? J'ai peur de demander à mes parents d'assumer cette dépense, car je suis toujours étudiante et sans ressources...

Merci d'avance de votre réponse, et merci pour votre site!

Camille

Bonjour,

Oui, il est possible que la lecture seule de cet ouvrage vous aide à sortir de la spirale infernale des régimes, à faire la paix avec les aliments et avec votre corps.

Si besoin, vous trouverez d’autres ouvrages dans la bibliographie de notre site.

Bon courage !

Date : 06/06/2010 11:04

Bonjour,

Je viens de découvrir votre site et toutes ces informations qui changent du discours ambiant sur la minceur et le contrôle de l'équilibre alimentaire... Je suis moi-même en surpoids mais je le vis plutôt bien, je suis acctuellement le programme Weight Watchers plus pour pouvoir m'habiller à mon goût que pour une question d'image.

Mon souci concerne mon fils de 13 ans qui est identifié par les professionnels de santé comme obèse. C'est un très beau garçon mais il souffre de son apparence physique, qui lui a valu un harcèlement au collège cette année. Nous sommes intervenus avec le personnel éducatif et ce problème est désormais réglé (pour l'instant...).

A vrai dire, je ne sais plus comment l'aider : il a un bon coup de fourchette mais comme tous dans la famille ; il mange de tout, il n'aime pas les sodas, mais je me suis rendue compte qu'il consacrait son argent de poche à acheter des pâtisseries en sortant du collège (et il reprend un goûter en arrivant à la maison...). Il n'a pas envie de faire d'activité physique et pour avoir été moi-même victime de cette obsession parentale du sport, je ne veux pas l'y forcer. Il a été suivi pendant quelques mois par un psy mais il ne veut plus y aller. S'il n'était pas malheureux de ses kilos superflus, il n'y aurait aucun souci mais il en souffre... Je reconnais lui avoir souvent dit de faire attention à son alimentation... après lecture de tous vos articles, je me rends compte que je n'aurais pas dû... Je m'efforce aujourd'hui de lui transmettre des messages sur le fait que la beauté n'est pas stéréotypée, de lui donner toute l'attention et l'amour possible. Mais cela n'a pas l'air de fonctionner... Comment l'aider ?

Merci pour votre réponse.

Bonjour,

Etre rond et apprendre à vivre avec est une chose, mais chercher à savoir si on mange trop en est une autre. Il est probable que votre fils mange sans respecter ses sensations alimentaires. En effet, nous sommes censés manger selon notre faim, nos envies et notre rassasiement. Peut-être mange-t-il sans avoir conscience de ces signaux régulateurs.

Mais il est également possible que votre fils mange pour tenter d’apaiser ses émotions qu’il peut avoir du mal à gérer.

L’approche du GROS permet de faire un travail sur son rapport avec la nourriture, sur ses sensations alimentaires, et ses émotions qui font éventuellement manger.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 03/06/2010 07:30

bonjour!

J'ai 30 ans, deux enafnts et 30 kg de grossesse que je n'ai jamais perdu (106kg / 1m68)... Depuis toute petite, j'ai eu des problèmes de surpoids, qu'aucun régime ne m'a jamais fait perdre. Je me rends bien compte que je ne mange pas par faim, mais aussi par stress, manque de sommeil, ou parce que de la nourriture se trouve devant moi et que je m'ennuie... Bref, je tourne en rond entre des phases où je tente tout et n'importe quoi pour maigrir, et des phases d'abatements où je n'ai plus envie que de me cacher. Je songe à consulter pour me faire poser un anneau gastrique, je rêve de gagner au loto pour pouvoir me faire faire une liposucion et un remodelage quasi complet, car je n'en peux plus de tous ces kg qui m'empêchent de me sentir bien. Vers qui pourrais-je me trouner, ou vers quelle méthode, dans quel sens aller pour être en accord avec moi-même? Je ne sais plus comment trouver la solution... Ni même si il y a une solution!

merci de vos conseils..

Bonjour,

L’approche du GROS permet de faire un travail sur son rapport avec la nourriture, sur ses sensations alimentaires, et ses émotions qui font éventuellement manger.

Dans un premier temps, nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et si besoin, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 02/06/2010 07:00

bonjour,javais une question pour vous .,je reconnais avoiir une dépendance à ;a nourriture depuis toute petite . Jamais je n'ai vraiment arrêter d'avoir faim .Plus jeune il y a eu sur mon chemin plusieurs enfants qui probablement contre leur gré ,me fesait vivre de très pénibles journée. Pourtant mon gand coeur maternel me disait qu'ils étaient correcte malgré tout , J'ai toujours aimer l'humain , cela a rester,mais se qui est rester encore aujourd'hui c'Est que suis prise avec l'autocritique hyper fort et le jugement que me prote les gens viennent me cherché très creux au fond de moi . Es-ce qu'il y aurait bien une façon d'arrêter se manège et que j'arrête de faire le yoyo avec mon poids?Je change ma garde-robe 2 fois par années...

Donc, je souhaite bien avoir de vous quelques réponses à mes questions..

merci

Bonjour,

Difficile de s’aimer lorsque les autres vous maltraitent. Cela ne doit effectivement pas être sans rapport avec vos problèmes de poids.

Une thérapie avec un psychiatre ou un psychologue membre du GROS pourrait vous aider à changer tout ça, à être moins exigeante envers vous-même, et donc à cesser de prendre du poids.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 31/05/2010 09:09

Bonjour,

Concernant l'activité physique recommandée aux personnes en surpoids et/ou obésité, le Power Plate est-il une bonne indication avec un bon professeur pour favoriser un renforcement musculaire (sachant que de toutes façons ce n'est pas suffisant pour rétablir ou entretenir une forme physique ) ou le déconseillez-vous pour des raisons de risques cardio-vasculaires, ou de problèmes d'articulation liés notamment aux vibrations ou d'intensité de l'exercice ?

Merci pour votre réponse.
Cordialement

Bonjour,

Nous recommandons, pour les personnes en difficulté avec leur poids et leur comportement alimentaire, de mettre leur corps en mouvement de façon douce et progressive.

Il s’agit aussi, bien sûr, de vérifier au préalable auprès du médecin qui vous suit quels exercices permettent vos conditions de santé.

Bon courage !

Date : 28/05/2010 11:28

Bonjour,

Je ne suis pas en surpoids mais souhaiterais toutefois mincir un peu (3/4 kilos de gras en trop)

Lorsque je mange selon mes sensations alimentaires, je mange (trop?) peu, aux environ de 1000/1200 calories par jour, sinon j'ai l'estomac un peu lourd et me sens un peu nauséeuse. J'ai une activité physique moyenne (marche et petite gymnastique d'entretien tous les jours, en plus des activités courantes).

Je crains que mon métabolisme diminue si je mange selon cette faim et ensuite d'être obligée de manger peu pour rester mince.

Je ne sais pas quoi faire, pouvez-vous me renseigner s'il vous plaît?

Bonjour,

Si vous un avez un petit appétit, c’est que votre corps n’a pas besoin de beaucoup de calories pour vivre. Vous avez probablement un métabolisme économe. Ne craignez pas de peu manger. Il arrive cependant que l’alimentation ne permette plus de couvrir les apports en vitamines, minéraux et acides gras essentiels. Dans ces cas, une supplémentation s’impose.

Bon courage !


 

Date : 28/05/2010 10:17

Bonjour,

J'ai eu le bonheur de découvrir la méthode Zermati il y a maintenant près de 2 ans. Elle m'a apporté les réponses à mes problèmes de poids. Pour la première fois de ma vie, je ne fait plus de yoyo.

Enfant obèse (92 kilos), j'ai vécu plusieurs régimes et plusieurs reprises de poids. Mais aujourd'hui, j'ai pour la première fois de ma vie atteint un poids stable faisant parti de la tranche normale (IMC 23).

Votre méthode est une révolution, et j'attends avec impatience que les médias s'en saisissent et la diffise, ainsi que le pouvoirs publics.

Mais le plus dur dans l'histoire, ce n'est pas le contrôle alimentaire, c'est en vérité la gestion de ses émotions profondes qui permet de retrouver l'équilibre.

Un grand bravo à tous les praticiens qui rejoingnent le GROS. Que votre travail aboutisse un jour à une prise de conscience collective.

Merci, et bravo à vous aussi ! Peut-être qu’un travail avec un thérapeute du GROS vous permettrait de surmonter cette dernière difficulté qu’est la gestion des émotions.

Vous pouvez éventuellement contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes du GROS exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 26/05/2010 13:51

Bonjour,

Je voudrais exprimer ici, ci cela est permis, la souffrance quotidienne de ma famille et la mienne qui sommes victimes de la société dans laquelle nous vivons.

L'histoire à commencer en 2007 suite à un signalement aux services sociaux (par la directrice de l'école) que mon fils était obèse et ne fréquentait pas l'école assidûment.

Sachant que mon fils n'avait à l'époque des faits 5 ans : je rappelle que l'école n'est pas obligatoire et que seule l'instruction l'est .

Nous voilà devant une assistante sociale et un médecin de la PMI ( mais à ce stade nous ne savions rien pas plus qu'en sortant !) devant expliquer notre vie ... Oui oui .

Notre façon de vivre exposer , à la fin de l'entretien, ces deux personnes nous disent que nous serons suivis durant 3 semaines par du personnel de leurs services . Là je me demande pourquoi ? Rien n'est expliqué. Donc nous refusons . La semaine suivante : convocation devant le Juge des enfants au Tribunal. Je ne comprend toujours pas la situation !

Je me renseigne et décide de prendre un avocat pour connaître le contenu du dossier (car on vous le cache) et là horreur : le médecin de la PMI s'est permise de dire que mon fils serait parce qu'il est gros : diabétique, qu'il aurait des problèmes cardiaques, qu'il est un enfant roi, qu'il serait un futur délinquant , que je le nourris mal (là aussi je ne rentre pas dans leur moule)et pour finir quel est la place de cet enfant au sein de sa famille . J'étais furieuse lorsque j'ai entendu la lecture que me faisait mon avocat. Mon enfant est gros : je suis une criminelle . Après notre passage devant le juge des enfants en compagnie de nos enfants (je vous cache pas le traumatisme pour eux aussi) le juge a décidé d'un non-lieu.

Mais quelqu'un s'acharne ! Début avril 2010 : rebelote ... signalement anonyme .

Pour les mêmes raisons mais cette fois ci ma fille est concernée alors qu'elle que son poids est normal, quant à mon fils malgré une surveillance de son alimentation est toujours en surpoids limite obèse gràce à leur machination : de plus il est atteint psychologiquement depuis cette dernière convoc : il a développer un psoriasis géant au niveau de son cuir chevelu ! Jolie société stigmatisante et destructrice !

Mon fils ne serait pas scolarisé depuis 2007 : mensonge. C'est mon mari qui conduit mes enfants à l'école (je travaille !) donc je ne m'occupe pas d'eux. Encore des mensonges à vomir .

Cette fois ci j'ai déposé plainte à la sortie des services sociaux auprès du procureur avec constitution de partie civile. Je ne laisserais pas détruire ma famille parce que quelqu'un à décider que mes enfants sont pas comme les autres .

Malgré avoir apporté aux services sociaux les documents comme quoi mes enfants sont scolarisés, qu'ils sont suivis par un médecin (plusieurs pour mon fils) documents photocopiés par l'assistante sociale et après avoir de nouveau refuser de rentrer dans leur jeu de psy et médecin de PMI : celle-ci à déclarer au conseil général qu'elle ne pouvait pas évaluer la situation familiale. J'attends la convoc devant le juge et depuis j'en suis malade : il fallait que j'exorcise cette situation en vous le racontant.

Je ne sais pas pourquoi je dois encore et encore justifier et quoi justifier aux yeux de cette société . J'ai quitté la fonction publique (une place en or) et fait le choix d'être au plus près de mes enfants (je faisais plus de 100 kilomètres par jour pour mon travail) je travaille depuis chez moi maintenant et je suis accusée de criminelle parce que mon fils est gros : on veux me faire croire que je suis une mauvaise mère , on essai de détruire ce que j'ai construit : ma famille.

Voilà ce à quoi nous sommes confrontés et que je dénonce.

Merci de m'avoir lu.

Bonjour,

Votre courriel met bien en évidence les dérives auxquelles nous commençons à assister, de la part de certaines autorités et services publics. Nous vous conseillons de prendre contact avec l’association Allegro Fortissimo, qui vous aidera à faire face : www.allegrofortissimo.com

Bon courage !


 

Date : 24/05/2010 18:33

Bonjour,

Voilà, j'ai eu connaissance du livre du Docteur Zemati par une amie, maigrir sans régime, et du livre la dictature des régimes ; ces livres sont supers, bien que cela ne soit pas si évident à appliquer seul.

Je viens de commander le livre maigrir c'est dans la tête, et j'ai hâte de le recevoir pour le lire.

Mais au fond de moi, je pense que j'aurais besoin de voir un thérapeute pour m'aider à retrouver mes sensations alimentaires. Je penses cela, car j'ai fait différents régime, Weight Watchers, chrononutrition, Montignac, Slim data ; et à chaque fois je perds du poids mais je reprends tout, voir davantage.

Il y a aussi mes soucis de santé qui ne doivent pas aidés, car depuis décembre 2008, on m'a diagnostiqué la maladie auto immune de thyroidite d'haschimoto avec nodule et hypothyroidie.

Est-ce que la méthode du Dr Zermati pourrait m'aider à retrouver mon équilibre alimentaire et à rééquilibrer mon poids malgré cette maladie auto immune ?

En attendant votre réponse, milles merci pour ce site et ce forum, ainsi que ces médecins qui cherchent sincérement à aider les gens à se sortir du cercle infernal des régimes, à nous aider à retrouver nos sensations que malheureusement nous avons perdu à cause des régimes. Au plaisir de vous lire

Bonjour,

Malgré votre problème de thyroïde, vous pouvez apprendre à écouter votre corps, manger selon votre faim, en faisant la paix avec les aliments.

Mais il est possible que la maladie limite la possibilité de perte de poids.

Bon courage !

Date : 23/05/2010 18:35

MON MARI MARC EST EN INVALIDITE DEPUIS SIX ANS. IL SOUFFRE DE SPONDILARTHRITE ANKILOSANTE. HYPERTENSION,

Bonjour,

Quelle est votre question ? Merci de préciser !

Date : 22/05/2010 15:20

Bonjour!

Tout d'abord bravo pour votre travail d'information et d'engagement.

On parle beaucoup des gros et de leur comportement alimentaire, de même pour les anorexiques, boulimiques, et toutes sortes de déreglement.

Mais y a t'il des études serieuses menées sur le comportement alimentaire et l'apport journalier energetique de personnes naturellement saines et minces? Auriez vous des réferences?

J'ai vraiment l'impression de ne jamais rencontrer de telles personnes, qui feraient effectivement, comme nous le conseillent les données scientifiques, 3 repas equilibrés, réguliers, et d'un apport de 2900 kcal par jour même à l'état sédentaire...

Qu'en est il?

Merci!

Bonne continuation!

Bonjour,

Les personnes minces le sont parfois parce qu’elles se contrôlent, et ne mangent pas à leur faim. D’autres sont minces parce que telle est leur nature, et celles-ci ont de la chance de vivre à notre époque, où leur silhouette est à la mode.

Ce qui compte, afin d’être en bonne santé physique et psychique, c’est de manger de façon régulée, c’est à dire en fonction de signaux tels que la faim, les envies et le rassasiement.

On considère que seulement 30% de la population mange de cette façon. Et ces personnes là ne sont pas toutes toujours minces…

Bonne continuation !

Date : 22/05/2010 12:10

Bonjour,

Je viens d'entamer une thérapie comportementale avec un praticien recommandé par votre site, et je me demandais concrètement si à ce jour il existe des statistiques sur le taux de réussite de ce type de thérapie, et au bout de combien de temps on peut espérer voir des résultats ?

Je vous remercie par avance.

Bonjour,

Non désolés, il n’existe pas de statistiques à ce sujet.

Bon courage

Date : 20/05/2010 09:58

Bonjour,

je suis boulimique depuis plusieurs années, j'ai pris bcp de poids depuis.

Je suis une analyse depuis plusieurs années et ai même débuté un thérapie en paralléle, TCC pour traiter spécifiquement de trouble.

je cherche à m'inscrire dans une prise en charge de groupe mais ne sais pas où m'adresser. Je suis en région parisienne. Je sais qu'à ste anne il y a un service spécialisé mais trop peu de place (ils demandent même une lettre de motivation!!)

avez vs des adresses? des idées?

merci d'avance.

Bonjour,

L’associations ENFINE anime, entre autre, des groupes de paroles pour les personnes souffrant de boulimie et d’anorexie : www.enfine.com

Bon courage !

Date : 17/05/2010 15:11

bonjour.mon épouse pese 125 k pour 1.58m à 62 ans .je suis un peu pessimiste.

je sollicite un reconfort.

Bonjour,

Nous ne connaissons l’histoire de votre épouse, ni les raisons de son obésité. Souffre-t-elle de son poids ? A-t-elle déjà fait des régimes ? A-t-elle des troubles du comportement alimentaire ? Si c’est le cas, nous vous conseillons de l’inviter à se rendre sur notre site pour découvrir qu’il existe une alternative aux régimes, et des solutions pour soulager son comportement alimentaire.

Bon courage !


 

Date : 16/05/2010 17:26

Bonjour,

Je pense que je soufre d'hyperphagie. J'ai toujours eu une nature à grignoter un peu tout le temps (habituée ainsi dès l'enfance). Cependant, j'ai maintenu un poids stable pendant des années. La nourriture a toujours été un moyen de soigner mes angoisses, contrariétés et problèmes cachés. Et puis j'ai dérapé. J'ai été sous pression (thèse) ces trois dernières années, pendant lesquelles j'ai pris 10kg. J'ai mangé en cachette plein de choses, surtout des choses sucrées et du fromage. Vu que je le cachais, je mangeais normalement aux repas pour le cacher, alors que je m'étais déjà "remplie" juste avant. Je suis incapable de garder un paquet de gateau à la maison et je me force à finir les choses que j'achète en cachette pour ne pas me faire découvrir. J'ai même somatisé mon stress au point de souffrir de reflux gastriques. Mais ça ne m'empêche pas de me goinfrer. Je sais que c'est mal, je sais que je me sens de moins en moins bien dans mon corps et dans ma tête... Je n'ai déjà pas beaucoup d'estime et de confiance en moi, et ça m'enfonce...

Que puis-je faire pour reprendre pied?

Vu que j'ai juste un léger surpoids, en général on ne me prend pas au sérieux quand j'évoqie un trouble alimentaire. Mais je pense tout le temps à la nourriture ça m'obsède jusqu'à ce que je cède...

Pouvez-vous me conseiller ou m'aider?

Merci beaucoup d'avance...

Bonjour,

Bien souvent, les personnes souffrant d’hyperphagie ou de boulimie ont un poids tout à fait normal. On peut souffrir sans être gros !

La prise en charge par un thérapeute du GROS vous permettrait de faire un travail sur vos sensations alimentaires, dans le but de vous aider à manger selon votre faim, de tout, sans culpabilité. Un travail sur le plan psychologique sera peut-être nécessaire pour vous aider à gérer vos difficultés de vie autrement qu’en mangeant.

Spécialement formés à la prise en charge des personnes en souffrance avec leur poids, vous y trouverez une écoute attentive et respectueuse.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 10/05/2010 16:16

Bonjour,

Je suis en surpoids, à la limite de l'obésité. Lors d'un bilan de santé, il est ressorti que j'étais en excellente santé, mais qu'il fallait que je perde du poids.

Le médecin a essayé d'analyser mon alimentation pour comprendre ce qui n'allait pas. Il en est ressorti que je mangeais sans doute trop de féculents (pâtes, riz, pommes de terre...).

Par contre, ce qui m'a surprise, c'est qu'au petit déjeuner, j'avais l'habitude de prendre un bol de lait (1/2 écrémé) avec une cuillère à café de cacao (sans sucre à l'aspartame), avec une tranche de pain beurrée (beurre à 20% de matière grasse) et un fruit frais. Le médecin m'a dit qu'il fallait arrêter ça (car uniquement sucre et graisse) et en particulier le lait (le lait c'est pour les enfants uniquement, pas pour les adultes) et remplacer le lait et le beurre par du fromage blanc à 0%. Moi, je ne comprends pas très bien la différence (à part la matière grasse, dont nous avons besoin il me semble): pourriez-vous m'expliquer la raison de ce discours et me dire si vous êtres d'accord?

Merci.

Bonjour,

Vous avez raison, ces conseils n’ont pas de sens. Votre petit-déjeuner était très bien équilibré. Et le lait n’est pas uniquement pour les enfants (sinon adieu béchamel, purée et crêpes…) N’est pas nutritionniste qui veut !…

Voici 2 questions :

1/ avez-vous envie de maigrir ?

2/ si oui, avez-vous faim avant de prendre votre petit-déjeuner ?

Bonne réflexion !


 

Date : 10/05/2010 14:00

Bonjour, je vous contact car je suis étudiante en sciences humaines et j'étudie les représentations que l'on peut avoir des personnes en surpoids ou obèses. Pour mon mémoire, j'ai besoin de faire passer des questionnaires à des personnes en surpoids ou obèses entre 30 et 50 ans, hommes et femmes, le questionnaire est bien entendu anonyme. Si quelques personnes correspondant à ce profil veulent bien m'aider, je leur en serais très reconnaissante. Je vous envoie mon adresse email. Vous pouvez me contacter, et je vous enverrais le questionnaire par mail. Merci à tous!

marianna.beunel@hotmail.fr

Bonjour,

Nous mettons votre message en ligne, afin que des personnes puissent vous contacter.

Bon courage !


 

Date : 08/05/2010 21:41

Bonjour,

Je me permets de vous contacter pour vous témoigner ma gratitude quant à l'article "déguster, voilà le secret !". En effet, cet article a été un véritable déclic pour moi ! Depuis, chaque fois que je mange (et je remercie la vie que ce plaisir ce renouvelle tous les jours et même plusieurs fois !), je m'écoute pleinement et suis une vraie épicurienne : mes sensations sont redevenues ma boussole et je navigue dans un répertoire gustatif qui ne cesse de s'enrichir, de s'affiner...

En un mot : merci !

Très cordialement,

C.F

Date : 08/05/2010 10:44

Bonjour,

J'ai un gros soucis, étant 'obése' depuis toute petite, ces derniers temps je n'arrete pas de grossir, actuellement je fais 115 kg pour 173 cm (jai 20ans) en deux ans j'ai pris 15kg, pourtant je mange bien, équilibré, j'ai meme arreté de consommé des boissons surcées (2L/jour) auxquelles j'étais totalement accroc, je ne suis pas sédentaire, je fais un métier assez difficile (cuisinier) mais cuisinier ne veut pas dire se goinfrer ...

Dans ma famille on a beaucoup de soucis de thyroide, pourtant à ma derniere prise de sang (septembre 2009) tout allez bien.

Je ne suis jamais stressée, j'ai accepté le fait que je sois grosse, je n'ai aucuns soucis médical, mais le fait que je n'arrete pas de grossir me fait peur, surtout que je ne connais pas la cause ...

Que dois-je faire ?

Merci. A bientot

Bonjour,

Effectivement, il n’est pas normal que vous preniez du poids. Nous vous conseillons de rencontrer un médecin nutritionniste qui pourra réaliser un bilan complet, et si besoin vous faire travailler sur vous sensations alimentaires. Peut-être que, sans vous en rendre compte, vous mangez un peu plus que d’habitude, ou différemment.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 06/05/2010 21:43

Bonsoir,

Je profite de l'espace de ce très bon site pour m'exprimer sur une info que je viens d'entendre au 20heures et qui me consterne.

"Les petits Français sont moins obèses qu'avant (taux d'obésité en baisse depuis debut 2000) et TOUT CA GRACE AU PNNS et au fait qu'ils mangent 5 fruits et légumes par jour" (évidemmen je paraphrase, mais c'est l'idée). Mais oui fatalement, ça ne peut être que cette raison là!!!

Youpi alors! merci le Ministère de la Santé et surtout ne changeons rien !

Et ces chers petits jeunes sont-ils en paix avec leur alimentation? Même... combien parmi eux ont pu perdre du poids en sombrant dans l'anorexie ou la boulimie?

Ah mais oui j'oubliais... : On s'en fiche!! voyons... On a supprimé des kilos de graisse de la société française, des kilos de honte, réjouissons nous et mangeons comme on nous dit, pas autrement.

Avez-vous vu cette information et qu'en pensez-vous?

Cordialement,

Bonjour,

Bien sûr, nous ne saurions être d’accord avec les conclusions de Madame BACHELOT en ce qui concerne l’efficacité de la politique de santé mise en œuvre. Comme vous le soulignez si bien, on ne peut pas attribuer la petite diminution de l’obésité infantile à l’augmentation de la consommation de fruits et légumes. Bien d’autres facteurs sont à prendre en compte.

Merci pour votre commentaire !

Date : 05/05/2010 18:12

Bonjour,

Je suis étudiante en thèse de neurosciences et je travaille sur le cerveau. Je souhaiterai aller travailler aux États-Unis pour réaliser un projet sur le controle cérébral de la réponse à la leptine. Comme vous le savez sûrement, la leptine est sécrétée par le tissu adipeux et, en agissant sur le cerveau, elle contrôle l'apétit. Mon but est de mieux comprendre comment la leptine agit sur le cerveau afin de trouver des cibles thérapeuthiques pour inhiber ou interrompre cette réponse.

Vient donc ma question: Faites-vous des subventions de projets de recherche qui visent à comprendre et guérir un jour l'obésité?

Si oui, quelles en sont les modalités?

Je vous remercie d'avance,

Andrea Aguilar

Bonjour,

Désolés, nous ne sommes subventionnés par personne et nous subventionnons pas de projets de recherche.

Nous vous souhaitons bon courage !

Date : 04/05/2010 14:22

Bonjour

Je ne sais plus trop quoi faire pour stabiliser mon poids et surtout le réduire d'au moins 6kg.

Après des années sans problèmes je ne pesais que 57kg et je me trouvais grosse comme beaucoup d'ado. J'ai alors commencé un régime.

Puis j'ai quitté le domicile parental et là catastrophe j'ai tout de suite pris 3/4 kg.

En voulant les reperdre j'ai testé pleins de régimes en peu de temps : hyperprotéiné, nutritionniste, weight watchers ... en même pas 3 ans!

Weight watchers a très très bien fonctionné mais après 2 grossesses je n'arrive plus du tout à m'y tenir ... pas envie, faut noter, sans être réellement boulimique je me jette sur la nourriture sans faim juste parce que je suis énervée, stressée, triste enfin tout est bon pour manger même si je mange généralement plus du sucré.

Et maintenant je fais 68kg. Je suis maintenant en limite de surpoids : IMC de 25

je ne m'accepte plus, je complexe.

je suis partagée entre l'envie de résultats rapides et l'envie de m'en sortir même si cela doit être long.

j'ai lu l'un des livres du Dr ZERMATI et je me reconnais : je n'écoute plus mes sensations et des fois je diabolise la nourriture!

je cuisine beaucoup et de tout.

Qu'en pensez-vous?

merci pour votre aide

Bonjour,

Vous êtes malheureusement tombée dans la spirale infernale des régimes. Au début cela fonctionne plutôt bien, on maigrit, mais au fil du temps, il devient de plus en plus difficile de se contrôler. C’est normal, nous ne sommes pas fait pour nous restreindre.

En fait, notre corps possède son propre système de régulation. Lorsque nous avons besoin de calories, nous avons faim. Lorsque nous avons besoin de nutriments spécifiques, nous avons des envies précises. Et notre corps nous dit stop lorsque nous sommes rassasiés. Ainsi le poids reste stable.

Et si l’on est en surpoids, il est possible de perdre du poids en apprenant à écouter ses sensations alimentaires.

Il est temps pour vous de vous demander si vous voulez maigrir vite et prendre le risque de tout reprendre, voire plus, ou d’accepter de maigrir plus lentement, mais d’avoir plus de chances de ne pas regrossir, tout en apprenant à faire la paix avec les aliments.

Nous vous conseillons d’essayer les exercice proposés dans le livre du Dr ZERMATI « Maigrir sans régime », et éventuellement de consulter un nutritionniste ou un diététicien membre du GROS.

Bon courage !


 

Date : 04/05/2010 11:37

Bonjour

et tout d'abord MERCI pour vos réflexions, merci au Docteur Zermati qui m'a aidé à changer de vie (via son livre "Maigrir sans regime").

Je vais avoir 33 ans.

J'ai été boulimique durant plus de 10 ans, entre 18 et 29 ans. Pendant longtemps j'ai pensé que je m'en sortirai seule, qu'il suffisait de le vouloir. Faux. A 27 ans, engluée dans une situation qui me placait en marge du monde (même si tout le monde me trouvait très sociable), j'ai rencontré un psychothérapeute. J'ai lu aussi les écrits du Docteur Zermati. Peu à peu, la nourriture n'a plus été au centre de mes préoccupations. Peu à peu, la vraie vie a repris ses droits.
L'année de mes 29 ans a été salutaire.
A partir de là, plus aucun aliment n'a été tabou, je suis arrivée à faire confiance à mon corps et mon poids s'est stabilisé à 66kg (pour 1m72 ce qui était loin d'être mon idéal auparavant). J'ai jeté mon pése-personne. J'ai écouté mes envies, j'ai mangé avec faim et dieu que c'était bon ! Il m'est aussi arrivée de manger pour combler une angoisse mais plus aucune culpabilité n'est venue se placer entre la nourriture et moi.

Je suis tombée gravement malade durant ma 31e année, j'ai beaucoup maigri. Je n'avais plus faim de rien. J'ai alors repensé avec envie à ma gourmandise d'antan. Et puis j'ai guéri et repris un peu de poids. Je me suis stabilisée à 63kg et ai retrouvé un parfait équilibre entre ma faim, mes envies et mon alimentation.

Il y a prés de 8 mois, je suis tombée enceinte . Quel bonheur !
Je n'ai jamais été aussi en forme que durant le 1er trimestre de ma grossesse et j'ai pris 3 kg sans m'en souciller.
Lors de la visite du 3e mois chez mon gynecologue, ce dernier m'indique qu'une femme ne prend généralement pas de poids durant le 1Er trimestre et qu'en moyenne, elle ne doit pas prendre plus d'un kg par mois et que qu'on considére qu'elle ne devra avoir pris en fin de grossesse qu'entre 9 et 12 kilos.

Alors j'ai commencé à stresser et j'ai filé m'acheter un pése-personne. A partir de là, j'ai de nouveau été dans le contrôle. J'essaie de m'écouter mais j'ai perdu confiance en mon corps.
Je dois accoucher dans 1 mois 1/2 et j'en suis à +9kg ce qui parait "raisonnable".
Sauf que maintenant, j'ai arrêté de travailler, que je suis à la maison, que le frigo est là à portée de main...

C'est difficile parce que j'ai peur que le "combat" reprenne malgré moi après l'accouchement (je refuse dés à présent de "me mettre au régime" après l'accouchement).
Je ne sais pas si je vais retrouver cette confiance acquise il y a 4 ans et qui m'avait permis de retrouver une certaine sérénité vis à vis de la nourriture.

Voilà. Désolée d'avoir du raconter ma vie mais j'imagine que c'est plus facile pour comprendre dans quel état d'esprit je me situe aujourd'hui.

Aujourd'hui justement, vous l'aurez compris, j'ai des questions plein la tête (en plus de celles qui concernent ce petit être à venir ;o)).
Comment dois-je vivre ces dernières semaines ? Comment faire pour être de nouveau en paix avec mon alimentation après l'accouchement ?
Et d'une maniére générale, comment vivre la prise de poids pendant sa grossesse quant on a connu des troubles du comportements alimentaires ?

1000 mercis...

Bonjour,

Votre gynécologue vous a tenu un discours stéréotypé, sans connaître votre histoire, votre parcours, votre souffrance. Recentrez vous sur vous, sur vos compétences. Vous savez très bien que vous en êtes capable. Essayez de manger lorsque vous avez faim, ce qui vous fait envie, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim. Dégustez ! Et quand bien même vous prendriez un peu plus que ce que vous recommande votre gynécologue, pensez qu’il vaut mieux prendre quelques kilos de plus plutôt que de redevenir boulimique.

Bon courage !

Date : 04/05/2010 00:44

Bonjour,

Sans soucis d'alimentations jusqu'à mes 20 ans j'avais un bon coup de fourchettes et j'affichais 67kg pour 1M75. ET puis, le stress des exams et le manque de confiance en soi s'accroient, je prends du poids seulement 3kg mais la spirale des régimes est enclenchée. Je fatigue mon corps à coup de sport intensif (+3H/jour)et je réduis considérablement mes apports énergétiques et leur fréquence. Et contre toute attente, j'aurai pu me retrouver hospitalisé en clinique en affichant un poids en dessous de 50kg car ce cercle a duré presque 2 ans. Mais, j'ai un organisme qui encaisse, je tombe en aménorrhée mais mon poids ne bouge. Et le comble c'est que dès que je décide de me faire soigner, je reprends une alimentation normale quoi qu'elle reste très contrôlée de ma part et avec les kilos s'affichent fièrement sur mes hanches.

Dur dur à d'accepter cette situation qui s'est emballée jusqu'à grimper à 85kg.J'ai pris rdv à l'orée de mes 26 ans auprès d'un diététicien qui sans le savoir travaille comme vous sur les ressentis.J'ai réappris à écouter mon corps mais celui-ci semble avoir trop souffert. Ma sensation de faim s'exprimait certes mais très "discrètement" et au terme d'un repas léger/jour. Grâce à cette thérapie rééducative,j'ai perdu du poids première victoire mais ma prise alimentaire ressemblait alors à mon passé de pré-anorexique avec 1 repas par jour soit 50g de légumes+1 fruit+2yaourts. J'étais un peu désespérée, au terme de 6 mois j'affichais 77kg, mon poids ne bougait plus et je me coupais de lien social car j'appliquai consciencieusement la méthode qui consistait à manger quand la faim s'en fait sentir et selon mes envies du moment et du coup je ne mangeais plus guère avec mes collègues de boulot+ ma famille.

J'ai donc cherché à me rapprocher du modèle alimentaire pour partager des repas vers 12h et 20h mais j'ai repris du poids même si j'avais bien l'impression de manger "à ma faim" sans trop. J'ai l'impression que plus je mangeai plus je ressentais de sensation de faim vive Et suite à une calorimétrie, on a consaté que je métabolisais peu les graisses mais pas d'autres problèmes.

Ainsi j'ai 2 interrogations:

-mon métabolisme basal semble avoir changé en l'espace de 7 ans. Cela est-il irréversible?dois je me faire à l'idée qu'un repas/jour est mon équilibre?

-aux dires de mon récit, n'ai je pas trop martyrisé mon corps qui donc se met à stocker ce que je manque de peur de se retrouver en famine?? et d'où des diffucultés à maigrir.

Ah manger,une action certes banale mais qui se dérègle si corps et cerveau sont déconnectés. Je vois bien que mon corps essaye de me parler mais je ne déchiffre pas bien où je dois aller. Si vous pouviez répondre à mes 2 interrogations, je vous en serai très reconnaissante. Dans un second temps, je pense que je reprendrai contact avec un soignant du GROS mais en tant que soignante avec des personnes plus handicapées j'ai vraiment honte de me plaindre de mon petit "MOI".

je vous remercie d'avance de votre écoute et de tout ce que vous faites pour se hommes et femmes en difficultés avec la nourriture.

marie

Bonjour,

Si votre métabolisme a changé, s’il est devenu plus économe, ce n’est pas forcément irréversible. Mais si vos besoins actuels sont faibles, si vous n’avez pas besoin de manger davantage, pourquoi manger plus ? Il arrive cependant, pour les petits mangeurs, que l’alimentation ne permette plus des apports en vitamines, minéraux et acides gras essentiels suffisants. Dans ces cas, une supplémentation s’impose.

Autrement dit, nous vous conseillons de prendre contact avec un thérapeute du GROS afin qu’il vous aide à ne plus souffrir de cette situation. Vous en trouverez la liste auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Et souvenez-vous, pour bien s’occuper des autres, il faut d’abord s’occuper de soi !

Bon courage !

Date : 03/05/2010 23:22

Bonjour,

Voilà, je reconnais ne pas savoir vers qui me tourner ni comment m'en sortir... Il y a deux ans, j'ai perdu 15 kilos avec l'aide d'un centre minceur, kilos que j'avais pris suite à une grave dépression. J'ai arrété de fumer en janvier 2010 et depuis, je développe des pulsions alimentaires. J'ai une sensation de manque (mais plus de tabac) et j'ai toujours envie de manger, que ce soit salé ou sucré; Résultat, j'ai pris 5 kilos déjà et je n'arrive toujours pas à me restreindre...

Pourriez-vous me donner des conseils pour arriver à vaincre tout ça ? Merci d'avance.

Bonjour,

Les régimes ne permettent malheureusement pas de maigrir de façon durable. La restriction qu’ils induisent créent des frustrations, puis d’éventuelles pulsions incontrôlables. Les kilos reviennent, c’est l’échec.

Faire un travail sur ses sensations alimentaires permet d’être à l’écoute de son corps et de manger selon ses besoins. Ainsi il est possible de maigrir si l’on est en surpoids.

Dans un premier temps, nous vous conseillons d’observer si vous avez vraiment faim à chaque fois que vous mangez, et si ce n’est pas le cas, de chercher les raisons qui vous font manger : parce que c’est l’heure, par peur d’avoir faim plus tard, par tentation, à cause d’une émotion…

Si ce travail vous intéresse, nous vous recommandons de lire « Maigrir sans régime » du Dr Jean-Philippe ZERMATI ou « Mangez en paix » du Dr Gérard APFELDORFER. Vous y trouverez l’explication de notre système de régulation, et à l’aide d’exercices, comment parvenir à manger de façon régulée.

Bon courage !


 

Date : 03/05/2010 13:48

Que pensez-vous de cet (énième) régime basé sur la chrononutrition qui a l'air de plaire en ce moment ?

Je me doute de la réponse mais besoin de confirmation

Bonjour,

Effectivement, il s’agit d’un énième régime, selon lequel il est possible de manger très gras à certains moments de la journée, pas à d’autre… cela ne repose sur aucune étude scientifique. Il n’est pas du tout équilibré et ne respecte pas notre système de régulation.

On peut maigrir de cette façon, mais pas à long terme. A fuir !

Bon courage !


 

Date : 03/05/2010 00:28

J'aimerais savoir comment vous pouvez aider les africaines dans leur contexte si differents de l'Europe

Bonjour,

Vous parlez du contexte économique, sociologique, culturel ? Merci de bien vouloir préciser votre question.

A bientôt.


 

Date : 02/05/2010 15:09

j'ai fait une demande entente prealable avec mon chirurgien pour le ventre a la securite sociale de lyon et refuser je ne comprend pas pourquoi j'ai le ventre qui tombe sur le pubis .j'ai 46ans eu 3enfants pese 80 kg et mesure 156 est- ce le poid j'ai imc 34 je crois que faut-il faire pour que ce soit accepter merci de me donner une reponse positif ,faut-il demander un recours.

Bonjour,

Nous ne connaissons pas votre dossier médical et il nous est donc impossible de vous dire sur quoi repose ce refus de prise en charge. Vous avez toujours la possiblité de contester la décision. Peut-être le mieux serait-il d’en parler tout d’abord avec votre médecin traitant, et de demander une rendez-vous avec le médecin de la Sécurité sociale.

Bon courage

Date : 02/05/2010 14:49

Bonjour,

J'ai 65 ans .
J'ai tjrs été ronde . J'ai fait un nombre incalculable de régimes , je suis même allée à l'hôpital 4 mos et les docteurs, impuissants devant le résultat négatif du régime draconien qu'ils me faisaient faire m'ont dit que je sortais pour manger !!! A cette époque j'avais 23/25 ans et vous imaginez bien que j'avais mis tout mon espoir dans cette hospitalisation alors me sortir ça ( au lieu de reconnaître qu'ils n'y comprenaient rien ) m'a mise hors de moi et on s'est engueulés " grave" !

Et un jour j'ai rencontré une personne grosse alors bien sûr de quoi parlent 2 gros qui se rencontrent .....!!!! Cette personne m'a indiqué qu'elle avait suivi mult régimes mais rien .

Qu'enfin, elle venait de rencontrer un docteur homéopathe qui faisait des miracles .
Elle avait déjà perdu 20 kg sans faim, sans fatigue, sans nervosité , bref le pied .

Bien sûr je suis allée voir ce docteur et j'ai pris les gouttes qu'il me prescrivit . Miracle .

J'ai maigri effectivdement sans faim, sans fatigue, sans nervosité, sans mauvaise humeur , sans frustration , sans ... sans... sans... Je me suis mise en pantalon, j'étais devenue enfin chouette j'étais heureuse .

Il m'avait bien parlé de stabilisation mais à l'époque on ne connaissait pas trop ( il y a40 ans)et , moi, idiote que je suis dès que je me suis senti bien dans ma peau , ça m'a suffit , j'ai arrêté et j'ai repris ( mais sur 10 ans alors que d'habitude on reprend tout et même plus dans l'année ) .

Plus tard, je l'ai recherché mais il ne devait plus professer .
Je suis allée avec une de ses anciennes ordonnances chez un homéopathe qui m'a là appris que ce n'était pas de l'homéopathie mais une branche de l'homéopathie ; il s'agissait d' ORGANOTHERAPIE ; j'ai donc cherché un docteur qui pratiquait cette médecine mais impossible de trouver .

Et pourtant je voudrais le crier sur tous les toits , cette médecine est formidable . Dans sa salle d'attente j'ai rencontré 100 personnes toutes merveilleusement bien dans leur peau car elles avaient perdu, des fois bcp , sans souffir le martyre comme d'habitude , et... sans séquelles.

Pourquoi aucune émission ( à qui j'ai écrit dans ce sens ) ne parle jamais de cette médecine miraculeuse .

Parfois je me dis que les docteurs pensent à eux et non aux patients !!

Si qqu'un connait cette médecine, la pratique ou a été soignée par elle, merci de me répondre, ou de me dire , au moins, pourquoi ce silence sur cette médecine "douce".

Maintenant j'ai entendu parlé des patchs XXX. Qqu'un connait-il ces patchs ?

Si oui qu'en pensez-vous ?

J'assiste à leur conférences ; ils sont assez convainquants alors je me demande ce qu'il en est " effetivement " .

Si vous avez une réponse, ce serait super .

1000 mercis pour vos commentaires, réponses, points de vue .

Amicalement,

Bonjour,

L'organothérapie désigne l'utilisation médicale de tissus, de glandes ou organes à l'état naturel ou sous forme d'extraits. En l’occurrence, votre traitement devait consister en extraits thyroîdiens. Ce genre de traitement a été interdit en raison de ses répercussions parfois catastrophiques sur la santé physique et psychique, même si dans un premier temps, il permet de perdre du poids.

Nous préconisons quant à nous des méthodes fondées sur l’écoute de ses sensations alimentaires, de ses appétences, et un travail psychoémotionnel. Que du naturel !

Bon courage !

Date : 02/05/2010 13:19

explique comment il est possible d'avoir un groupe sanguin AB alors qu'il n'ya qu'un gene du groupe sanguin

Bonjour,

Nous vous conseillons de vous adresser à un spécialiste en génétique.

Bon courage !


 

Date : 02/05/2010 12:28

Bonjour,

D'abord bravo pour votre site, ni trop medical ni trop pro gros !

Voila j'ai 37 ans 1.66m 97.5 kgs, 2 enfants donc 1 qui a 4 mois.

j'ai essayé tous les regimes du hyper proteinés, destructurés ww etc.. J'ai perdu jusqu'a 30 kgs et j'ai tout repris avec un "bonus" a chaque fois.

Je suis suivi par une psy, je ne supprote plus mon image, mais en photos car mon probleme, c'est que je ne me vois pas grosse sauf quant je m'arrete devant un miroir que l'on me montre une photo de moi ou bien que quelqu'un de "bien intentionnné" me le fait remarquer. Ma psy ne me repond pas a ce sujet, les gens en surpoids se voient gros en general. Que pouvez vous me dire par experience a ce sujet.

Entre regimes et chirurgie il n'y a pas d'autres choix ?

merci de vous interesser a mon cas

Merci beaucoup

Bonjour,

Il n’est pas rare de constater que certaines personnes en surpoids ne s’en rendent pas compte, sauf lorsqu’elles se voient en photo. Peut-être est-ce une façon de fuir le problème ?

En tout cas, entre régimes et chirurgie, il existe un autre choix : celui d’apprendre à écouter son corps ! Nous possédons un système qui permet de réguler nos apports en énergie, en vitamines et en minéraux. Il s’agit de la faim, des envies et du rassasiement. En apprenant à écouter ces signaux, et à condition d’être au dessus de son poids de forme, il est possible de perdre du poids.

Parfois, un travail sur le plan émotionnel est nécessaire car certaines personnes ont trouvé le moyen de se débarrasser de leurs émotions négatives : en mangeant…

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 01/05/2010 20:02

Bonjour

Je suis psychologue spécialisée dans le suivi des troubles du comportements alimentaires depuis plusieurs années et j'adhère totalement à votre approche, j'ai vu les conséquences néfastes de tous ces régimes à la mode qui se succèdent et se ressemblent tous dans les ravages qu'ils entraînent. Je n'ai jamais désiré sortir de ma réserve professionnelle mais les conséquences du dernier régime protéiné qui fait "fureur" en ce moment et dont j'ai été témoin dans ma vie privée pendant une semaine me poussent à sortir de ma réserve, car, aux habituels ravages de ce genre de régime mené sur un long moment semblent pouvoir s'ajouter des troubles du comportement ainsi que des épisodes de confusion mentale. Je commençais à me poser la question professionnellement j'en ai malheureusement eu la confirmation d'un point de vue privé.

Date : 01/05/2010 16:59

« On en reparlera dans quelques mois. »

Voilà comment s’est conclu l’échange houleux que j’ai eu, hier, avec l’infirmière scolaire de l’établissement où je travaille.

Je me présente : j’ai 36 ans, et 20 ans de régimes derrière moi. Du plus farfelu – manger des pâtes à tous les repas – au plus équilibré – les sacrosaints préceptes du mangerbouger.fr….

Des kilos facilement perdus, encore plus facilement repris… La routine, quoi.

L’an dernier, une certitude m’est enfin apparue comme une évidence ; celle que je n’entreprendrai plus jamais de régime. Quitte à rester obèse. Chaque tentative me laissait un peu plus amère que la précédente. Alors, à quoi bon ?

Depuis 10 semaines, j’ai décidé de ne plus me battre contre mon corps. De faire la paix avec la nourriture. De me fier à mon instinct. D’attendre d’avoir faim pour manger, et de poser ma fourchette une fois le plaisir gustatif disparu.

Résultat : j’ai perdu du poids, bien sûr. Mais j’ai gagné bien plus : la paix ; le plaisir de cuisiner à nouveau, et des idées de plats à foison !

Et puis, il y a eu hier matin. La salle des profs. Je profite d’une heure de creux pour me faire une petite tasse de thé oriental (avec des petites fleurs roses et bleues dedans), dans laquelle je trempe avec bonheur un petit grillé.

Tout va bien ; comme je n’ai pas déjeuné le matin-même (bah oui, je n’avais pas faim..), la faim est bien présente… palpable sans être trop douloureuse… juste un petit creux qui a pile poil la taille d’un petit grillé…

Sur ce débarque l’infirmière scolaire, qui s’étonne de me surprendre en pleine débauche gustative à 10h30… qui s’épouvante d’apprendre que je n’ai pas mangé le matin.

S’ensuit une conversation très déplaisante… la gentille Elizabeth se transforme en porte parole convaincue du PNNS ; en rajoute une couche sur l’importance de ne pas sauter de repas, sans quoi le corps se venge, etc……

Et là, ô surprise : je réplique, je réponds, je contre-attaque… ce que je n’aurais jamais fait avant ; j’aurais plongé le nez dans ma tasse de thé, piteuse de m’être fait prendre en flagrant délit.

Manger sans avoir faim, mais ne pas manger alors que j’ai faim…… l’absurdité du fait ne semble pas la choquer…

Je dégaine alors mon dernier argument…. Le plus futile, quand j’y pense après coup….. « Les préceptes du PNNS servent à fabriquer des obèses…… j’ai perdu 10 kilos en 10 semaines, juste parce que j’ai arrêté de les suivre. »

C’était peut-être trop. Elle est sortie en me décochant la flèche du Parthe : « On en reparlera dans quelques mois. »

Dans quelques mois……

J'ai bien envie de relire le Mythe de la Caverne, tiens.

Encore merci à vous.

Merci pour ce compte-rendu de duel au fleuret !

Bon courage.


 

Date : 30/04/2010 10:58

Bonjour

Diététicienne à l'hôpital Saint-Louis à Paris, je suis actuellement à la recherche d'échelles simples pour permettre aux personnes de mesurer leur faim rassasiement et satiété? Connaitriez vous ce type d'outils. Dans l'attente de votre réponse. Merci

Cordialement

Bonjour,

Désolés, nous ne possédons pas cet outil. Autant tout le monde (ou presque) sait ce qu’est la douleur, autant la faim, ce n’est pas toujours le cas. Il est donc nécessaire de faire un vrai travail avec le patient afin de savoir s’il a faim ou pas. Notre formation vous permettrait d’acquérir des connaissances dans ce domaine.

A bientôt peut-être !

Date : 28/04/2010 19:59

Bonsoir,

Sans problème lié à la nourriture, pensez-vous que le cortisol puisse engendré une prise de poids conséquente en très peu de temps (15 kg en 3/4 mois) et si oui y a t-il un traitement à suivre ?

Bonjour,

La cortisone et les médicaments apparentés induisent des rétentions d’eau qui provoquent une première prise de poids. Ils induisent aussi une augmentation de l’appétit, qui là encore, fait monter le poids. Il convient de limiter autant que possible, en dose et en longueur de traitement, les prises de médicaments, ceci, bien évidemment dans la mesure du possible, car il ne s’agit pas de traitements prescrit à la légère par les médecins.

Durant le traitement, on sera attentif à manger selon ses habitudes précédentes, en limitant le sel, en se rappelant que son appétit est artificiellement majoré.

Bon courage !


 

Date : 27/04/2010 11:10

bonjour je suis étudiente en diététique et je suis séduite par l'action de votre association . j'ai pu observer que la psychologie l'empathie l'étude comportemental ont une part importante hors mi la nutrition et donc je voudrais en faire le sujet de mon mémoir dans un premier temps et travailler dans se sens avec mes patient plus tard.Donc je voulais savoir si il y a une formation ou un stage de psychologie à suivre ou d'études du comportement.

Merci par avance de votre aide

Cordialement,

OLESIAK Maryline

Bonjour,

Nous proposons notre propre formation dont vous trouverez le détail en allant sur cette page : http://www.gros.org/gros/activites.php

A bientôt !


 

Date : 23/04/2010 16:37

Bonjour à vous,

Quand est il de "Ledietcare" proposé via internet???

Merci.

Bonjour,

Il s’agit d’une méthode moderne pour suivre un régime. L’ordinateur devient votre coach diététique. Mais comme tout régime, cela ne permet pas d’apprendre à manger de façon régulée, selon ses appétits. A éviter car vous risquez de reprendre tous les kilos que vous aurez perdus.

Bon courage !


 

Date : 23/04/2010 11:39

Bonjour,

En surpoids pendant l' adolescence, je suis devenue une adulte plutôt mince. Cependant, lors des périodes difficiles ou des jours d'extrême fatigue (je souffre d'insomnie), j ai des envies de sucre très importantes et irrésistible et je mange également beaucoup (et après je me sens mal). J'ai l'impression que le sucre est comme une "drogue" car mon corps réagit comme s'il en avait besoin alors que physiologique il a déjà reçu tous les apports nécessaires. Pourtant le médecin ne considère pas qu'une thérapite est adaptée. pouvez-vous m'éclairer?

Bonjour,

C’est vous qui jugez que votre corps a eu sa dose de sucre. Peut-être en contrôlez-vous les apports, et se rebelle-t-il !

Dans un premier temps, un travail avec un diététicien ou un nutritionniste vous permettrait de faire le point sur votre relation avec la nourriture, notamment avec le sucre.

Dans un second temps, il sera peut-être nécessaire d’explorer la partie psychologique de l’affaire, en mettant en lumière un besoin de compenser certaines émotions en mangeant, notamment du sucre.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 20/04/2010 14:00

Bonjour,

J'ai démarré la méthode Zermati cette semaine en notant mes prises alimentaires.

Je me trouve confronter à la difficulté d'avoir des envies de manger le soir sans avoir faim.

Je craque et ouvre le frigo et mange sans faim.

Que dois-je faire pour lutter contre ce problème qui m'empêche de mener à bien la méthode ?

Cordialement

Laurence

Bonjour,

Vous n’êtes pas arrivée encore assez loin dans votre lecture. Rendez-vous au chapitre sur les émotions, vous verrez quel travail il est possible de faire à ce sujet.

Bon courage !


 

Date : 18/04/2010 20:45

Bonjour

Je ne sais pas si vous parlez de l'émission anglo-saxonne: the biggest loser, car il y aurait à dire... en ''gros'' sont enfermés un groupe de personnes obéses dans un '' ranch'' où ils sont soumis à, d'une part toute sorte de défis et d'autre part à 1800 calories et six heures de sport par jour. En fin d'émission, il y a la pesée et en fonction des résultats un candidat est annulé (et ne peut plus bénéficier de ce traitement de ''faveur'') en une semaine un candidat peut perdre jusqu'à 7,5 kgs... le tout médicalement assisté d'un digne représentant de la science, l'argument étant le rapport: calories int/ out...

Ce que je souhaite en dire tout simplement, (pour l'avoir regardé une fois jusqu'au bout...) c'est qu'il y a la une tentative de normalisation par la force posant une vraie question éthique, avec deux messages: les gros cochons doivent transpirer pour expier leur faute alimentaire et tous pareils sinon aucune chance d'être heureux...

ça va venir chez nous, préparons-nous... je compte sur vous pour allumer la télé... à tous les sens du terme

bien cordialement

Date : 13/04/2010 23:07

Bonsoir,

Je viens de décourvrir votre site en recherchant de l'aide, et j'espere enfin pouvoir en trouver. Je suis en surpoids depuis de nombreuses années, ça semble s'être déclaré au alentour de 10-12 ans, à 15-16 ans je pesait 76kg, aujourd'hui à 23 ans j'en fait 84 pour une taille d'1m60.

Mon medecin me dit que je suis obése, que je finirai diabétique car j'ai un énorme problème de sucre et de gras !

Seulement, j'ai tenté des tonnes de régimes, de Weight Watchers à l'agrafe dans l'oreille en passant par les sachets hyperprotéinés imangeables ou inbuvables.

Aujourd'hui j'ai l'impression que cette chose qui est mon corps m'empêche d'être heureuse et me pourrit la vie ... Je me sens plonger en pleine dépression !

D'autant que ces précedent régimes m'ont ruinés, de nouveau étudiante je n'ai pas les moyens de retourner dans les filets des prometteurs de bonjour attirés par mon chéquier.

Pourriez vous me dire si une thérapie est envisageable, avec un spécialiste des troubles du comportement alimentaire, ou des fringales incontrolables, les tarifs a peu prés, comment les trouver, s'il y a une prise en charge de la part de la sécu voire d'une mutuelle ??

je veux m'en sortir mais ne sais plus quoi faire ... Je vous remercie pour voitre aide et vous prie de vouloir m'excuser pour le dérangement.

Bonjour,

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes du GROS exerçant près de chez vous.

Ils sont tous spécialisés dans la prise en charge des personnes en souffrance avec leur poids et leur comportement alimentaire.

Les consultations chez les nutritionnistes et les psychiatres sont en partie remboursées par la sécurité sociale, renseignez-vous auprès de votre mutuelle concernant les dépassements d’honoraires.

Bon courage !

Date : 13/04/2010 19:29

Bonjour,

Enceinte, j'ai pris 40 kgs en 9 mois. Depuis 17 ans j'ai gardé 30 à 35kgs en surpoids que je n'arrive pas à perdre.

je ne me suis pas contentée des régimes amaigrissants qui m'ont vite déçus (yoyo), j'ai fais une psychothérapie, puis une psychanalyse pendant de longues années.

Aujourd'hui je peux dire assez precisement beaucoup de choses autour de cette prise de poids (spécificité de cette grossesse, histoire de ma propre naissance, ma mère et l'alimentation, ma mère et ses grossesses, prédisposition familiale à l'obésité, vécu de stress intense, peur de séduire et peur d'être séduite, etc...) pourtant rien à faire, cette prise de conscience n'a pas apaisé mes angoisses et n'a pas permis que se résolve mon problème d'obésité. Que faire?

Bonjour,

Un travail sur vos sensations alimentaires, en apprenant à manger selon votre faim, ce qui vous fait envie, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, pourrait peut-être vous permettre de perdre du poids.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 12/04/2010 00:52

Bonsoir,

Je viens de passer plusieurs heures sur votre site et peut - être l'ai je fait à temps..!!

Cela fais plusieurs jours que je me renseigne sur la chrononutrition (méthode Delabos) et étant sidérée par le nombre de témoignages ultra-positifs j'ai déjà mis en place quelques principes: manger très gras le matin (beaucoup de fromage + pain), consistant le midi (beaucoup de viande et des féculents), un gouter comportant beaucoup de chocolat et des fruits et enfin un diner très léger (poisson et très peu de légumes verts).

Hé bien je suis surprise de constater plusieurs choses:

1) une petite perte de qqs centaines de grammes

2) un dégout profond pour le fromage qui pourtant a toujours été aussi loin que je me souvienne ce que je préfére lors de mes repas; je ne peux pas manger plus de 200g de viande le midi et ce malgré les injonction du Dr et j'ai du mal à supporter l'odeur du poisson le soir qui a trop grosse dose a tendance a me rester sur l'estomac

3) Plus prosaiquement des problèmes de transit...

Je m'apprétais donc à modifier à ma sauce ce"mode d'alimentation" (dixit le Dr) en gardant le principe de base mais dimininuer les proportions de protéines et augmenter celle des fruits et légumes...Quand, je me souviens de cette émission sur France 5 qui parlait de cette arnaque que sont les régimes en tout genre et des différents intervenants, dont ce monsieur qui faisait partie d'un collectif bien nommé...voyons voir...GROS! oui c'est ça!

La lecture de vos pages et différents articles est pour moi sidérante...Que faire? C'est vrai après tout j'en arrive à me forcer à manger des trucs et à avoir des envies que je n'avais pas avant, à être nostalgique de mes petits déj sucrés... Mais le docteur a dit que si je ne suivais pas ces préceptes j'aurai faim et horreur! revoici une de mes angoisses les plus anciennes ressurgir. Et puis tiens, cela me rappelle quelque chose...ma mère peut être, qui m'intimait l'ordre de finir mon assiette sinon je n'étais pas une bonne fille aimante et puis mon 1er diététicien à 16ans qui m'obligeait à manger beaucoup de féculents parce que sinon j'allais faire des malaises d'hypoglycémie et puis pleins d'autres personnes qui, sous couvert d'affirmations scientifiques invérifiables pour le commun des mortels, assènent des vérités nutritionnelles et des régimes standardisés...

Au secours, qui croire?

J'ai 30 ans, je mesure 1m63 et ai dépassé depuis peu les 70KG...le verdict, que je soupçonnais depuis plusieurs mois, est tombé: SURPOIDS....A 16 ans j'ai perdu 10Kg (de 60 à 50kG) puis à 19ans il a fallut recommencer (weight watchers 5 kg 60 à 55Kg), suivi d'un petit hyperprotéiné qu'il m'a fallu arrêter très rapidement (la fatigue!), puis une prise de poids quasi sans discontinuer jusqu'à 25ans ( 72Kg après j'ai arrêté de ma peser!), puis une perte de poids de 10kg grâce à ...pas grand chose: une rupture amoureuse et un boulot très physique. Et maintenant? et bien à 28ans je change à nouveau de travail et cette fois ci quelque chose de bien plus sédentaire et une rencontre amoureuse...et des kilos en plus! Totalement illogique...voire même désespérant.

J'en ai marre, je veux me réconcilier avec la nourriture et ...avec moi. Je fais une psychothérapie depuis près d'1 an et demi et ai accompli lors de ces scéances un travail non négligeable dont une partie sur mon rapport à la nourriture: compulsions et gestion des émotions; je commence à faire taire cet espèce de tyran intérieur qui prend plaisir à me faire du mal...enfin bref, pas complétement, la preuve...

Devant l'ampleur du travail qu'il me reste à accomplir dans mon rapport à la nourriture, j'aimerai me lancer dans une thérapie comportementale et cognitive bien sûr peut - être puis-je la faire seule mais quand je vois les execices: manger des patisseries jusqu'à plus faim, sauter le petit déj...Ah horreur! je suis pétrie de préceptes alimentaires et tout cela va à l'encontre de tout ce en quoi j'ai toujours cru.

Alors, je crois que j'ai besoin de conseils, et surtout de quelqu'un qui m'encourage dans cette démarche.

Merci beaucoup d'avoir lu jusqu'au bout ce long, très long message.

Bénédicte

Bonjour,

Bravo pour votre parcours ! Nous vous encourageons à poursuivre votre travail afin de faire la paix avec la nourriture et manger de façon régulée : selon votre faim, vos envies et votre rassasiement. Les exercices proposés dans « Maigrir sans régime » du Dr Zermati sont intéressants et efficaces, mais faire ce travail seule est parfois délicat. Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !

Date : 11/04/2010 23:37

Bonjour,

Je n'ai jamais eu de problème de poids avant de faire mon premier régime vers mes 30 ans. Il y a 2 ans j'ai encore fait un régime, puis j'ai connu une période très difficile (la fin du déni d'événements sordides dans mon enfance), et là j'ai surmangé pour m'anesthésier. J'ai pris 10kg en un an. Depuis février ma vie va beaucoup mieux, j'ai franchi de grands caps vers la récupération de ma sécurité intérieure. MAIS : je n'arrive pas à m'arrêter de trop manger. J'ai lu Maigrir sans Régime et j'adhère à 100%. J'ai fait mon carnet alimentaire, et je ressens ma satiété, mais je ne m'arrête pas. J'en ai parlé à ma psy, qui me dit que les choses vont s'arranger toutes seules car je vais mieux. Je la crois, et en même temps, je ne lui parle pas en détail de ce que je mange comme je le ferais avec un thérapeute spécialisé. Ma question : à votre avis, est-ce "jouable" d'aller voir en même temps 2 psys, un pour mes émotions, et un pour mon rapport à la nourriture, sachant que bien évidemment les 2 sont très intimement liés, mais que ma psy ne m'aidera pas sur le sujet précis de la bouffe ? Je ne suis pas pressée... mais je vois quand même que je me sur-nourris encore malgré le retour à la joie de vivre par ailleurs. Qu'en pensez-vous ? Merci de votre action et de votre patience.

Bonjour,

Il est tout à fait possible de consulter 2 psychothérapeutes en parallèle, chacun complétant le travail de l’autre.

En ce qui concerne votre rapport à la nourriture, sachez qu’il est aussi possible de consulter un nutritionniste ou un diététicien membre du GROS.

Vous en trouverez la liste auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 10/04/2010 10:48

Combien de calories je perds en montant et descendant 13 marches soit ( 26 marches ) ? Et comment on fait pour maigrir les joues ?

Bonjour,

Pour les calories dépensées avec les escaliers, impossible de vous répondre précisément.

De plus, à en croire ce que vous dites sur vos joues, vous semblez être fâchée avec votre corps et son image. Et si vous étiez moins dure avec vous-même, moins exigeante, plus acceptante ? Lorsqu’on s’aime davantage, les autres nous trouvent eux aussi plus à leur goût.

Bon courage !

Date : 09/04/2010 15:55

Suite à l'arrêt du tabac, j'ai pris une quinzaine de kilos en assez peu de temps.

Je n'ai pas mangé plus pour autant, mais j'ai l'impression d'avoir enflé...

Pensez-vous qu'en suivant la méthode Zermati, mon organisme peut se réguler et par la suite perdre ces kilos bien spécifiques?

Merci pour votre réponse

Bonjour,

A l’arrêt du tabac, le métabolisme de base (qui était auparavant légèrement augmenté par la nicotine), diminue d’autant. La nicotine est de plus un excellent coupe-faim.

Ensuite, le manque de nicotine, l’absence du geste, la tentation… peut faire compenser en mangeant plus, ou différemment. On observe souvent une prise de poids à l’arrêt du tabac, pour toutes ces raisons.

Mais l’arrêt du tabac n’est pas toujours l’unique raison de la prise de poids. On peut grossir indépendamment du fait d’arrêter de fumer.

Quoiqu’il en soit, un travail sur vos sensations alimentaires (la faim, les envies, le rassasiement) vous permettra de faire le point sur votre relation avec la nourriture. Vous allez peut-être vous rendre compte que vous mangez plus que ce dont vous avez vraiment besoin. Ainsi vous perdrez peut-être du poids. Peut-être, car ce n’est pas certain.

Bon courage !


 

Date : 08/04/2010 21:24

quel sont les effets secondaires pour la prise de l'isomeride pendant plus de 5 ans

Bonjour,

Ce médicament a été retiré de la vente en septembre 1997, après la découverte de complications à type d'hypertension artérielle pulmonaire dès 1995 et d'anomalies des valvules cardiaques en Juillet 1997.
En ce qui concerne l'hypertension artérielle pulmonaire, le risque est multiplié par 3 au bout de 3 mois d'utilisation d'ISOMERIDE et par 23 après 12 mois d'utilisation.

Nous vous recommandons de vous rendre sur le suite suivant :
http://www.victimes-isomeride.asso.fr/

Bon courage !

Date : 08/04/2010 19:28

bonjour,

j'ai une fille de 13ans qui a aujourd'hui mesure 1.70m pour 94kilos à ce jour c'est très difficile de la mettre au régime, de mon coté j'ai déjà pris rendez- vous auprès de l'hopital de purpan a TOULOUSE pour un stage de découverte sur une durée de 4 jours et par la suite être hospitalisé et pouvoir suivre un régime au sein de l'hopital.après avoir discuter avec un de ces professeurs ,celle-ci me proposait de visiter votre site pour savoir si la solution de l'hospitalisation était la meilleure pour elle.cette mème prof me disait mème de passer avant par un psychiatre qui pour elle le problème de ma fille serait plutôt son image d'elle mème qui ferait qu'elle est a ce stade des 94kg

qu'en pensez vous ?

Bonjour,

Nous sommes tout à fait d’accord avec ce professeur. Vous trouverez la liste des thérapeutes du GROS auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 07/04/2010 14:22

Bonjour,

Etant en surpoids depuis l'enfance, je n'ai jamais fait de régimes. Après avoir fait connaissance avec ce site, j'ai contacté, pour perdre du poids, une thérapeute comportementale avec qui j'ai fait un bon travail, très apaisant. Je n'ai pas maigri mais je n'ai pas de problème de comportement alimentaire, je fais du sport, j'adore manger, j'aime ce qui a du goût et ce qui est frais, la sensation de satiété est toujours au rendez-vous et je suis incapable de manger si je n'ai pas faim. Je suis fermement convaincue que je suis saine, je n'ai aucune maladie et pourtant je suis toujours obèse à 40 ans, je grossis régulièrement et je commence à avoir peur de perdre ma santé physique et morale. Le regard des autres commence à me peser, je perds le goût de m'habiller et, surtout, je ne comprends pas pourquoi je continue à grossir. Actuellement, je pèse 89 Kg pour 1,60m. J'ai eu 3 enfants, entre 14 et 18 Kg par grossesse, peu de perte après. J'ai 3 questions :

Les grossesses peuvent-elles avoir un effet déséquilibrant sur l'organisme ?

Existe t-il un examen médical permettant de mesurer la masse grasse et la masse musculaire ?

Y a t-il une pathologie telle qu'un disfonctionnement du foie ou d'un autre organe, qui pourrait expliquer ce que je vis ?

Merci d'avance pour vos réponses,

Claire Sourisse

Bonjour,

On peut être obèse et être en bonne santé. Tout dépend de sa corpulence et de son poids de forme. Ce qui n’est pas normal, c’est de grossir.

Les grossesses n’ont pas d’effet déséquilibrant sur l’organisme, mais l’arrivée d’un enfant peut désorganiser le quotidien et ainsi perturber notre façon de manger.

L’examen médical permettant de mesurer la masse grasse et la masse musculaire est l’impédancemétrie. Il se réalise par exemple dans des centres de radiologies possédant l’appareil.

Le disfonctionnement de la thyroïde peut faire grossir. Parlez-en à votre médecin.

Un bilan avec un thérapeute du GROS vous permettrait de faire le point sur vos sensations alimentaires afin de savoir si vous mangez vraiment selon votre faim et votre rassasiement. Parfois, malgré des certitudes, ce n’est pas toujours le cas…

Vous trouverez la liste des thérapeutes du GROS auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 06/04/2010 16:20

bonjour,

je me permets de vous contacter car je suis en début de grossesse (11 semaines environ) et j'ai déjà beaucoup grossi alors que je suis déjà en surpoids à la base... (prise de poids de 7 kilos environ, je suis désormais à 96 kg pour 1,67...)

la gynécologue m'a conseillé de rencontrer une diétiticienne mais 1) à la maternité qui me suit on me dit qu'il va y avoir de l'attente et 2) je souhaiterais de préférence rencontrer un thérapeute qui s'occupe des TOC

j'avais lu l'an dernier un des livres du docteur Zermati et sa "méthode" m'avait aidé à perdre quelques kilos mais, depuis le début de grossesse, je ne parviens plus à ressentir la satiété et j'ai faim toutes les 2-3 heures!

bref, je vous écris à la fois pour avoir éventuellement quelques conseils "d'urgence" et aussi pour savoir si vous pouviez me conseiller un thérapeute sur la région de Lille

merci d'avance de votre attention

Bonjour,

Pour vous aider à patienter avant votre prochain rdv avec un thérapeute du GROS, nous vous conseillons de remplir le carnet alimentaire expliqué dans le livre « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Dans la 1ère colonne vous notez dans quelles conditions vous mangez (heure, lieu, avec qui, en faisant quoi).

Dans la 2ème vous notez ce que vous mangez, avec les quantités.

Et dans la 3ème, si vous avez faim avant de manger, si vous écoutez vos envies et comment vous vous sentez après le repas (encore faim, rassasiée, remplie…)

Ainsi cela vous permettra de prendre du recul par rapport à vos sensations et de :

1/ prendre conscience que vous n’avez peut-être pas toujours aussi faim que cela

2/ de mieux ressentir le rassasiement.

Pensez à manger lentement, sans rien faire d’autre.

Bon courage !


 

Date : 03/04/2010 18:34

bonjour,

je commence la méthode du Dr Zermati, j'ai commandé le livre mais pas encore reçu

mon problème de poids et dû à une hypothyroïdie que j'ai depuis 15 ans avec 20kg de plus

je suis bien suivie médicalement mais n'arrive pas à perdre, je surveille constamment ma nourriture, dès que je fais un écart je prend 1 ou 2 kg

je n'ai plus le moral, je n'en peu plus de me voir comme ça !!

pourriez-vous m'aider ??

je vous en remercie

Bonjour,

Apprendre à être à l’écoute de sa faim, de ses envies sans culpabiliser et à s’arrêter de manger quand on n’a plus faim, n’est pas simple.

Lorsque vous commencerez à lire le livre, laissez-vous guider par les exercices, les choses vous paraîtront plus claires.

Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à vous faire aider par un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 30/03/2010 15:42

Bonjour,

Je suis une jeune femme de 33 ans qui a perdu 34 kilos il y a près de 2 ans et qui se sentait bien mieux dans sa peau . Quelques moi plus tard, arret du tabac, démenagement loin de ma famille, perte de mon emploi ont eu raison de ma ( presque ) taille de quêpe et sont en passe d'avoir raison de mon histoire d'amour . J'avais réussi à mettre un terme a ces grignotages nocturnes qui constituaient mon quotidien depuis l'adolescence mais voila que mes vieux démons reviennent me tourmenter de pls belle, je mange tout et n'importe quoi, à n'importe quelle heure , sans appétit, sans controle, sans me sentir mieux après ... Mon ami et moi vivions une relation complice jusque là mais tout se degrade à commencer par notre vie sexuelle qui est réduite à néant, comment accepter qu'il me touche puisque je ne me regarde même plus ? Ajoutons à cela que la distance entre mes amies, ma famille me pèse plus que je ne l'aurai imaginé. Je ne travaille plus, reste cloitrée chez nous dans une ville qui ne me plait pas ( Rouen ) ... parfois j'ai le sentiment de vivre mon pire cauchemard ... J'ai besoin d'aide, je sais que peut etre mon histoire semblera bien banale mais porter tout ca sur mes petites épaules devient vraiment trop dur. Quelqu'un peut il m'aider un peu ? Merci d'avance et courage à tout le monde .

Amicalement .

Bonjour,

Merci pour votre témoignage dans lequel beaucoup de personnes se reconnaîtront.

Maigrir n’est pas simple. Quant au bonheur, il ne se résume pas à une simple histoire de kilos. Derrière cette reprise de poids se cache probablement un malaise plus profond. Un travail sur le plan psychologique vous permettrait de faire le point et de guérir. Quant au poids, un travail sur vos sensations alimentaires, sur votre relation aux aliments, vous permettrait de manger à votre faim, de tout, sans culpabilité.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 28/03/2010 13:57

Bonjour,

Quand j'avais 10 ans, je pesais 1.50metre pour 115kg, j'étais tres tres grosse, souvent essouflée...

Les élèves à l'école, la famille, les connaissances, les gens dans la rue se moquaient de moi.

Ne pouvant plus me supporter, et ne pouvant plus supporter les gens, je me suis mise a faire un régime draconien

Aujourd'hui, je suis agée de 23 ans, je mesure 1.78metre pour 80kg

Je fais de l'oeudeme, mais j'ai mon medecin qui m'a donnée des cachets pour perdre celle-ci!

En effet, le fait d'etre passé au kilo de nourriture et bien gras par repas, je suis passée a la viande grillée et au legume cuit à l'eau (legere quantité)!

Ce qui a été fatale pour moi, car tout couper comme ça, l'organisme en a pris un coup!

Cependant, quand je perds maintenant, c'est au niveau du visage, jusqu'en dessous de la poitrine

J'aimerai perdre de mes cuisses et mes fesses qui sont un peu trop grosse par rapport au reste...

Que me conseillerez vous de prendre (pommade ou/et cachet) et de faire comme sport ?

Actuellement je fais de la course a pied, du vélo, du step...

Mais, je n'arrive pas à perdre de mes cuisses et mes fesses... Je sus enormement quand je fais ces sports (pour ma rétention deau excellent) mais pour perdre de mes cuisses et de mes fesses ça ne me fait rien

Dans l'attente, je vous remercie de votre aide

Titia

Bonjour,

Malheureusement il n’existe aucun moyen de maigrir de façon localisée. Le sport permet entre autre de se muscler, de redessiner sa silhouette, mais si elle est ainsi, dirons-nous plutôt en forme de « poire », il est difficile d’y changer efficacement quelque chose… Tout comme certains ont les yeux bleus, d’autres les ont marrons. Cela fait partie de nos caractéristiques individuelles.

Nous vous conseillons de poursuivre votre activité physique et de commencer à penser à faire un travail sur l’image que vous avez de votre corps, afin de l’accepter tel qu’il est.

Et peut-être pouvez-vous lire « Mangez en paix » du docteur Apfeldorfer.

Bon courage !

Date : 28/03/2010 00:41

Bonjour,

Est ce une therapie comportementale et cognitive sert vraiment a quelque chose... etant donne qu elle dure plusieurs annees ou est ce qu il ne vaut mieux pas attendre.. et voir si les evenements de la vie n arrangent pas les choses ?

Je souffre de troubles alimentaires... j en ai un peu marre... plusieurs annees que ca dure.. c est du yoyo permanent et je me demande si une therapie maiderait..

merci pour votre aide,

Bonjour,

Il est difficile de se prononcer sans connaître l’avis de votre psychothérapeute.

Lui avez-vous parlé de votre trouble alimentaire ?

Peut-être qu’un travail en parallèle avec un nutritionniste ou une diététicienne du GROS vous permettrait d’avancer plus vite. Vous pourriez ainsi faire un travail sur votre relation aux aliments, sur vos sensations comme la faim et le rassasiement.

Vous en trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 28/03/2010 00:18

bonsoir j'ai lu vos article en faite je l'ai trouvé interessant .Mais je voulais vous demandé j'ai 23 ans bientot 24ans le poids que j'ai reste constant 48 .meme si desfois je suis à 50 quelque mois aprés ça chutte .Jaimerai bien que vous me doniez des conseils.je suis une senegalaise.Merci d'avance

Bonjour,

Si vous souhaitez grossir, demandez-vous si vous mangez toujours lorsque vous avez faim. Pour prendre du poids au-delà de son poids d’équilibre, une chose est sûre, il faudrait manger en permanence plus que son appétit ne le veut.

Certaines personnes sont maigres, naturellement. Tout comme certains sont ronds. Et on peut souffrir dans les 2 cas ! Il n’y a malheureusement pas grand chose à faire, si ce n’est de manger toujours un peu plus, et d’accepter ce corps…

Bon courage !


 

Date : 27/03/2010 19:30

Pourquoi suis-je grosse et molle ?

Bonjour,

Aucune idée !

Bon courage !


 

Date : 27/03/2010 18:20

Bonjour,

Je suis en surpoids depuis 17 ans. Avant je tournais autour des 60 kgs, et aujourd'hui environ 86 Kgs, j'ai donc pris 25 kgs que je n'arrive pas du tout à perdre. J'ai essayé un régime qui ressemble au Weight Watchers, qui consistait à manger varié et équilibré en pesant scrupuleusement les aliments, mais cela n'a pas marché. J'ai ensuite consulté une diététicienne, qui n'a rien pu faire non plus.Mon médecin traitant m'a fait faire un examen pour savoir s'il n'y avait pas un problème au niveau de la thyroide mais R.A.S. Et j'ai essayé de faire plus de sport, mais malgré toutes ses tentatives,je n'ai pas eu beaucoup de résultat. Du coup, je ne veux plus entendre parler d'interdiction,de restriction, de régime et je me sens bien seule façe aux médecins qui ne m'entendent pas et ne m'aident pas. Ils ne sortent pas des sentiers battus.Alors,est-ce que vous,vous pouvez faire quelquchose pour moi?

Bonjour,

Nous comprenons bien votre ras le bol !

Les thérapeutes du GROS peuvent peut-être vous aider en vous apprenant à reconnaître votre faim, votre rassasiement, et à respecter vos envies, dans le but de faire la paix avec les aliments, et peut-être de perdre du poids.

Nous pouvez contacter notre secrétariat au 01.53.76.32.20 afin d’obtenir la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 25/03/2010 11:17

Bonjour,

Actuellement en Master 2 Recherche Psychopathologie à Toulouse, voilà deux ans que je travaille sur la stigmatisation de l'obésité chez l'adolescent ainsi que sa relation avec la psychopathologie. M'orrientant vers une thèse, j'aurais aimer savoir s'il était possible d'avoir un retour sur ce que je souhaite mettre en place dans l'institution où sera menée mon étude.

Bien cordialement.

Bonjour,

Votre demande dépasse notre cadre associatif. Peut-être pourriez-vous demander directement conseil à une personne reconnue dans ce domaine (adhérente ou non du GROS) à qui vous soumettrez votre projet ? Il pourrait s’agir d’un sociologue travaillant sur la stigmatisation, ou bien d’un médecin ou un psychologue ayant une expérience clinique dans ce domaine.

Bonne continuation !

Date : 24/03/2010 09:29

bonjour,je viens de passer d'obésité sévère à sur-poids et je trouve que ma faim a changé depuis...ma question est la suivante est-il normal d'avoir plus de besoins en sur-poids qu'en obésité?suite aux lectures des différents livres du docteur Zermati je suis très proche de mes sensations alimentaires...j'avais au départ un IMC de 40 et des poussières et je viens de passer à 29...depuis j'ai faim très souvent j'ai remarqué que je dois augmenter les quantités pour ne pas "mourir" de faim toutes les deux heures...voilà je me demandais si c'était physiologique...est-ce que cela va changer aussi quand je passerais en poids dit "normal"?Il me semble devoir manger de plus en plus...comme si mon corps avait plus de besoins maintenant...

Bonjour,

En fait, une personne en surpoids ou obèse a environ 25% du sur poids constitué de masse musculaire (et oui, il faut bien porter tout ça !). Elle a donc des besoins augmentés, et ces besoins baissent lorsqu’elle maigrit.

D’autres explications à ce que vous dites nous viennent à l’esprit :

Peut-être percevez-vous mieux la sensation de faim ? Ou bien, peut-être mangez-vous plus en volume, et moins en valeur énergétique ? Peut-être mangez-vous plus souvent, et moins globalement ? Ou encore, peut-être bougez-vous beaucoup plus et avez-vous des besoins énergétiques augmentés.

En tout cas bravo pour votre parcours.

Bonne continuation !


 

Date : 23/03/2010 10:34

bonjour.

J'aimerais savoir si il y aurai une possibilité de m'envoyé par adresse postale sur la maladie de l'obésité des petits fascicules pour accroitre ma curiosité?

merci d'avance

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !


 

Date : 19/03/2010 23:02

Bonjour,

Je recherche des statistiques sur le taux de réussite des régimes amaincissants hypocaloriques, le succès étant défini comme la non reprise de poids sur une période de 2 ans.

J'ai lu par le passé que ce taux était de 5% (soit inférieur à celui ed l'arrêt de la cigarette), et je suis à la recherche d'une statistique officielle

merci de votre aide

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !

Date : 19/03/2010 16:45

Bonjour à tous,

J'ai trouvé ce site intéressant et répondant à certaines de mes questions.

Pour ma part je suis en surpoids et je suis mal dans ma peau c'est de pire en pire, j'ai décidé de me faire aider.

Je prends rdv avec une nutritionniste qui me dit qu'elle ne peut pas m'aider car j'ai besoin plutot d'un suivi psychologique.

De là je prends rdv chez mon généraliste pour l'ordonnance qui rit en me disant que c'est pas un psy qui va m'aider etc ..

J'en suis au point de départ! Comment faire pour trouver quelqu'un qui peut m'aider a me sortir de ce calvaire !

Bonjour,

Vous n’avez pas besoin d’une ordonnance pour consulter un psychologue ou un psychiatre.

Permettez-nous de vous recommander ceux faisant partie de notre annuaire. Ils sont spécialisés dans la prise en charge des personnes en souffrance avec leur poids.

Pour en obtenir la liste, contactez notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 19/03/2010 15:05

Je mange comme 4.

Pourquoi ?

Je vais vous le dire.

Ils sont nombreux dans ma tête… C’est ça le problème…Faut le nourrir tout ce petit monde !

Ils se relaient, ils s’épaulent, ils s’affrontent, ils s’amusent…

Je n’ai pas encore vraiment compris quel était leur planning, ce qui faisait que c’était l’un plutôt que l’autre qui intervenait et à quel moment, s’ils avaient convenu d’un ordre de passage selon l’émotion rencontrée, l’heure ou la saison…

Ils vivent dans ma tête et s’ils veulent agir, je n’ai aucun pouvoir.

Je les laisse faire, ils ont carte blanche !

J’observe leur manège, leurs tactiques, leurs attaques, leurs ruses et je ne fais rien.

Je n’interviens pas.

Je subis.

Je souffre dans ma chair, j’étouffe, je suffoque, j’agonise et j’aimerais qu’on en finisse, pour de bon…

Je suis à leur merci, impuissante comme le géant ficelé par les lilliputiens !

Le pire, c’est que je crois qu’ils sont plein de bonnes intentions…. Ils veulent m’aider ! Si c’est pas un comble, ça !

Mais qui sont-ils, alors, ces squatters de cerveau? Ces invités mystères qu’on attendait pas ? Ces bons samaritains à qui, nous, on avait rien demandé ?…

Il y a Gaby, le Glouton.

Lui, il a peur de manquer.

La disette, la famine, il sait ce que c’est et Gaby, il lui faut de la nourriture. Beaucoup.

Là.

Maintenant.

Tout de suite.

Il y a danger, c’est sérieux !

Il a dans les veines le souvenir de la chasse au bison.

C’était pas gagné la chasse aux bisons.

Yen avait pas toujours des bisons. Ils étaient durs à piéger en plus : fallait courir, pister, tout ça… ça peut être plus retord qu’on pense un bison…

Alors quand y a bison au menu, plus le temps de réfléchir, de raisonner, de philosopher! Manger 5 baies et graines par jour, le chasseur préhistorique, il en a rien à carrer ! Lui il veut du solide, du riche, du gras, du qui tient au corps ! Et pour ce qui est de bouger, il vient de se taper 4 jours de traque donc c’est bon là !

La chair chaude, palpitante, arrachée à la main, dégoulinante de sang qu’on se fourre dans la bouche… On avale sans mâcher, on se gave, vite, vite, ya les autres, faut survivre, faut tenir jusqu’à la prochaine fois, faut perpétuer l’espèce… Ya des poils, ya des nerfs, des tendons, des boyaux, c’est pas grave ! Maaannnnnger !

Et cette sensation du sang sur le visage, cette odeur âcre, ses doigts qu’on lèche, ces grognements qu’on pousse, on est sauvé, on a un sursis, on peut se remplir.

Ouf, sauvé.

Il y a Eliane, l’Econome.

Elle, elle sait qu’on gâche pas.

Point final.

T’as plus faim et alors ? Tu sais pas qu’il y a des petits enfants en Afrique qui mangeraient pendant 15 jours avec ce que tu veux laisser dans ton assiette ?

Eliane, elle peut décemment pas laisser ça dans son assiette.

Elle a une conscience quand même !

Elle peut pas faire ça aux petits enfants d’Afrique. C’est-pas-pô-ssible !

D’abord parce qu’elle est gentille et qu’en en plus elle connaît la valeur de l’argent, et tout et tout…

Alors qu’est-ce qu’elle fait ?

Ben, elle mange. Elle finit consciencieusement son plat.

C’est quelqu’un de bien, tu vois, Eliane. Elle pense aux autres. Elle serait trésorière bénévole de la paroisse de Sainte Eugénie de l’Ascension à ses heures perdues que ça m’étonnerait pas…

Finir son assiette, éteindre les lumières, rouler à vélo, c’est être un éco-citoyen, non ? C’est bien ça, être un éco-citoyen. Ils le disent à la télé, dans Science et Vie même.

Ya des priorités.

Puis c’est pas ces quelques cuillérées qui vont lui faire du mal. Elle devrait plutôt rendre grâce au ciel d’avoir quelque chose dans son assiette…

L’économe est rationnel, responsable, un brin altruiste (si, si..) et jamais au grand jamais, Eliane ne voudrait virer à l’enfant gâté. Grands Dieux, ça non !

Alors elle fait son boulot.

Non ce n’est pas une poubelle de table ! elle est admirable, je te dis ! elle se sacrifie pour les petits enfants d’Afrique, si c’est pas admirable, ça !

Alors on finit, on finit, on finit ! Une cuillère pour maman, une cuillère pour papa, une cuillère pour les petits enfants d’Afrique.

C’est une bonne fille, Eliane.

Ouf, sauvée.

Il y a Gérard, le Gourmand connaisseur

Gérard, il sait ce qui est bon.

Quand il tombe sur un plat qu’il aime, il déguste, il savoure, il s’extasie, il n’est plus là, il est au Nirvana de la papille.

Que c’est bon, mais que c’est bon !

Alors s’il a plus faim, qu’est-ce qu’il fait ? Il s’arrête ?

Mais tu plaisantes, là, non ???? Attends, un truc comme ça, il faut qu’il en profite, qu’il se roule dedans, qui s’en fasse tourner la tête quitte à s’en rendre malade. (Gérard est brave).

D’ailleurs, il ne comprend pas ces pseudo-œnologues qui goûtent et qui recrachent. N’importe quoi !

Non, y a pas du glouton, ni de l’économe en lui, c’est pas du tout ça.

Lui il fait honneur. Il rend hommage. Ça n’a rien à voir, je suis désolée…

C’est quelqu’un de profondément respectueux en fait.

Ouf, sauvé.

Il y a Noël, le Nostalgique

Noël, lui, il marche à l’émotion, au souvenir.

Une odeur, une saveur, et c’est tout un flot de sensations qui le traverse.

Le ragoût de mamie, la raclette entre copains dans son petit studio d’étudiant, les îles flottantes de maman, le 1er rôti orloff qu’il ait mangé, c’était le jour de sa rencontre avec Sophie, le moelleux au chocolat du mercredi à la Baule, etc, etc…

Alors quand il tombe sur le portoloin du souvenir, il est happé, enlevé, vampirisé, il ne maîtrise plus rien.

La faim n’entre pas en ligne de compte. La faim n’existe pas. Les sensations physiques n’existent pas. Il n’est plus dans son corps, il est dans sa tête, dans un vécu d’une autre époque, ailleurs, dans un nid douillet. Rien ne peut lui arriver. Il est bien. Tout simplement.

Ouf, sauvé.

Il y a Régis, le Rebelle

Régis, on lui marche pas sur les pieds, tu vois.

Genre, on lui dit pas quoi faire, quoi penser et encore moins quoi manger.

Ah ouais, j’ai pas droit à la galette à la frangipane ? ah ouais ? répète un peu, pour voir ?!

Régis, même s’il aime pas la galette à la frangipane et ben il en mange ! et trois fois en plus !

Attends, t’es qui toi pour lui dire ce qu’il va manger, quand, pourquoi, avec qui ? Il fait ce qu’il veut, Régis! et si ça peut t’emmerder (excuse moi du terme, c’est un rebelle Régis, je te le rappelle), ben tant mieux ! parfait ! très bien !

Lui, rien ni personne ne lui imposera quoique ce soit, jamais. Ca, si tu l’as pas compris, c’est que t’es vraiment le dernier des débiles et encore il est poli, là.

Au cul la satiété, l’estime de soi, le bien être et blablabla ….

Régis est libre. Libre, il restera.

Ouf, sauvé.

Il y a Silas, le Sadique

Silas, lui, il est pervers.

Il te fait du mal mais en même temps, c’est pour ton bien, tu vois. Il te force à te gaver jusqu’à la douleur et si tu pleures, si tu implores, si tu supplies, il t’oblige encore. Vas-y enfonce encore ce morceau dans ta bouche, vas-y, fais-le.. . Tu as mal ? Oublie ! Continue ! Continue ! Oh non, tu ne vomiras pas ! tu garderas tout ! je te l’ordonne !

Quel est son but ? Je ne sais pas bien encore… Il reste un des plus mystérieux à mes yeux… Humilier peut-être… Réduire à néant, écraser, ratatiner… Tester tes limites, exercer son pouvoir hypnotique jusqu’au bout de la souffrance et que là, enfin, ce soit fini.

Ouf, sauvé.

Il y a Angélique, l’Angoissée.

Angélique, elle se sent mal. Elle est très copine avec Fiona, la frustrée et Iris, l’impatiente. (Elles se voient de temps en temps). Elle sait pas vraiment pourquoi mais il y a quelque chose qui l’oppresse, qui la panique. Elle ressent comme un creux douloureux au niveau du plexus solaire, un trou noir désespérément béant. Il faut qu’elle le remplisse, qu’elle comble ce vide, c’est vital.

Vite, beaucoup, n’importe quoi : du sucré, du salé, du froid, du chaud, du mou, du croustillant, du bon, du dégueulasse ! Tout y passe ! De toutes façons, elle ne ressent plus rien…c’est comme un vortex spacio-temporel qui ne ferait qu’une bouchée de « l’Entreprise »… Et même le capitaine Kirk n’y pourrait rien..( Et pourtant il est fort, le Capitaine Kirk).

A force, Angélique se cale, s’apaise.

Ouf, sauvée.

Ces gens là cohabitent tant bien que mal dans ma tête.

Pas facile tous les jours.

Ils ont tous un point commun en tout cas, c’est que le concept « satiété » est pour eux comme qui dirait abstrait, voire futuriste et/ou dangereux…

Je veux dire, qu’ils en ont sans doute vaguement entendu parler mais plutôt comme d’une pratique marginale, un peu underground, ou encore « new age », un truc en vogue chez les bouddhistes tibétains ou les parisiens. Un truc pas très net quand même et surtout pas très valorisant.

Manger quand on a faim.

Arrêter quand on a plus faim. Quelle drôle d’idée ?

Mais qui a bien pu nous pondre un truc pareil ?

Un groupuscule extrémiste d’intellectuels, je ne vois que ça… Des gens certainement pas faits de chair humaine, ça c’est sûr…

Dites au fait, c’est bien joli cette histoire de satiété et de « j’écoute mon ressenti », etc.. mais concrètement, qu’est-ce que je fais, moi, pour mon problème de sur-population cérébrale ?

On attend le printemps et on expulse tout le monde ?!

Oui. Je crois que je vais faire ça…


 

Date : 19/03/2010 13:12

Bonjour ,je viens régulierement sur votre site lire les dernieres lettres du Dr Apfeldorfer.J'ai recu ce matin mon kiné. qui est distributeur de repas minceur qui se nomment X car le produit je cite

- la formule alimentation intelligente est concue pour permettre la régulation des cellules graisseuses afin d'aider l'organisme à normaliser son équilibre énergétique.

c'est fabriqué par les labo.X, et serait un produit de pointe.

pour réequilibrer l'acidité du corps et il y aurait perte de poid sans reprise pondérale avec effet yoyo,Le produit se présente sous forme de poudre et est aà prendre à la place de deux repas par jour au début ,puis un seul ,(le soir de préférence) a compléter de légumes ,fruits et deux collations dans la journée.

Je ne sais pas quoi en penser, j'ai 5 kilos à perdre et je me demandais si vous avez entendu parler de ce produit .

Merci d'avance Fabienne

Bonjour,

Vous avez raison de vous poser des questions. Il s’agit malheureusement d’une nouvelle poudre de perlimpinpin. Elle se substitue aux repas, l’apport calorique est diminué, et c’est bien uniquement ça qui fait maigrir. Lorsque vous reprendrez une alimentation normale (si c’est autorisé !) vous reprendrez probablement tous les kilos perdus… Aucun produit à ce jour ne permet de perdre du poids de façon durable dans le temps.

La façon la plus intelligente de manger est bien d’écouter son corps et de le respecter. Il sait très bien faire cela tout seul, faites lui confiance !

Nous vous recommandons de lire cette page sur notre site http://www.gros.org/regimes/que-penser.php. Vous comprendrez pourquoi les régimes font grossir, et comment il est possible de faire autrement.

Bonne lecture !

Date : 18/03/2010 18:53

Bonjour,

Je cherche un centre sérieux (et conventionné CPAM) de prise en charge pluridisciplinaire de l'obésité adulte (nutrition, psy, sport-piscine, kiné....) Existe-t-il un "annuaire" de ces centres ? Merci beaucoup.

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !


 

Date : 18/03/2010 13:00

Bonjour, je mange de facon compulsive depuis que j ai environ 14 ans cela fait donc 17 ans puisque j en ai 31. Il y a 6 ans je pesais 90 kg pour 1m60, j ai eu la"chance " de poser un anneau gastrique et j ai perdu environ 30kg. Je suis devenue mince mais la derniere année je m acheter beaucoup de nourriture que je vomissais immediatement apres l'avoir avalee "grace " à l'anneau. Tres amoureuse et voulant fonder une famille j' ai décidé de faire ouvrir l'anneau et de me prendre en charge. Depuis l'ouverture de mon anneau le 16 décembre 2009 j' ai repris environ 15kg et je me déteste je me bat tous les jours pour me controler mais c'est dur.

Si je vous ecrit aujourd'hui c'est pour que vous m'indiquiez l'adresse d'un groupe de soutient a Paris.

Merci de m'aider svp j en ai besoin je veux m'en sortir

Bonjour,

Nous vous conseillons de prendre contact avec l’association Allegro Fortissimo www.allegrofortissimo.com. Vous pourrez échanger avec des personnes ayant rencontré les mêmes difficultés que vous.

Bon courage !

Date : 18/03/2010 10:01

Bonjour

Étant une adepte de vos réflexions, je me permets aujourd'hui de franchir le pas et me manifester.

J'ai 32 ans et cela fait 3 ans que je ne suis plus boulimique. J'ai mis plus de 10 ans à me sortir de cette emprise, à m'accepter, à me faire confiance, à jeter mon pèse-personne et ne plus jamais réfléchir au nombre de calorie ingurgité. Depuis 3 ans donc, je mange sans plus trop me poser de question, écoutant surtout mes envies et mes sensations, ne considérant plus aucun aliment comme tabou. Autant vous dire qu'il s'agit, pour moi, d'un petit exploit.


Mais voilà que j'attends un enfant, que mon corps s'arrondit. Je suis très heureuse et épanouie. Sauf que la prise de poids d'une femme enceinte est LE combat du gynécologue qui me suit. Je ne suis pas dans le rouge (+6.5kg à la fin du 6emois) selon lui mais il me met quand même en garde et la pression monte. Je sens bien que je recommence à être dans le contrôle. Cela est très éprouvant car si je connais le risque de ce genre de comportement et ne souhaite pas y céder, je me demande comment faire si je prends beaucoup de poids « est-ce que ça ne va pas être trop galère après ? » « comment vais-je réagir ? ».

Voilà, je ne sais que faire. Aujourd'hui, je suis dans le contrôle et ai repris mes pesées quotidiennes (j'ai racheté une balance!). Je ne sais pas si je réagis ainsi vis à vis de mon médecin (je n'ai pas envie de me faire "engueuler", de le décevoir !) ou vis à vis de moi et de ces kg qui s'accumulent. J'ai pris rendez-vs chez un nutritionniste, je ne sais pas si je vais y aller.. peur de retomber dans un cercle vicieux que je connais trop bien.
Peut-être pourrez vous me donner des conseils à suivre car je me sens complètement impuissante et perdue…

Je vous remercie par avance !

Bonjour,

Vous avez fait la paix avec les aliments et avec votre corps, bravo pour ce beau parcours ! Aujourd’hui vous êtes enceinte et vous n’avez pas pris beaucoup de poids, alors ne vous laissez pas influencer par votre gynécologue qui ne connaît peut-être pas votre histoire. Vous seule savez ce que vous avez enduré. Vous n’avez pas envie de retourner dans cette spirale infernale qu’est la restriction cognitive car vous en connaissez le prix.

Essayez de vous concentrer sur vos sensations de faim, de rassasiement, écoutez vos envies, faites-vous confiance ! Votre gynécologue fait son « travail » en contrôlant votre poids, mais vous, vous savez que vous faites un autre travail : tout faire pour ne pas retomber la boulimie.

Bon courage !

Date : 17/03/2010 09:42

Bonjour,

Pourriez-vous me dire ce que vous pensez du régime Dukan ?? il parait que ça marche bien mais il s'agit encore d'un régime hyperprotéiné et donc je me méfie....merci de votre éclairage !

Bonjour,

Ce régime, malheureusement à la mode depuis quelques mois, est en train de faire des ravages. Il s’agit d’un régime hyperprotéiné très strict. La perte de poids est souvent rapide, avec des carences nutritionnelles, de la fatigue, mais surtout une intense restriction.

Et c’est tout ça qui prépare le terrain de la futur reprise de poids. Effet yoyo garantit et troubles du comportement alimentaire en vue ! A fuir !!!

Bon courage !

Date : 16/03/2010 22:30

bonsoir,suite à l'emission santé sur fr 5 sur les méthodes et compléments alimentaires pour perdre du poids, X est -il efficace ? est ce une référence ! puisque partenaire du X, merci de me tenir informé.

Cordialement

marc MUZZOLINI

Bonjour,

Cette méthode n’est pas efficace. Elle fera fondre… votre porte monnaie !

Il n’existe malheureusement pas de méthode miracle pour maigrir. Faire un travail sur soi, apprendre à manger selon sa faim, à gérer ses émotions autrement qu’en mangeant, voilà une solution pour manger en paix et éventuellement perdre du poids.

Bon courage !

Date : 14/03/2010 19:12

Bonjour, j'ai des problèmes de relations avec la nourriture qui s'aggravent avec les années (j'ai 32 ans). je me sens grosse (avec un complexe localisé au niveau du ventre depuis toujours) bien que d'après mon entourage, j'ai juste des "formes". Comment faire pour trouver la bonne thérapie et le bon thérapeute ? je vois des noms de gens connus sur internet mais comment savoir ce qui m'est vraiment adapté ? j'ai vraiment besoin d'aide car j'ai tout essayé (régimes, psychiatre, acuponcture, relaxation) mais mes problèmes me semblent aussi profonds qu'inexplicables. Je suis en train de plonger doucement dans la boulimie et l'hyperphagie, doucement mais sûrement.

Je vous remercie de l'aide que vous pourrez m'apporter.

Céline

Bonjour,

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat (au 01.53.76.32.20) afin de connaître les thérapeutes du GROS exerçant près de chez vous.

Pour vous aider à choisir sa spécialité, essayez de voir si vous avez plus besoin d’un nutritionniste ou d’une diététicienne (qui vous permettront de faire la paix avec aliments), ou plutôt d’un psychiatre ou d’un psychologue (qui vous permettront de gérer vos difficultés de vie autrement qu’en mangeant).

Bien que les uns et les autres aient des compétences partagées !

Bon courage !

Date : 13/03/2010 11:48

Bonjour,

Je voudrais vous faire part d'un nouveau forum sur les méthodes du G.R.O.S : http://unebouteillealamer.forum-actif.net

Merci encore , vous nous avez libérées !

Nous adorons et avons créé un lien depuis notre site!

Date : 12/03/2010 20:17

bonjour,

cela fait plusieurs années que je tente désespérément de perdre mes kilos en trop. mais ils ne cessent de s'accumuler avec le temps. environ 1 à 2 kilos en plus chaque année. en plus d'autres régimes, j'ai fais deux tentatives chez X. je suis curieuse de connaître votre analyse de ce régime. le "tag" apparaît sur votre site, mais j'ai recherché un commentaire sans succès. j'avais l'impression d'un "bon endoctrinement, mais j'ai l'impression de m'être fait beaucoup de mal ces dernières années. je ne sais pas gérer et ça empire. mon poids et ma relation avec les autres.

je vous remercie d'avance pour votre réponse.

Bonjour,

La méthode X ne fait guère mieux que les autres régimes. En comptant des points, on est bien loin de ses sensations de faim et de rassasiement. Quant à l’effet de groupe, cela aide certains, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Etre pesé devant les autres peut être vécu comme une humiliation.

Comme dans tous les régimes, la frustration et la culpabilité s’installent, préparant le terrain de la futur reprise de poids. C’est l’effet yoyo !

Méthode à éviter !

Bon courage !

Date : 11/03/2010 12:11

Bonjour,

Je voulais vous faire part de mon expérience.

Je vis avec « Maigrir, c’est dans la tête » de Gérard Apfeldorfer depuis presque 3 ans. Un ouvrage solide, une couverture bien ferme, parfait comme support pour mon ordinateur portable.

Bien-sûr, il y a 3 ans, immédiatement après l’avoir acheté, j’en ai dévoré les premières pages. Arrivée au chapitre « Les clefs de la modération », je l’ai refermé. Je voulais « laisser reposer ». J’étais en-chan-tée et impatiente de poursuivre !

Il m’a fallu environ 980 jours pour me décider à lire la suite… Un lent processus de maturation, profond, confus, pavé de culpabilité et d’incompréhension vis-à-vis de mon propre comportement : eh oui, quand on a LA solution sous les yeux mais pourquoi donc ne la met-on pas en pratique tout de suite ?

Vous ne serez pas surpris, j’ai trouvé dans mon manque de volonté à reprendre la lecture de ce livre une preuve supplémentaire de mon incapacité à faire face à mes difficultés. Néanmoins, à la lecture de ces premières pages, j’ai pris conscience d’une chose essentielle : je suis multiple, contradictoire, incohérente, complexe et mon travail est de l’accepter. Avec patience et bienveillance, si possible !

Alors, je me suis entrainée à vivre ma complexité dans tous les autres domaines de ma vie, professionnel, amoureux, familial, amical, sportif… et pendant ces 980 jours, j’ai bien été obligée de reconnaitre que je n’étais toujours pas prête à aborder de front la question cruciale de mon rapport à la nourriture.

Aujourd’hui, reprenant (enfin) le cours de ma lecture, je lis les raisons qui m’ont conduite à ne pas mettre en œuvre ce changement tant désiré (devenir une personne mince) dans chacun des chapitres, sans exception. Je me retrouve dans toutes les typologies que vous décrivez, plus ou moins, ainsi que dans tous les comportements, selon les périodes de ma vie. Toutes les peurs qui sont abordées je les fréquente, tous les sentiments - le vide, ne pas se respecter, se croire incapable d’être modérée ou pire encore de renoncer- je les connais.

Aujourd’hui, ce que je commence à entrevoir, c’est que non seulement je suis multiple et complexe mais qu’en plus il n’y a pas une réponse unique à mes difficultés et qu’il n’y en aura jamais. Que personne ne me débarrassera de mes peurs, à part moi. Qu’il me faut accepter que la vie ne soit pas ce que je veux qu’elle soit. Que les choses ne sont surement pas toutes tracées et encore moins courues d’avance. Que tout prend du temps, un temps infini et pas spectaculaire. Que ce temps-là n’est pas celui qui étalonne notre société, mais un temps intime et personnel, propre à chacun, qu’il s’agit de découvrir et de respecter.

Et c’est ça qui m’aide déjà à vivre mieux, que je devienne ou non une personne au corps mince.

Alors merci à vous de dire ce qu’il est difficile d’entendre pour la plupart d’entre nous : que ce n’est pas d’être arrivé qui compte mais bien d’être sur le chemin.

Jeanne


 

Date : 11/03/2010 02:27

BONJOUR JE SUIS PAS UNE PERSONNE QUI SOUFFRE DE L'OBESITé. EN FAIT JE SUIS VENU ICI POUR M'EXCUSER CAR JE ME SUIS MOQUE D'UNE AMIE QUI ETAIT ASSEZ FORTE JE L'AI PAS FAIT DIRECTEMENT MAIS VOULANT BIEN FAIRE VOULANT RASSURER MA COPINE QUI EST TRES JALOUSE LUI AI DIT QUE MON AMIE QUI M'A CONVIE A UNE SOIREE ETAIT GROSSE DONC YA AUCUNE RAISON D'ETRE JALOUSE BON VAIS PAS RACONTER TOUT CA EN DETAIL MAIS VOULAIS VRAIMENT M'EN EXCUSER D'AVOIR OSE DE ME MOQUER DES PERSONNES QUI SOUFFRE DE LEUR SURPOIDS

Date : 10/03/2010 13:29

Bonjour,

Je suis une lectrice assidue du site et des livres des Docteurs Zermati et Apfeldorfer. Je n'ai pas de problèmes de compulsions alimentaires et suis au régime depuis plus de 20 ans, sans réussir à maigrir, et pire en grossissant!

En fait, je n'ai que peu d'appétit. Je ne déjeunais pas le matin, on m'a contraint à déjeuner, obliger à manger, des protéînes et des laitages et des fruits et légumes et des féculents et aucun sucre etc etc. Personnellement, je me contenterais bien, de l'un ou de l'autre, et parfois, de quelques carré de chocolat.

J'ai donc décidé d'arrêter tout cela, de revenir à l'écoute de mes sensations et de déculpabiliser. Ma question est aujourd'hui de savoir quelle précautions je dois prendre, sachant qu'avec tout cela je suis devenue diabétique de type 2, traitée bien sûr et maîtrisant la notion d'index glycémiques. J'ajoute en outre, que j'ai une vie, trépidante et pas sédentaire du tout, sans avoir cependant un travail de force.

Si vous pouviez m'éclairer, ce serait sympathique.

Bien cordialement

Bonjour,

Etant diabétique, il est important de veiller à avoir un minimum et un maximum de glucides par jour. Si vous ne connaissez pas cette fourchette, nous vous conseillons de la demander à une diététicienne ou à un nutritionniste qui étudiera personnellement votre cas.

Bon courage !

Date : 08/03/2010 03:00

bonjour ,

en 2000 on m'a posé l'anneau gastrique , j'ais perdu presque 35 kilos , mon poids etait de 95à 97 kilos en mai 2008 le docteur m'a dit qu'il fallait m'enlever l'anneau , et qu'il pouvait me faire un bypass gastrique , que c'était formidable et que je pourrais ainsi perdre le restant de kilos en trop , je mesure 1.68m. avec le bypass gastrique je pensais arriver à 75 kilos . depuis juin 2008 je n'ais plus d'anneau gastrique et le docteur m'a opéré pour me faire un bypass , aujourd'hui je pèse 110kilos j'ais donc grossis de 15 kilos en 18mois , pour moi le bypass est un echec , je mange en quantités anormale pour un bypass. le docteur qui m'a opéré m'a dit que tout etait ok , le TOGD bon et qu'il fallait juste que je mange moins. alors pourquoi le bypass? ET QUOI FAIRE MAINTENANT?

Bonjour,

Il est peut-être temps pour vous d’apprendre à manger selon votre faim, et de rechercher certaines causes psychologiques à votre comportement alimentaire. En effet, certaines personnes ont tendance à manger pour éviter de ressentir certaines émotions.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » du Docteur Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati.

Et n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès de notre secrétariat (au 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 07/03/2010 19:28

Bonsoir,
Je me permet de vous écrire car je suis très intéressé par votre site.

En effet je suis étudiante infirmière et dans la cadre de ma troisième année nous devont présenter un travail de fin d'étude. En allant en stage, j'ai pu remarqué qu'il y avait des problèmes avec les personnes présentant une obésité ( comme par exemple tensiomètre trop petit, lit pas assez grand, fauteuil et chaise roulante non adaptés). J'ai donc choisit comme sujet de TFE la prise en charge de l'obésité dans un service général (médecine ou chirurgie) comment l'améliorer.

Je voulais donc vous demander de plus amples explications sur ce que vous avez rencontré ainsi que des témoignages sur les personnes ayant ressentit ces problèmes à l'hopital puis si vous avez rencontré des livres, ouvrages, magazines qui pourrait m'intérrésser.

Je vous remercie de me prendre en considération.

Justine PETIT élève infirmière de 2éme année à la HEPH Condorcet de TOURNAI (Belgique).

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas ces renseignements. Mais concernant les témoignages, nous vous recommandons de vous rendre sur le site www.allegrofortissimo.com.

Bon courage !

Date : 06/03/2010 15:30

hyperphagique grignoteuse compulsive... horrible image de soi, estime de soi confiance en soi inexistant à force d'echec. Existe t il des centres specialisé en tca en france,car prete a tout pour m en sortir ne sais plus quoi faire..... et grossi a vue d'oeil,.. encore une fois

Bonjour,

Nous n’avons pas cette information, en revanche nous connaissons des thérapeutes du GROS spécialisés en TCA, exerçant en ville. Nous vous invitons à contacter notre secrétariat afin de connaître ceux exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 04/03/2010 14:34

j'ai 30 ans, je souffre d'obésité, mon imc n'est pas encore super elevé (34) mais je souffre de douleurs articulaires trés importante, d'essoufflement à l'effort et d'insuffisance veineuse sans compter sur un début hta. Je me demandais si j'aurais pu béneficier d' une gastroplastie de typa "anneau"?

Bonjour,

La Haute Autorité de Santé (HAS) définit les règles pour la prise en charge chirurgicale des personnes souffrant d’obésité. Pour bénéficier d’une gastroplastie, il faut réunir différents critères, dont celui d’avoir un IMC supérieur à 40, ou à 35 s’il est associé à une comorbidité. Pour plus de détails, vous pouvez vous rendre sur cette page :

http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-04/obes...

Nous vous invitons également à vous rendre sur cette page de notre site :

http://www.gros.org/alternatives-regimes/question-prealable.php

afin de découvrir les alternatives aux régimes et à la chirurgie de l’obésité.

Bon lecture !

Date : 04/03/2010 11:12

Bonjour,

Je viens de tomber sur votre site suite à des recherches internet, et en profite donc pour vous poser une question. Je suis obèse depuis plusieurs années, mais là je ne me supporte vraiment plus (117kg pour 1m70). Le problème c'est que je ne sais absolument pas vers qui me tourner en premier pour remédier à tout ça... Dois je m'adresser à un médecin généraliste? un psychologue? Je suis isolée et c'est ce qui me fait prendre du poids (j'ai perdu 25kg il y a trois ans, et j'ai repris tout en m'éloignant de mes proches pour du travail).

Que me conseillez-vous pour m'aider à passer le pas?A qui m'adresser?

Merci beaucoup d'avance.

Bonjour,

Si vous souhaitez faire un travail avec un thérapeute du GROS, le choix sera peut-être limité par votre localité.

Mais si par chance plusieurs possibilités s’offrent à vous, essayez de voir si vous avez plus besoin d’un nutritionniste ou d’une diététicienne (qui vous permettront de faire la paix avec aliments), ou plutôt d’un psychiatre ou d’un psychologue (qui vous permettront de gérer vos difficultés de vie autrement qu’en mangeant).

Bien que les uns et les autres aient des compétences partagées !

Nous vous invitons à contacter notre secrétariat (01.53.76.32.20) afin de connaître les thérapeutes exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 02/03/2010 22:29

Bonjour,

Je suis aujourd'hui une jeune femme de 20ans qui possède des proportions rondes mais raisonnables - 1m66 pour 65 kg.

J'ai été obèse depuis toute petite et une succession de régimes par ci par là ainsi qu'un bref séjour en centre d'amaigrissement m'ont permis de sortir de mon grand surpoids. La lecture de 'Maigrir sans regime" et "Maigrir c'est dans la tête" et ma psy (que j'ai du quitter pour étudier) m'ont ouvert les yeux sur ma façon de manger et m'on aidée à arrêter les boulimies et d'arriver à mon poid actuel. Mes études (cuisinier!) m'ont fait mincir aussi, paradoxalement.

Mais aujourd'hui persiste encore une image négative de mon corps. Je me suis ne pas encore être devenue une personne mince. je n'ai aucune assurance en moi et tant que je ne serais pas plus mince l'image de l'enfant obèse, revêche et triste me collera à la peau et je veut passer ce stade de transition pour avancer dans la vie!

Etant à l'écoute de mon corps je m'entête encore à ne pas lui obéir et je mange toujours plus que de raison, je ne suis satisfaite qu'une fois le ventre bien plein, à ras bord et bien que repue (et en même temps réconfortée) je suis fâchée contre moi même, mon manque de volonté et l'indigestion qui s'en suit.

Je ne sais quoi faire pour savoir m'arrêter car je sais très bien quand le faire (mon corps est très clair sur ce point!) mais je ne peut m'y résoudre. Du coup je sais que je ne suis pas à mon "set-point". Je mange pourtant de tout, quand je veut. Pourriez vous me donner des conseils pour aquérir enfin cette harmonie absolue du corps et de l'esprit afin d'être une femme plus mince et plus épanouie?

Merci à vous

Bonjour,

Bravo pour votre parcours ! Mais aujourd’hui, il semble que vous soyez restée ronde dans un corps de mince. Peut-être est-ce le manque de confiance en vous qui vous conduit encore à manger excessivement. Et si vous êtes au dessus de votre poids naturel, cela peut en effet vous empêcher de maigrir. Et c’est ce qui renforce, entre autre, votre faible estime de vous-même.

Pour sortir de ce cercle vicieux, il est nécessaire que vous fassiez un travail d’ordre psychologique, afin de renforcer votre propre estime. Un thérapeute du GROS pourrait vous aider, nous vous invitons à contacter notre secrétariat afin d’en connaître la liste (tel : 01.53.76.32.20).

Bon courage !

Date : 02/03/2010 11:37

Bonjour,

Après avoir lu divers forums et avis sur la méthode du Dr Zermati, je souhaiterais me lancer dans une RA.

Toutefois, certaines notions et concepts me font "peur": celui du set point en particulier.... Jusqu'à mes 19 ans je suis restée à un poids de 75 kg environ et je m'y sentais bien. Trois ans se sont écoulées, et avec eux l'arret du sport, le décès de mon père et une sérieuse hyperphagie... j'ai pris 40 kg et j'ai peur de ne pas retrouver ce point qui à l'époque était naturel... pensez-vous que je sois "condamnée" à rester à un poids beaucoup plus élevé que le mien auparavant ?? cela me fait très peur. je consulte depuis un an mais rien ne s'est arrangé. Je consultais un psychiatre puis un hypnothérapeute mais les crises sont toujours là, plus ou moins fortes et plus ou moins régulièrement... est-il possible de s'en sortir sans passer par une chirurgie que je trouve invasive et quasi-punitive?

Bonjour,

Il n’est pas possible de dire si votre set point a augmenté, ni de combien. Nous comprenons que l’idée de ne plus retrouver votre ancien poids soit un élément stressant. Mais rassurez-vous, la chirurgie ne s’impose pas en première intention. Un travail avec un spécialiste devrait vous permettre de faire la paix avec les aliments, manger de façon régulée, en fonction de votre faim, de vos envies et de votre satiété. Pour y parvenir, il vous faudra aussi progresser sur le plan psychologique, parvenir à ne plus manger pour faire face à vos difficultés émotionnelles. Ainsi pourrez-vous probablement perdre du poids, mais de combien de kilos, impossible de le prédire…

Si vous souhaitez connaître des thérapeutes utilisant l’approche du GROS, contactez notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 01/03/2010 22:13

Merci à vous !

Je dévore la lettre mensuelle, je me régale de votre style et me délecte de ce qui m'apparaît être : le bon sens même.

Merci aussi pour l'immense respect que vous témoignez aux "gros". Ca fait du bien.

Date : 01/03/2010 17:44

Bonjour ! Je suis très intéressée par votre façon de présenter les problèmes de poids, mais j'aimerais vous soumettre mon cas particulier (lien entre anti-dépresseurs/ dépression et perte du sentiment de satiété/prise de poids) pour lequel il ne me semble pas y avoir de réponse sur votre site.

Je n'avais pas de problème de poids jusqu'à il y a dix ans où j'ai commencé à prendre des anti-dépresseurs (en l'occurence vitaux pour moi, sans eux je ne serais peut-être plus ici pour en parler). Ils m'ont fait prendre une dizaine de kilos, perdus après un premier arrêt des médicaments au bout de quelques années... mais j'ai dû reprendre des anti-dépresseurs et mon poids est remonté en flèche. L'année dernière, profitant d'une baisse progressive de mes médocs, j'ai perdu 18 kilos avec un régime assez dur (Dukan), j'avais encore 5 kgs de trop par rapport à mon poids habituel mais ça allait. Le problème aujourd'hui, c'est que même en suivant scupuleusement le régime de stabilisation définitive préconisé par la méthode, mon poids remonte progressivement. J'ai aujourd'hui 46 ans, j'en suis à 1/2 séropram par jour. Est-ce que ce sont les médicaments ou la dépression qui faussent ma perception de la satiété ? Ou bien les médicaments ont-ils une action "grossissante" en eux-mêmes - tout comme la nicotine a une action amaigrissante même si on mange strictement pareil ? Les médecins ne répondent jamais sur ce sujet, ou minimisent le problème, ayant sans doute peur que leurs patients arrêtent leur traitement...

Ce que je sais c'est que je me sens beaucoup plus en forme avec des kilos en moins, et que j'ai peur, en écoutant seulement mon corps et ses envies/besoins, ce que je savais faire avant, de tout reprendre... Merci de m'aider !

Bonjour,

Certains anti-dépresseurs font grossir car ils stimulent l’appétit et abaissent le métabolisme de base. D’autres, dont le citalopram (Seropram) et la fluoxétine (Prozac) font partie, ont plutôt tendance, habituellement, à diminuer légèrement l’appétit en début de traitement. Mais ces effets pharmacologiques sont souvent d’intensité nettement plus faible que les effets de la dépression elle-même, qui conduit certaines personnes à manger, par intolérance émotionnelle.

Nous vous conseillons donc : 1) d’entreprendre une psychothérapie, afin de faire face à votre vécu dépressif sans médicaments, ou avec le moins de médicaments possible ; 2) d’entreprendre un travail sur vos sensations alimentaires et de sortir du cycle infernal des régimes amaigrissants.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir c’est dans la tête » Du Dr Apfeldorfer et « Maigrir sans régime » du Dr Zermati. Vous pouvez aussi consulter un thérapeute du GROS.

Bon courage !


 

Date : 28/02/2010 14:08

Bonjour, je viens vers vous une fois encore pour vous redemander votre aide, en effet j'avais posté sur ce site voici 2 ans.

J'ai essayé de me sortir seule de mon problème en lisant et relisant les livres de zermati et apfeldorfer, en allant régulièrement sur un site d'entraide, mais je n'ai pas réussi !

J'ai 55 ans, je suis ménopausée et hypothyroidienne depuis environ 20 ans et au régime dès l'âge de 20 ans, jusqu'à celui de 52 !

Aucun n'a marché et je me suis toujours retrouvé avec un bonus, j'ai tout essayé : calcul des calories, régimes protéinés, weight watchers, régimes dissociés, chrononutrition (suivi par un médecin), et j'en passe !

Il y a deux ans j'ai donc essayé une autre alternative (celle de zermati et apfeldorfer) qui ne marchait malgré tout pas très bien, mais en 2009 j'ai eu de gros soucis de santé : infection massive de la vésicule = 9 semaines d'hospitalisation, 4 opérations chirurgicales, au final une perte de poids de 13 kgs, liée essentiellement au fait que pendant cette période je ne mangeais que bouillon/yaourt/compote, ou même rien du tout : 15 jours de diète complète sans nourriture ni eau à part les perfs !

Bien entendu, tout est revenu et même plus, quand j'ai commencé à m'alimenter normalement, je n'ose même plus me peser et j'ai honte de moi ! J'essaie pourtant de faire de l'exercice : aquagym une fois par semaine, gymnastique une fois ou 2 en complément, mais cela ne change rien !

JE NE VEUX PLUS DE REGIMES, je veux en finir une fois pour toute avec ce mal être, avec cette souffrance, avec ce dégout de moi-même qui me mine à petit feu et qui me donne aussi par moment de mauvaises pensées !

Alors que faire, quelle solution puis je trouver pour me sortir de tout ça !

Merci pour votre aide, ne m'abandonnez pas !

Bonjour,

Peut-être est-ce le bon moment pour vous de rencontrer un thérapeute du GROS. Lire est une chose, mais avoir une prise en charge personnalisée en est une autre. Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat afin d’obtenir la liste des praticiens proches de chez vous.

Bon courage !

Date : 27/02/2010 12:49

je me demande( et vous demande!)en reprenant contact avec votre site (que je recommande souvent)si je ne suis pas en train de faire une (grosse) betise en allant en avril 15j dans un service de nutrition du chu de Nimes ;pour moi c'est surtout un break et reprendre soin de moi;mais ne vais je pas aggraver mon cas?je suis en plein illogisme ?je vais y aller en tout cas avec les livres de JPZermatti!

Bonjour,

Effectivement, ce n’est probablement pas dans un service de nutrition que l’on vous apprendra à manger selon vos sensations alimentaires. Du moins, pas encore ! Mais si vous sentez que cela vous fera du bien, armée de bonnes lectures, pourquoi pas ! Mais il est peut être possible de se faire du bien autrement, tout en entament un suivi sérieux auprès d’un thérapeute du GROS, qu’en pensez-vous ?

Bonne réflexion, bon séjour, et bon courage !

Date : 24/02/2010 10:10

J'ai 62 ans, je pèse 90 Kgs pour 1 m 68 . J'ai du ventre, une grosse grosse poitrine, je me trouve moche, mais je n'arrive pas à "manger correctement" ou du moins ce qu'on appelle correctement. Les médecins nutritionnistes que j'ai rencontrés ne m'ont jamais été d'une grande utilité, car je suis tout en paradoxes : je ne me trouve pas belle comme ça, je voudrais mincir (- 10 Kgs) c'est tout, mais je ne trouve pas le "courage", la volonté de faire ... ce qu'il faudrait faire. et je n'aime pas cuisiner.

voilà je dois être un cas.

Bonjour,

Peut-être qu’une approche différente, comme celle des thérapeutes du GROS, pourrait vous aider.

Bon courage !

Date : 23/02/2010 12:09

Bonjour,

Je vous écris car je suis étudiante en dernière année de diététique à l'Institut Paul Lambin et je suis dans ma période de TFE.

Mon TFE concerne la perception du goût et de la satiété chez les enfanst obèses.

J'aimerais savoir s'il existe des échelles d'évaluation de la satiété ou du goût car j'élabore des ateliers et des présentations qui sont entourrées de questionnaires "avant-après". L'interpretation de mes résultats restent donc un point d'interogation.

Comment estimer que la réponse de mon adolescents je peux la situer dans ma colonne "il a comprit" ou "il a pas comprit" ou "il a moyennement comprit"?

Un tout grand merci.

Kellie

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !

Date : 22/02/2010 11:44

Bonjour,

Je voulais juste vous remercier d'expliquer inlassablement votre travail et vos réflexions sur ce site et ailleurs.

J'ai toujours été en surpoids, du plus loin que je me souvienne. Le fait de que je grossisse a toujours été une obssession pour mes parents, qu'ils m'ont évidemment transmise.

Depuis quelques mois, juste en respectant mes envies, je perds du poids sans être fatiguée ou frustrée. Conditionnée par les discours diététique rabachés par l'éducation nationale entre autre, je n'osais parler à personne de ce petit miracle et j'étais persuadée d' être en train de dérégler toute mon alimentation. Aussi, quel soulagement lorsque j'ai entendu parler du réseau GROS, et de toute votre philosophie !! (par l'intermédiaire du blog 'pensée de ronde', d'ailleurs !)

Alors un grand MERCI pour votre discours qui m'a permis de sortir du cercle vicieux de la culpabilité, qui me tient émerveillée devant mon corps, tellement performant pour se réguler seul, et que j'ai pourtant toujours détesté.

Date : 19/02/2010 17:34

Juste pour vous remercier

Merci d'avoir créé ce site et de m'avoir fait parvenir si vite liste des praticiens de votre association

Merci de me (nous) permettre de sortir de cette culpabilité épouvantable spirale infernale.

depuis 30 ans, je grossis, je maigris mais regrossis de plus belle

en plus d'être moche, je suis forcément nulle, conne et vélléitaire puisque je perds 5 ou 10 ou 15 kg mais qui sont repris quelques mois plus tard. J'ignore si je vais parvenir à atteindre un poids acceptable tant esthétiquement et médicalement (et sortir de l'obésité morbide) mais au moins je me sens moins seule !!

ALORS MERCI

Date : 18/02/2010 07:39

bonjour

je vous lis regulierement et aujourd hui je saute le pas a vous posez la question fatidique dois je maigrir ou m accepter?

je suis au regime depuis l age de 4 ans et j en ai 38 , je crois que j ai tout essayer : tout les regime proteine, les dieteticiennes, les charlatan qui nous promettent bcp !!

mais la je suis au bout , je regarde mon passe et je me dis que j ai passer ma vive a vouloir maigrir , je perds 20kg et j en reprends 25 kg et la la motivation n est plus avec moi!

ce que je narrive pas a comprendre c est que plus je veux maigrir plus je mange, je me leve en pensant a la "bouff" la journee je me goinffre de chose sucre, le soir je pense a tout ce que jai manger et je pleure !

je n ai jamais rien fais par rapport a mon corps que je hais a un point ou parfois des idees morbide arrivent!!

aider a moi a savoir si je dois accepter ces 106kg pour 1.70 m , jai honte de moi a un point de non retour !

je n ai plus envie de me priver , de me restreindre mais vue que pour moi c est la seule solution pour maigrir !

ma relation avec la nourriture est demente , je me culpabilise au moindre ecart et si j ai le malheuir de manger du chocolat je suis en colere apres moi et je mange encore plus !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

j ai besoin d aide j espere que vous pourrez me guider

une maman , une femme dans le desaroi !

merci d avance

Bonjour,

Nous comprenons votre détresse. Vous avez effectivement besoin d’aide. Heureusement il existe des alternatives aux régimes. Dans un premier temps, un travail pour vous réconcilier avec la nourriture est indispensable, afin de manger en paix, sans culpabilité. Vous apprendrez à reconnaître vos sensations de faim et de satiété.

Un travail sur le plan psychologique s’avère également nécessaire, afin de restaurer votre propre estime.

Ainsi pourrez-vous peut-être perdre du poids, mais nous ne pouvons pas vous l’assurer : dans certains cas, le poids pris ne peut pas être perdu, ou bien perdu seulement en partie, pour des raisons métaboliques. Quoi qu’il en soit, un travail sur l’acceptation de votre corps sera de toute façon indispensable.

Nous vous recommandons de contacter notre secrétariat afin de connaître les thérapeutes du GROS exerçant près de chez vous : 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 17/02/2010 14:05

bonour, Journaliste, je travaille actuellement sur le traitement des sujets alimentation dans les médias. Outre les crises alimentaires, je voudrais disposer d'éléments ou d'études réalisés sur les autres aspects de l'alimentation, de la pratique culinaire à l'orthodoxie, de l'image du corps à la médicalisation... : je me demandais s'il existait une ou plusieurs études sur le traitement de la relation poids/alimentation dans les médias par exemple ? merci de toutes les pistes disponibles.

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information.

Bonne recherche !


 

Date : 16/02/2010 20:48

bonjour,

En préménopause,un rien me fait grossir,l'ain dernier je me suis fais faire une réduction mammaire(2kgs de graisse retirée) je pesais 70kgs pour 1m60(j'étais bien)

10 mois aprés , je pése 77 kgs voir 78kgs, je ne sais plus quoi faire, les régimes yoyos ,j'en est fait !!!j'ai 51ans,si je fais trés attention à mon alimentation je perds(à condition de faire un repas par jour ou manger trés light le soir)je peux perdre 2kgs rapidement comme je peux en prendre 4 tout aussi rapidement !

je suis essouflée,je ne fais plus de sport en ce moment(avant 4h de bagminton par semaine)pour cause de fracture au coude

à part 5kms de marche par jour(pour me rendre au travail,aller ,retour)c'est tout ce que je fais en sport

je n'est aucun traitement en cours,aucune maladie, rien ! je souffre de ce surpoids

merci de votre aide.

Bonjour,

Vous faites les frais des régimes et de leurs conséquences : faire un régime est frustrant. Un jour ou l’autre on craque, on regrossit, on se dévalorise… ce qui fait encore plus manger, et donc grossir. Vous êtes dans un cercle vicieux dont vous pouvez peut-être sortir : en faisant un travail sur vos sensations alimentaires, sur votre relation aux aliments, en apprenant à manger de tout, sans culpabilité, vous pourriez faire la paix avec les aliments et éventuellement perdre du poids.

N’oubliez pas que la ménopause s’accompagne très souvent d’une petite prise de poids, malheureusement naturelle…

Nous vous recommandons de lire « Maigrir sans régime » du Dr Zermati, « Maigrir c’est dans la tête » du Dr Apfeldorfer, et éventuellement de consulter un thérapeute du GROS (dont vous trouverez la liste en contactant le secrétariat au 01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 15/02/2010 16:37

Bonjour,

On peut lire sur un paquet de céréales du petit-déjeuner : "apport pour un bol de 40g". Une recette mentionne les quantités précises pour x personnes. Les nutritionnistes nous recommandent également de consommer telle quantité de nourriture. Cela signifie-t-il qu'il faille peser ses aliments et ainsi respecter ces règles alimentaires qu'on nous conseille de suivre afin de manger "juste" ?

Merci d'avance pour votre réponse.

Bonjour,

Les quantités indiquées ne sont pas transposables à tous et sont d’ordre statistique. Nous n’avons pas tous les mêmes besoins nutritionnels, ni les mêmes dépenses physiques. Il serait absurde de vouloir peser ses aliments ! Manger « juste », c’est respecter son corps et ses besoins qui lui sont propres. C’est manger librement de tout, selon sa faim, jusqu’à satiété.

Bon appétit !


 

Date : 14/02/2010 18:08

J'ai voulu consulter un médecin nutritionniste pour maigrir. L'entretien a été pour moi déroutant. J'espèrais des conseils en nutrition, je suis ressortie avec un régime fruit/laitage au pdj et viand/poisson midi et soir bref manger plus que ce que je mange actuellement... pouvez vous me dire quel type de régime est ce ? et aussi ce qu'est la médecine anti-âge ? merci

Bonjour,

Il est difficile de donner un avis sur ce régime sans en avoir le détail. Nous déconseillons ces régimes restrictifs, comme tout autre régime. Ils ne vous permettront pas de maigrir à long terme car ils ne permettent pas de respecter vos mécanismes de régulation de la prise alimentaire.

Il n’existe malheureusement pas de solution miracle. Vous percevez déjà qu’un tel régime n’est pas adapté à vos besoins.

La médecine anti-âge est une médecine dite préventive. Elle propose de ralentir les effets du vieillissement, en recommandant de veiller à avoir un apport suffisant en micro-nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides gras essentiels) et en renforçant les apports en aliments espérés protecteurs, par exemple en molécules anti-oxydantes. Il s’agit donc d’un autre régime…

Nous vous conseillons de faire un travail davantage centré sur l’écoute de votre corps et de vos sensations alimentaires.

Rendez-vous sur http://www.gros.org/alternatives-regimes/question-prealable.php afin de comprendre comment il est possible de maigrir de cette façon.

Bon courage !


 

Date : 14/02/2010 11:22

Bonjour, je suis ergothérapeute et photographe et je travaille un projet sur l'absurdité du conformisme dans notre société ou "normalité". Essayez de dénoncer l'influence néfaste de la mode et certaines idées préconçues dans laquelles nous grandissons. pour ce faire je cherche des personnes qui seraient d'accord pour se faire photographier qui souffriraient ou non de leur surpoids dans notre société. Disonible pour vous expliquer mon projet et en vous remerciant, cordialement Mme Pin Poupelard Mon site www.photomagdalenapinpoupelard.com

Date : 12/02/2010 17:47

Bonjour,

Je tiens tout d'abord à vous remercier pour tous les conseils que vous mettez à notre disposition, et qui m'aide à avancer petit à petit vers la paix alimentaire.

J'aurais aimé savoir s'il était possible de consulter un médecin du GROS, même si l'on n'est pas en surpoids ? J'ai 19 ans et des troubles du comportement alimentaire depuis des années. Je ne suis plus en surpoids depuis mon adolescence mais j'ai toujours un rapport catastrophique avec l'alimentation et avec mon corps. Je tente de m'en sortir en suivant les principes que vous conseillez, mais je ne pense pas que j'y arriverai sans une réelle aide médicale.

Par ailleurs, j'aimerais savoir si les consultations sont remboursées ? Je sais que pour ma part, ce ne le sera pas car je ne suis pas en surpoids mais mon père est en obésité très importante, a fait plusieurs régimes évidemment inefficaces (il a perdu 50 kilos environ à chaque fois et a tout repris dans les quelques années suivantes) et il commence sérieusement à envisager d'abandonner l'idée des régimes et de consulter un thérapeute qui adhère aux principes du GROS. J'aimerais donc savoir si ses consultations pourraient être prises en charge par la Sécurité Sociale.

Je vous remercie.

Bonjour,

Oui vous pouvez consulter un thérapeute du GROS, même si vous n’êtes pas en surpoids. Ce qui compte, c’est que vous soyez en difficulté avec votre comportement alimentaire.

Si vous consultez un médecin (nutritionniste ou psychiatre) les consultations sont en partie remboursées. Mais cela ne dépend pas du poids.

A bientôt !

Date : 12/02/2010 09:37

Bonjour, j'ai 24 ans, celà fait quelques années que j'essaye de suivre mes sensations alimentaires comme le préconise Mr Zermati (avec des hauts et des bas). J'ai ainsi pu perdre 10kg sans le moindre effort, rien qu'en écoutant mes sensations.

depuis un an, les émotions ont repris le dessus, j'ai donc repris ces 10kg.

début janvier je me suis redonnée comme objectif de me réecouter, de faire confiance à mon corps, de manger selon ma faim et sassiété.

je viens de me peser, je n'ai pas perdu un gramme.

est ce normal ? le corps peut il mettre quelques mois avant de reperdre ? je me sens un peu perdu. Merci pour votre réponse.

Bonjour,

Bravo pour le travail que vous avez effectué sur vos sensations alimentaires. Mais il semblerait que vos émotions vous rattrapent et vous empêchent de perdre du poids ! Pour vous aider à maigrir, vous pourriez dans un premier temps relire le livre du Dr Zermati, essentiellement le chapitre concernant les émotions, afin de ne plus manger chaque fois qu’elles vous envahissent.

Si vous ne vous en sortez pas, n’hésitez pas à consulter un thérapeute du GROS, dont vous trouverez la liste auprès du secrétariat (01.53.76.32.20).

Bon courage !


 

Date : 08/02/2010 16:52

Bonjour,

Je connais un peu les principes du GROS, ayant déjà consulté un médecin du GROS il y a 3 ans environ.

Je confirme que c'est efficace, extrèmement gratifiant et surtout très, très confortable de se sentir en paix avec son corps.

Depuis, un divorce, et j'ai arrêté de fumer en mars 2009 et là : +15 kg (grignotages et hyperphagie compulsive pour éviter de penser à ce qui ne va pas)

J'ai depuis recommencé une vie de couple, tout se passe bien mais là, je commence à ne plus pouvoir me supporter devant la glace et surtout : je n'arrive plus à "traîner" ces kilos à longueur de journée. Cela m'épuise. (1,71m pour 95 kg)

Je sais qu'il faut que je recommence une RA. Je sais que ça va marcher mais j'ai désespérement besoin de soutien.

Existe-t-il des blogs où des personnes comme moi peuvent discuter et s'entraider ?

merci d'avance

Céline

Bonjour,

Nous vous recommandons de consulter le site d’Allegro fortissimo. Vous y trouverez tout le soutien nécessaire. Et pourquoi ne pas retourner voir votre médecin du GROS ?

Nous comprenons votre épuisement mais vous avez raison, vous allez vous en sortir !

Bon courage !


 

Date : 08/02/2010 08:18

bonjour,

je souhaite recevoir la lettre mensuelle sur mon e-mail car en surpoids après un an et demi de suivi avec un médecion nutritioniste ,,qui m'a dit que j'étais récalcitrante à perdre du poids qu'est ce que cela siginfie?

merci

Bonjour,

Il faudrait demander à votre médecin ce qu’il entend par là. Est-ce une résistance psychologique ou physiologique ? Autrement dit, est-ce votre tête ou votre corps, ou les 2, qui sont récalcitrants ?

Pour ce qui est de la lettre mensuelle, nous rencontrons quelques difficultés techniques qui nous ne permettent pas pour le moment de la diffuser. Désolés !

Bon courage !

Date : 05/02/2010 13:41

Bonjour,

Je suis une ancienne patiente du Dr ....., (j'ai changé de prénom ici) avec qui je garde de bons souvenirs en matière de réflexion sur le poids et sur mes rapports à l'alimentation.

Je côtoie de près comme de loin différents sites de size (dont vivelesrondes.com) ou j'ai appris et j'apprends tellement des échanges des autres internautes.

Je suis enceinte de plus de 6 mois maintenant.

Le but de mon mail : témoigner, expliquer, vous alertez sur le suivi de la grossesse de la femme obèse. J'espère trouver en vous une oreille attentive et surtout de la compréhension.

La femme enceinte grosse, obèse est régulièrement confrontée à une stigmatisation de la part du monde médical. Nous sommes sujet à des examens, des analyses, des attitudes qui laissent parfois songeur. Si le suivi particulier de la femme enceinte obèse peut trouver tout son sens - notamment dans la prévention et le bon déroulement de la grossesse- , il prend des proportions parfois inexpliquées et injustifiées alors qu'aucune pathologie n'est développée : il n'est pas rare de voir des patientes traitées pour de l'hypertension (alors que la tension n'est pas au rendez-vous), il n'est pas rare non plus de se voir nous prédire des gros bébés puisque nous mêmes sommes gros - et pire si les deux parents sont gros -de déclencher l'accouchement, et en verdict final : le bébé n'était pas gros. Il arrive aussi parfois qu'on nous fasse refaire plusieurs fois le test du diabète gestationnel alors qu'à plusieurs reprises les résultats ne détectent rien. Comme certaines femmes - en perte de poids depuis le début de leur grossesse- et avec des résultats d'examens de glycémie dans les normes - se sont vus exiger (et non proposer) de faire du sport pendant leur grossesse et de consulter un diététicien pour apprendre à mieux manger. Quant au moral, il en prend - disons-le franchement - un sacré coup : du « vous connaissez la chirurgie réparatrice » alors que vous venez pour une consultation obstétrique, à « Madame, l'échographie va être difficile avec toute la graisse que vous avez sur votre abdomen », à « Vous êtes un cas à part, je ne peux rien faire pour vous », à « Pour vous, Madame, ce sera le suivi en hôpital. A partir du 3ème mois, je ne vous suis plus, vous irez là-bas »....

Je suis consciente qu'il s'agit de témoignages d'internautes et que leur crédibilité peuvent être remis en question ou remis dans leur contexte. Sachez cependant que dans ces témoignages, j'ai moi-même été sujet à ce traitement de faveur qui est souvent vécu comme un véritable harcèlement moral et physique.

Si je suis aussi consciente qu'il est impératif de la part du corps médical de prévenir les risques de l'obésité chez la femme enceinte qui sont bien réels, il devient urgent de ne pas considérer la patiente comme une statistique et / ou une généralité mais de traiter (au sens médical du terme) la patiente dans son individualité. Chaque femme enceinte grosse est différente, chacune doit être traitée selon son cas, selon ses faiblesses médicales qui lui sont propres et non selon un modèle type de patiente obèse. D'autant plus que sur ces sites de size témoignent des femmes québécoises grosses ou obèses qui bénéficient d'un traitement autrement plus agréable et efficace en matière de suivi de grossesse.

Je ne banni pas le corps médical français - non loin de là, je crois que nous possédons de véritables bons médecins ici en France - mais je tente d'alerter sur certaines pratiques destructrices pour les patientes. Et il n'y a rien de meilleur que la remise en question.

Je crois en la médecine française et à l'intelligence du corps médical pour pouvoir faire avancer les choses. Et surtout je crois en votre association (connaissant un de vos membres) pour pouvoir faire évoluer les mentalités (même si c'est long !).

Cordialement,

M.


 

Date : 03/02/2010 17:01

Bonjour,

Tout d'abord un grand merci pour ce site, et globalement pour votre action si apaisante et déculpabilisante.

J'ai 36 ans et je suis en surpoids depuis toujours. Pendant 15 ans j'ai enchainé les régimes, mais depuis 3 ans je m'y refuse totalement et j'essaie de manger de façon spontanée, mais j'ai pris beaucoup de poids. Je pèse aujourd'hui 89 kg pour 1m70. Depuis quelques mois il me semble que mon poids est stable, probablement grâce au sport (qui ne fait absolument pas maigrir !)

Mon problème est la faim : sans lien avec la qualité ou la quantité de nourriture ingérée, j'ai faim toutes les trois ou quatre haures maximum. Je précise bien que je ne confonds pas la faim avec l'envie de manger : c'est bien de la faim que je ressens, du reste j'en viens à détester cette sensation, tant il est pénible de devoir se nourrir si souvent. J'ai l'impression d'être totalement sous l'emprise de mon estomac. Ca me désole d'autant plus que par ailleurs je suis une bonne vivante, j'adore la bonne chère : il n'y a pas de hasard !

J'en suis à me demander si je n'ai pas un problème physiologique comme l'hypoglycémie. Mes analyses de sang à jeun ont toujours été normales : faut-il que je fase d'autres examens ? Peut-il s'agir d'une hypersensibilité du système insulinique, comme je l'ai lu sur internet ? Ou est-ce une conséquence de tous ces régimes, qui auraient à ce point déstabilisé mon organisme ?

Le stress, l'angoisse, la peur d'avoir faim peuvent-ils provoquer une réelle sensation de faim ? (estomac qui gargouille, faiblesse générale, mal de tête). Je ne sais plus quoi penser : je me dis que si je reste l'esclave de ma faim, je n'ai aucun espoir d'apaiser ma relation à la nourriture, et donc de perdre quelques kilos.

Merci d'avance pour votre réponse.

Bonjour,

Bravo pour le travail que vous avez fait seule. Manger selon votre faim et vos envies est une première étape. Elle vous a permis de poser les armes et de remanger sans culpabilité. Mais si vous êtes au-dessus de votre poids de forme, grossir n’est pas normal. Un travail plus approfondi sur vos sensations alimentaires vous permettrait d’identifier les vraies raisons de cette « faim ». Vous avez raison, il peut s’agir d’hypoglycémie et vous devriez voir avec votre médecin afin de faire un bilan à la recherche d’un hyperinsulinisme et d’un prédiabète. Mais aussi, le stress, l’angoisse, la peur d’avoir faim, et plein d’autres choses encore peuvent donner l’impression d’avoir faim.

Vous pouvez, dans un premier temps, lire « Maigrir sans régime » de Jean-Philippe Zermati. Et si vous vous voulez aller plus loin, n’hésitez pas à vous faire aider d’un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès du secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 03/02/2010 12:52

Bonjour, je pense que j'ai surtout besoin de me confier, plus que de "poser une question" à proprement parler. Je mesure 1m65 et je pèse actuellement 64,5 kg. Comme vous pouvez le constater aux vues de ces mensurations, je n'ais pas un surpoids enorme. Mais ce petit surpoids me fait vivre l'enfer malgré tout. Depuis que j'ai environ 6/7ans, j'ai toujours été légèrement en surpoids et ce fût un complexe toute ma vie, et ces 10 kg en trop à tout casser, sont plus incrustés que fondus dans du béton. (j'ai 25 ans). Depuis plusieurs mois (6 mois env), j'ai acheté un vélo d'appart (je suis peu sportive et j'ai pas forcément le courage d'aller courir ou de me rendre dans une salle de sport) et j'en fait très régulièrement (en moyenne 25 minutes 4à5 fois par semaine, mais ça peut varier en fonction de mon courage, parfois tous les jours, parfois 3 fois par semaine, parfois 45 minutes, parfois 10 minutes) Je partais de 67/68 kg et j'ai atteint 62 kg, allié à des abdos de temps en temps et une "raisonnabilité" alimentaire (pas de régime, juste éviter les éxcès en general, favoriser les aliments sains, réduire mes quantités à ce que j'estime être une quantité "normale" que je ne peux m'empêcher de trouver pas assez conscéquente pour la sasieté)

J'étais très fière de moi car j'ai réussi à perdre entre 4 et 6 kg en quelques mois, sans que ça soit nomplu trop dur car comme je vous l'ais dit, il n'y avait pas de régime en soi. Mais les fêtes sont arrivées, et j'ai replongé la tête la première dans mes mauvaises habitudes. J'ai repris goût aux quantités trop importantes et à la qualité(santé) moindre de nourriture, j'ai arrêté totalement le vélo d'appart, et ce depuis 1mois et demi environ. Je suis remontée de 2/3 kg.

Je m'en veux énormément à chaque foi que je craque pour un truc de bouffe que j'estime être trop gras, trop de quantité, trop sucré, ou un peu tout ça à la foi. Et j'ai l'impression qu'avec cette seule erreur, j'ai tout foutu en l'air. Ducoup mon moral en a pris un coup, je constate physiquement, dans la glace, les dégats de ce dernier mois, non seulement la reprise de poids, mais aussi le ramolissement, vu que j'ai dû perdre du muscle que j'avais gagné, et le remplacer par de la graisse. et ça me coupe la motivation pour m'y remettre et arriver à atteindre environ 55/57 kg (que j'estime être mon poids de forme, où je ne serais pas en surpoids) Je sais, le poids en kilos ne doit pas être un objectif absolu et je ne dois pas être obsedée par ça, mais c'est dur d'arriver à faire les efforts sans avoir un objectif precis à viser! C'est comme une cible à atteindre, une carotte, ça motive.

Bref, en fonction de mon cas precis et des éléments dont je vous ais parlés, que pouvez-vous me dire sur mon cas? donnez-moi des conseils en fonction de mon cas precis, des conseils psychologiques, des conseils concrets sur les choses que je dois faire et éviter, sur l'alimentation, sur la pratique du sport, sur la motivation... J'éspère vraiment que vous me répondrez!

Bonjour,

Vous êtes malheureusement dans un cercle vicieux. Se contrôler, en quantité et en qualité, n’être autre qu’une forme de restriction, qui nourrira frustration, insatisfaction, et désir de transgresser tout cela à la moindre occasion. S’en suit culpabilité, perte de confiance en soi et prise de poids… processus que vous connaissez bien.

Nous vous recommandons de vous y prendre autrement : apprenez à manger selon vos sensations alimentaires, c’est à dire en fonction de votre appétit et de vos envies. Vous pourrez alors faire la paix avec les aliments, avec votre corps et probablement pourrez-vous perdre du poids.

Peut-être qu’un travail sur le plan psychologique sera nécessaire.

Nous vous recommandons de lire « Maigrir sans régime » de Jean-Philippe Zermati et « Maigrir c’est dans la tête » de Gérard Apfeldorfer. Et si vous vous voulez aller plus loin, n’hésitez pas à vous faire aider d’un thérapeute du GROS dont vous trouverez la liste auprès du secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !


 

Date : 03/02/2010 09:59

Bonjour, je serai intéressée pour travailler avec la problèmatique de ol'obèsité et je voulais savoir où je pouvais m'adresser. Merci de me tenir au courant

Bonjour,

Dans un premier temps, si vous êtes professionnelle de santé, nous vous recommandons de faire notre formation.

A bientôt !

Date : 01/02/2010 17:00

bonjour je suis obese 160kg pour 1m67je voudrais bien me remettre a faire du sport avec un velo electrique mais mes moyen financier s'ont reduit a cause de mon obesite je ne travaille plus

ou peut on trouver une aide merci

Bonjour,

Peut-être pourriez-vous marcher ? Commencez par 10 minutes, puis 20 minutes, etc… ? Choisissez un lieu agréable, reposant, loin des gaz d’échappement, dans un parc par exemple. L’important étant d’y trouver du plaisir, et que ce soit un moment de détente et d’évasion.

Peut-être y a t’il un club de marche active dans votre commune, adaptée à votre problème d’obésité ? Renseignez-vous !

Bon courage !

Date : 29/01/2010 18:29

BONJOUR JE M APELLE ALEXIANNE J AI 21 ANS ET J AI PRIS 20 KG EN MOIN DUN AN;j ai souffert d anorexie depuis l age de 15 ans j etais en sous poid j ai ete suivie par un psy en tca et reussi a stabiliser mon poid a 56 KG PENDANT 2 ANS MA TAILLE 1 66CM PUIS J AI PRIS LA PILULLE ET COMMENCER A PRENDRE DU POID J AI TRAVAILLE EN BOULANGERIE ET COMMENCER A GRIGNOTER DU PAIN QUE JE M ETAIS INTERDIDIT DEPUIS 5 ANS JE MANGEAIS DES GATEAUX QUE JE RECCRACHAIS ENFIN BREF 20 KG DE PRIS ET LE PIRE C EST QUE JE NE MANGE PLUS QUE DES CHOSE SENSSE FAIRE MAIGRIR BLANC DE DINDE YAHOURT O POUR CENT ETC JAI REPRIS UN REGIME HYPERPROTEINE ET JE NE PERD PAS MON ENDOCRINOLOGUE ME DIT QUE SUITE A DES RESTRICTION COGNITIVE J AI DEREGLER MON METABOLISME QU IL FAUT ETRE PATIENTE MANGER EQUILIBRER JE NE SAIS PLUS;J envisage la pose du ballon intragastrique je n en peut plus moralement merci de me conseiller.

Bonjour,

Vous avez "goûté" à une certaine stabilisation lors de votre travail avec un "psy en TCA" dites-vous dans votre mail.
Puis l’intense restriction que vous étiez imposée auparavant vous a rattrapée : des pulsions incontrôlables sont survenues, et vous avez pris beaucoup de poids.

Si aujourd’hui vous ne perdez pas de poids, c’est parce que vous essayez à nouveau de contraindre votre organisme pour maigrir. Plus que votre métabolisme, c’est votre comportement alimentaire, déréglé, qui ne vous permet plus de manger de façon régulée, c’est-à-dire selon votre faim, vos envies et votre satiété.

Avant d’envisager la pose d’un ballon intra-gastrique, nous vous suggérons de rencontrer un thérapeute du GROS afin de vous aider à manger selon vos sensations alimentaires, sans culpabilité, et éventuellement à perdre du poids. Voici les coordonnées de notre secrétariat qui vous donnera la liste des thérapeutes exerçant près de chez vous : 01.53.76.32.20.

Vous pouvez également lire « Maigrir sans régime » du Dr Zermati ou « Mangez en paix » du Dr Apfeldorfer.

Bon courage !

Date : 29/01/2010 16:57

Bonjour à vous,

J'ai 48 ans, je mesure 1,61 m et je pèse 117 kg. Depuis le mois de mars 2009, je soigne mon obésité avec l'aide d'un nutritionniste. J'ai ainsi perdu jusqu'à 15 kg mais depuis environ 6 mois, j'évolue entre 115 et 117 kg sans pouvoir vraiment débloquer cette situation.

Mon nutritionniste a diagnostiqué une forte sensibilité au stress et me demande d'agir là-dessus mais sans me prodiguer quelques conseils sur la méthode. Je m'efforce donc de faire 30 mn de vélo tous les jours, je suis un programme alimentaire que j'ai du mal à bien respecter en période de fort stress, ce qui est le cas depuis plusieurs mois.

De mon propre chef, je me suis intéressée aux huiles essentielles afin de réguler mon stress et retrouver un sommeil de qualité mais, malgré cel, les résultats ne sont pas au rendez-vous.Je me sens toujours stressée et de plus en plus encline au découragement. Je ne lache pas car je sais que ma santé dépend de l'équilibre alimentaire que je dois continuer de préserver vaille que valille mais j'avoue que c'est de plus en plus difficile?

Pensez-vous que je doive me faire aider pour comprendre les sources de ce stress qui apparait plutôt dans le monde professionnel et semble lié à un irrépressible besoin de reconnaissance qui m'a également manqué dans mon enfance, notamment avec mon père?

Merci d'avance de vos conseils.

Bonjour,

Vous êtes probablement sur la bonne voie : si vous percevez qu’un manque de reconnaissance vous faite souffrir et qu’elle ralentit votre perte de poids, n’hésitez pas, et consultez un thérapeute qui pourra vous aider à reprendre confiance en vous et à vous affirmer.

Votre sensibilité au stress mériterait d’être explorée et vous devriez consulter un psychiatre ou un psychologue ayant l’expérience des troubles du comportement alimentaire.

De plus, travail davantage centré sur vos sensations alimentaires vous permettra de manger selon votre faim, de tout sans interdit, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim. Ainsi vous pourrez probablement perdre du poids, jusqu’à atteindre votre poids de forme.

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à contacter notre secrétariat (01.53.76.32.20) afin de connaître les thérapeutes du G.R.O.S exerçant près de chez vous.

Bon courage !


 

Date : 29/01/2010 12:46

Bonjour,

je suis infirmière scolaire en suisse. J'ai lu "maigrir sans régime". Ce livre m'a interpellée et remise en question au sujet du cours d'alimentation basé sur la pyramide alimentaire, ... que je donne aux élèves de 7ans! Avez-vous des documents adaptés à l'enseignement des enfants?

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas de documents adaptés à l’enseignement des enfants. Peut-être pouvez-vous les éveiller au goût en vous inspirant des conseils de dégustation figurant sur notre site à la page : http://www.gros.org/deguster/role-degustation.php .

Bon courage !

Date : 26/01/2010 17:30

Bonjour,

Par où commencer...

Je suis un homme, j'ai 20 ans, je vis à strasbourg et je souffre d'hyperphagie nocturne. Je ne sais pas vers qui me tourner...

Généralement ces crises d'hyperphagie se produisent par périodes sur plusieurs jours. Je suis très anxieu et nerveu. J'ai une peur folle de grossir et malheuresement ces crises me font grossir. Quand celà m'arrive je n'est pas l'impression d'être à 100 % conscient, ce n'est que le matin que je m'en rappel et là je suis dégouté, triste et près à passer une mauvaise journée. Ce reveiller est avoir le ventre rond est très désagréable. Durant ses nuits là je mange généralement du sucré, en grande quantité dans un temps très court. Je ne supporte plus ne pas pouvoir controler mon corps, je me sens faible.

J'aimerai consulté un psy, mais lequel ??? Cela vaut t'il la peine d'en parler à mon medecin généraliste ??

Merci.

Cordialement

Bonjour,

Vous présentez des troubles du comportement alimentaire, et plus précisément un syndrome d’almentation nocturne. Celui-ci st souvent déclenché par des efforts de contrôle durant la journée et c’est la nuit, lorsque le contrôle se relâche, qu’on mange.

Ne connaissant pas encore de praticiens du GROS dans votre département, nous vous recommandons dans un premier temps de lire « maigrir sans régime » du Dr Zermati et « maigrir c’est dans la tête » du Dr Apfeldorfer. Vous y trouverez probablement des explications à votre comportement alimentaire et des solutions pour y remédier.

Bon courage !

Date : 26/01/2010 14:58

Bonjour,

A la suite de l'arrêt du tabac et de stress professionnel, mon mari a pris une quinzaine de kilos, notamment par compulsions alimentaires en dehors des repas.

Il a entamé le régime Dukan, ayant besoin de perdre ces kilos qu'il ne supporte plus grâce à une méthode "radicale".

Sachant que je ne pourrais pas le convaincre que c'est une erreur, j'aimerais savoir comment l'aider, une fois les kilos perdus, à ne pas reprendre davantage de poids.

Merci d'avance pour vos conseils.

Bonjour,

Il est difficile de faire prendre conscience à nos proches des erreurs qu’ils commettent. Peut-être pouvez-vous inviter votre mari à se rendre sur notre site ? Ainsi pourra-t-il comprendre que les régimes, et surtout les plus restrictifs comme celui du Dr Dukan, sont des stratégies à court terme et que les kilos perdus reviendront très rapidement, probablement accompagnés de quelques-uns en supplément.

Montrez-lui l’exemple en adoptant un comportement alimentaire régulé, si ce n’est déjà le cas. Mangez dans de bonnes conditions, à table, sans source de distraction (sans la télévision par exemple) dans une ambiance détendue. Mangez de tout, sans commentaire par rapport au poids.

Vous pouvez aussi lui offrir le livre du Dr Zermati « Maigrir sans régime ».

Bon courage !

Date : 26/01/2010 11:36

Bonjour,

ceci est un message pour remercier très sincèrement les membres de ce groupe de réflexion, et en particulier M. Zermati dont le livre "Maigrir sans régime" a été pour moi un véritable réconfort dans ma vie de jeune adulte en devenir.

J'ai été plutôt bien éduquée petite : je mangeais de tout sans restriction ni a priori... puis ma mère a complètement dérivé de ces principes très nordiques de simplicité et de naturel que sont ceux de ma famille. Elle a commencé à se trouver grosse, puis à faire des régimes, puis grossir pour de vrai, etc.

Quant à moi, je suis partie à 17 ans de la maison et par goût de la liberté autant que par manque de moyens, j'ai commencé à ne me nourrir que de nourritures faciles et surtout "remplissantes" car - je ne l'ai su qu'après - j'étais alors en pleine dépression (mon père est mort quand j'avais 19 ans) : saucisses cocktail, poulet-frites-ketchup, biscuits sucrés... toutes ces choses dont je me suis rendue compte que je ne les voyais pas bien souvent chez mes parents et qui étaient pourtant si bonnes.

A la fin de mes études, j'ai contaté un surpoids d'environ 8 kg.

J'ai décroché mon premier emploi et ai décidé de maigrir pour ressembler aux standards environnants, plus "crédibles", plus séduisants, plus "femme". Je me suis lancée dans WW et ai perdu sans difficulté mes 8 kg (en 6 mois), sans stress car je n'avais alors pas l'impression de faire quelque chose d'extraordinaire (je dépassais souvent le nombre quotidien de "points" alloués mais je ne me "prenais pas la tête" et maigrissais quand même).

Ma mère, qui avait déjà alors testé pas mal de régime et commencé à être sérieusement en surpoids, me passe alors un livre qui pour une fois semblait m'intéresser (en général je refusais de lire ses bouquins de minceur, diététique, régime...) : "maigrir sans régime". Je le trouvai alors fort intéressant, mais ne me sentant pas très concernée (j'étais alors encore assez équilibrée dans ma tête), je l'ai soigneusement rangée dans ma bibliothèque et dans un coin de ma tête.

Puis j'ai été enceinte de mon garçon : la grossesse ne m'a pas perturbée mais l'allaitement commençait à être difficile au bout de 2 mois alors on m'a dit qu'il fallait que je mange et boive beaucoup plus et que je me repose également plus. J'ai cessé de l'allaiter après 9 mois et repris le travail à 10 mois... avec 8 kg de plus qu'au début de la grossesse, où j'estimais déjà traîner 2 kg de trop. Objectif donc perdre 8 voire 10 kg pour retrouver ma "ligne de jeune fille" et me sentir à nouveau à la hauteur dans ce monde de collègues minces et dynamiques (je suis consultante).

Je recommence WW et je perds doucement 3 kg dans les 3 premiers mois, mais voilà : devenir maman m'a permis de devenir complètement femme et après 11 mois de parenthèse totale, j'ai envie de retrouver ma vie, de me sentir jeune et sexy, et j'ai envie de prouver que non, être maman ne signifie pas renoncer de facto à sa vie. J'adore mon fils et mon mari, et je sais que je leur rends également service en ne "me laissant pas aller". Je décide sur un coup de tête d'"aller plus vite" en entamant un régime protéiné (Dukan) contre l'avis de toutes celles autour de moi qui l'avaient suivi et avaient repris plus de poids que perdu, et surtout contre mes propres convictions, très loin de tous ces régimes farfelus qui me semblent éloignés de la nature humaine. Je perds 5 kg en 2 mois.

Je suis donc ravie, mais beaucoup moins de m'être lancée dans cette étrange spirale qui consiste à penser sans cesse à ce que l'on va manger pour tâcher de ne pas être écoeurée, de rester enthousiaste, de ne pas "craquer"... je n'aime pas cette personne que je suis en train de devenir alors je me relance dans WW pour stabiliser voire perdre encore 2 kg, mais peine perdue, cela me "gonfle" profondément désormais de compter mes points, me déprime d'être systématiquement au dessus, alors j'abandonne peu à peu mon joli tableau...

Heureusement le cerveau est bien fait et c'est à ce moment précis de début de détresse sérieuse que je me souviens du livre "maigrir sans régime". Il a survécu à mes différents déménagements et est rangé soigneusement à côté des autres bouquins "minceur" que je n'ai jamais lus et que j'en profite pour jeter illico.

Mon mode de pensée et de vie est très bouddhiste (au sens de la philosophie, pas d'une religion de plus) et curieusement "maigrir sans régime" me semble faire un écho très raisonnable à mes convictions profondes et aux doutes rencontrés dans le quotidien. Je le relis en une soirée (ça tombait bien, je n'avais pas faim, pas eu de temps à perdre en dînant ;-D) et adopte ces principes sains dès le lendemain, au début du mois de décembre avant les fêtes.

Je me sens désormais très très bien dans ma vie de femme, de maman, bien dans mon corps. Comble de la joie je suis revenue très naturellement à mon "poids de jeune fille" sans m'en préoccuper nullement. Je suis également ravie d'avoir retrouvé des principes sains - et tellement heureuse de les voir écrits quelque part avec tout ce qui traîne dans le commerce actuellement ! Des principes qui me semblent logiques et en adéquation avec l'alimentation humaine historique et mondiale (comment considérer qu'un couscous, un cassoulet ou un seco puissent être malsains ?) et que je vais pouvoir transmettre avec sérénité à mon fils, qui est un coquin gourmand parfaitement régulé... comme sa maman !

Je vous remercie donc non seulement pour ce livre - désormais en poche et vraiment pas cher - mais également pour ce site qui en reprend tous les principes et qui est encore plus facile à diffuser auprès de tous ceux et surtout toutes celles autour de moi que je vois se torturer avec la nourriture et qui en arrive parfois à être désagréables avec moi parce que je suis mince, bien dans ma tête et ce sans effort de torture quelconque, prenant visiblement plaisir à vivre et à consacrer mon temps aux choses réellement importantes.

Merci donc, MERCI !!

Merci pour votre témoignage et bravo pour votre parcours!

Date : 25/01/2010 08:12

Bonjour,

Depuis ma naissance en 1968, le pédiatre m'avait mis au régime avec biberons verts (moitié bouillon légume + lait). A l'âge de 8 ans (60 kg), on m'a interdit le chocolat du matin et le goûter. A 14 ans (84 kg) je me suis retrouvée en régime strict ni pain ni féculents. A 18 ans (122 kg) Hôpital Cochin une semaine à 1000 calories puis transfert à Evian 600 calories pendant 3 semaines (lever à 6H30 , sport à 7H) Le vendredi pesée à 4h/5h du matin !!! Après une perte de 8 kg en septembre, en mars j'avais repris 16 kg. Pendant 5 ans, je suis restée à 120 kg 125 kg. En 1995, mon poids était passé à 160 kg (opérée thyroidie après maladie BASEDOW). En 1997, quand j'ai consulté un endroctrino sur Cahmbery, la toubib m'a gentiement dit qu'elle ne pouvait pas aider quelqu'un qui se suicide à petits feux car elle mange trop et qu'il n'y avait plus rien à faire si ce n'est à me jeter d'un pont. C'est à cette époque que mon médecin traitant m'a orienté à Lyon Sud où ils m'ont dit que d'avoir été trop tôt au régime mon corps stockait en raison de toutes les privations. En 2002, malgré mes 145 kgs, j'ai été opérée par une gastroplastie verticale et le Docteur TEBOUL m'avait promis de descendre en-dessous des 100 kg. Car depuis 1997, je souffre de lombalgie et sciatiques aigues et j'ai des genoux valgus qui m'empêchent de m'accroupir. Or en 2004 j'ai été descendue à 115 kgs. Mais depuis 2007, j'ai repris et j'avoisine 135 kigs. Le sibutral n'a rien fait, le xenical non plus. J'adore le sport mais avec les problèmes de dos, je ne peux que pratiquer le vélo à plat et la piscine mais toutes les piscines sont trop bondées. J'avoue que je ne sais plus quoi faire. Depuis 2007, j'ai repris un suivi psy mais je ne supporte plus mon poids ni tous les problèmes locomoteurs qui suivent. A part mon travail, je ne sors plus car mon regard et celui des autres m'empêchent d'être naturelle. Les 2 trucs qui font maigrir et que je n'ai pas essayé c'est la cocaïne et le cancer. Que pouvez-vous me conseiller ? Alors que depuis mon début d'obésité à 16 ans, je n'ai jamais été hypertendue et ne souffre ni de cholestérol, ni de diabète. Que pouvez-vous me conseiller après 35 ans de régime alors que je vais fêter mes 42 ans ? Avez-vous des pistes ? Je suis prête à servir de cobaye pour des groupes de recherches sur l'obésité.

Bonjour,

Nous comprenons votre souffrance. Nous vous conseillons de rencontrer un thérapeute du GROS afin de reprendre votre problème à la base. Sans doute un travail sur comportement alimentaire sera-t-il bienvenu, et il s’agira sans doute aussi d’identifier les différentes raisons qui vous font manger, qui sont sans doute d’ordre psychologique et émotionnel. Cette approche pourrait compléter la psychothérapie que vous avez entreprise et que nous vous conseillons vivement de poursuivre.

Vous pouvez demander la liste des praticiens exerçant près de chez vous auprès de notre secrétariat au 01.53.76.32.20.

Bon courage !

Date : 23/01/2010 10:54

Dans l\'émission sur l\'obésité du 22 janvier, C dans l\'air sur la 5, il était question du tour de taille, mieux que l\'IMC. 88 cm pour la femme. Pourquoi ne tient-on pas compte de la taille en hauteur de la personne ? 88 cm pour une femme d\'1m75 ou d\'1m55 se serait pareil ? Pourquoi ?

Merci pour vos informations,

Cordialement, Katty

Bonjour,

Dans cette émission , une personne a en effet parlé du tour de taille comme dépistage du surpoids et de l’obésité. Ce chiffre vient d’une étude internationale intitulée IDEA où plus d’un millier de personnes avaient été mesurées. Mais vous avez raison de le trouver illogique ! Pourquoi serait-ce le même pour deux femmes mesurant 20 cm de différence ? Retenez donc que ce n’est qu’ une indication, comme l’IMC, et non pas une réalité.


 

Date : 22/01/2010 21:43

Bonjour je m'appelle Benjamin j'ai trente deux ans et un anneau depuis trois ans,je pesai 210 kilos ,j'ai reussi a perdre 100kilos en deux ans et demis .mon probleme est que j'ai commencé a reprendre du poid il y'a six mois environ 20 kilos et depuis un mois je n'est plus aucune sensation au niveau de mon anneau du coup je peu manger tout ce que je veus .Liberer de mes frustrations je me lache et je mange tout et n'inporte quoi!ce qui ma fait reprendre 15 kilos de plus!j'ai rendez vous avec mon chirugien mardi mais j'aprehende vraiment ce qu'il va me dire . J'aimerais avoir vos conseil pour commencer a aprehender mon rdv?

En attente de vos reponses,merci

Bonjour,

Désolés de n’avoir pu vous répondre avant votre rendez-vous avec votre chirurgien. Nous espérons qu’il se soit bien passé.

Il semblerait que l’anneau ne vous ait pas permis de manger de façon régulée, c’est-à-dire de tout, sans culpabilité, selon votre faim et votre rassasiement. Ayant pris conscience des limites de cet anneau, peut-être est-ce le bon moment pour vous de faire ce travail avec un thérapeute du GROS ?

N’hésitez pas à nous tenir au courant et à contacter notre secrétariat au 01.53.76.32.20 afin d’obtenir la liste des praticiens du GROS.

Bon courage !

Date : 22/01/2010 10:19

j'ai 17 ans je pèse 104kg je fais 1m73 j'aimerais perdre mon surpoids mais je n'y arrive pas comment faire? aidez moi svp!!!!!

Bonjour,

En apprenant à manger de façon régulée, c’est à dire lorsque vous avez faim, ce qui vous fait envie, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, vous pouvez peut-être perdre du poids. Parfois un travail sur le plan psychologique est nécessaire, afin de faire face à ses émotions autrement qu’en mangeant.

Nous vous invitons à lire la rubrique « Afin de ne pas maigrir idiot », et éventuellement à contacter notre secrétariat (au 01.56.76.32.20) afin de connaître les praticiens du GROS qui exercent près de chez vous !

Bon courage !

Date : 20/01/2010 16:03

Bonjour,

Je ne vous écris pas pour vous poser une question, ni demander de l'aide. Plus pour témoigner d'une histoire qui se termine bien...

Comme beaucoup ici, j'ai eu de gros problèmes avec mon poids. L'anorexie, la boulimie, un corps détesté, la pression familiale pour rentrer dans les critères de beauté féminine, des efforts surhumains pour dompter le volume de mon organisme, des pleurs sur des vélos d'appartements, de la laitue sans vinaigrette pesée au gramme près, un passage à l'hopital...

Et puis il y a une dizaine d'année, un ras le bol. Un jour où je me suis rendue compte que ma vie était complètement centrée sur ces problèmes de poids, et que ce n'était plus admissible. Que sorti de mon régime, je n'avais rien. Et qu'il fallait que ca change. J'ai passé deux ans à chercher une autre façon de vivre, avec ou sans mes kilos excedentaires, mais mieux. Et je me suis sentie tellement seule : je ne trouvais qu'une réponse : régime et sport, sport et régime... Et puis il y a eu la découverte du GROS, du dr zermati. J'ai découvert une autre façon de manger. Une autre façon de vivre, qui m'a permis d'aller mieux, de moins souffrir, de découvrir qu'il était possible de faire la paix avec son corps, sans que ca ne soit un drame. Ca ne m'a pas "gueri", loin de là, mais quelque chose avait été planté, qui a mis du temps à poussé, mais qui est tellement beau maintenant que ca a fleuri...

J'ai passé quelques années à plus ou moins accepter mes variations pondérales. A pardonner à mon corps de ne pas être ce que moi et mon entourage attendions de lui, à me réconsilier avec lui. A remplir ma vie d'autres choses. A prendre soin de moi autrement que par la dietetique. A essayer de temps en temps d'aller dans le sens d'un "mieux" physique. Et à me pardonner plus ou moins facilement quand ca n'en prenait pas le chemin. Même si ca me faisait toujours un pincement au coeur de me voir en pied dans un miroir. Je relisais "maigrir sans régime" (plutôt en diagonal d'ailleurs...), lorsque mes magasines faisaient poindre l'idée qu'une petite diète...J'ai bien replongé de temps en temps, dans un régime, que je tenais 3-4 jours au maximum, avec l'impression tenace de faire une connerie, et puis je revenais à mon alimentation habituelle, sans m'en rendre compte ni franchement de culpabilité.

Et puis un jour, j'ai déménagé. Quitté un appartement détesté, rempli de mauvais souvenirs, pour mon nid bien à moi. Les démarches ont été terribles, le contexte était affreux, je me suis battue pour moi, pour mon mieux être. Et mon poids a suivi. Je jure n'avoir fait aucun effort alimentaire, juste vécu à MON rythme. Et j'ai soudainement perdu du poids.

Cela fait un bon bout de temps maintenant que mon poids est stable, et qu'il me correspond. Je suis toujours ronde, mais c'est mon corps, j'ai trouvé mon équilibre. Ne croyez pas que j'ai "renoncé", que j'ai accepté un moindre mal. Ce n'est pas un renoncement, c'est une victoire : C'est mon corps, et aussi non conforme qu'il soit aux normes exigées, ma foi, il me plait tel qu'il est, JE ME plais, telle que JE SUIS. Il m'arrive toujours de prendre un ou deux kilos, mais globalement je sais que ca correspond à des périodes de stress durant lesquelles je mange sans faim ni envie, qu'il me suffira d'attendre d'avoir de nouveau la sensation de faim pour les choses reprennent leur place, et que ce sera le moment d'attendre quand ma vie me le permettra. Jamais je n'aurais cru dire ça un jour, mais mon poids ne me préoccupe plus. Et pourtant, je ne suis pas "mince", plutôt du genre pulpeuse (ce qui, soit dit en passant, n'est pas plus mal...). Mais prendre un kilo n'est plus un drame, en perdre un n'est plus une victoire. C'est juste comme ça.

Je suis allée m'inscrire dans une nouvelle salle de gym hier. Lors de l'inscription, la personne que j'avais en face de moi m'a demandé quels étaient mes objectifs. J'ai répondu "me défouler sans risquer l'hypothermie", "D'accord. Mais avez vous un objectif de perte de poids?". J'ai eu quelques instants de reflexion, tant la réponse qui me venait m'a surprise, mais finalement, elle s'imposait : "non". Quel chemin parcouru...

Voilà, je voulais témoigner. Que j'ai perdu du poids et que ce n'est en rien imputable à un régime, alors, si!, c'est possible. Et surtout, que l'obession du poids, des régimes, la peur de la balance, l'instatisfaction de son corps, il est possible d'en sortir. Et vous m'avez vraiment aidée en celà. Je voulais vous en remercier.

Merci pour votre témoignage !

Date : 20/01/2010 13:22

Bonjour, je suis médecin addictologue; je souhaiterais connaitre votre avis - et des adresses, éventuellement- pour la prise en charge hospitalière, ou en clinique, de la "grande obésité" IMC 40 avec troubles du comportement alimentaire à type d'hyperphagie boulimique. Merci d'avance

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas d’établissements à vous recommander. En revanche, si vous cherchez des praticiens libéraux spécialisés dans la prise en charge des personnes souffrant d’une obésité massive, contactez notre secrétariat au 01.53.76.32.20 afin d’en obtenir la liste.

Bonne continuation !

Date : 20/01/2010 10:55

Bonjour,

Pourriez vous me donner des informations sur l'hypnose dans un objectif de perte de poids ?

ET, avez vous des adresses ?

Merci

Sylvie

Bonjour,

Selon les études scientifiques disponibles, les méthodes d’hypnose donnent des résultats peu convaincants sur le moyen et long terme. Nous n’avons donc pas d’adresses à vous communiquer. En revanche, si vous souhaitez consulter un praticien compétent exerçant près de chez vous, n’hésitez pas à vous demander les coordonnées.

Bon courage.


 

Date : 15/01/2010 21:46

Bonjour

Il y a quelques années, j'avais fait un régime hyperprotéiné, suivi de 8 ans de totale restriction ou presque, puis de deux ans de craquage total. J'ai commencé à consulter quand je me suis rendue compte que je ne pensais plus qu'à la manière de manger, aux endroits où trouver les aliments autorisés. J'ai aussi eu la chance de rencontrer ensuite une super nutritionniste, également un peu psy. J'ai retrouvé un certain équilibre même s'il a toujours été instable. Deux ans après je décide de reprendre un petit régime, même si je me suis dit que je faisais peut être une bêtise. Et là deux mois après c'est la perte totale de contrôle et en même temps c'est comme si je ne ressentais rien : je me sens vide. Avez vous quelques conseils pour m'aider à reprendre pied ?

Bonjour,

Ce qui vous arrive est malheureusement normal : après une période de restriction alimentaire, notre corps reprend ses droits et nous fait manger tout ce que nous étions parvenus à éviter… Ainsi, les kilos que nous avions réussi à perdre reviennent au galop, sans pouvoir contrôler quoique ce soit.

Nous vous conseillons de faire un travail sur vos sensations alimentaires afin de faire la paix avec les aliments. Cela vous permettra peut-être de perdre du poids, selon si vous êtes au dessus de votre poids forme ou non.

Bon courage !

Date : 13/01/2010 16:49

Bonjour

Je suis nutritionniste au Québec et je rencontre régulièrement des personnes diabétiques à mon bureau. J'ai fait certaines lectures qui vont dans le même sens que ce que préconise votre site en terme d'intervention sur le poids.

J'aimerais connaitre quelle est votre approche avec ces personnes diabétiques avec ou sans problème de poids.

merci

Bonjour,

Etre diabétique, faire la paix avec les aliments, au besoin manger moins, selon sa faim, est tout à fait possible.

En prenant quelques précautions au cas par cas afin d’éviter les hypo ou les hyperglycémies, nous pouvons les aider à manger de façon Réguleé. Peut-être l’essentiel est-il de veiller à ce qu’il y ait un minimum et un maximum de glucides dans la journée.

Bonne continuation !

Date : 12/01/2010 23:07

Bonjour,

Je suis diététicienne et je trouve ce site très intéressant. Je suis également contre les régimes trop restrictifs, je pense qu'il faut manger de tout et varié, et que rien n'est interdit. J'ai lu sur le site les exposé de Mr Zermati. Il est vrai qu'il faut manger à sa faim, je suis tout à fait d'accord.

Cependant, je rencontre souvent des patients en consultations qui n'ont pas de structure au niveau de leur alimentation. Ils ne prennent pas de petit déjeuner, ni de repas de midi car ils n'ont pas faim. Mais après ils se lachent sur le repas du soir, et mangent énormément. C'est pour cela que je trouve qu'il faut quand même une certaine structure alimentaire. Qu'en pensez vous?

Au niveau des sucreries/frites/chocolats etc je dis aux patients qu'ils ne sont pas interdits mais qu'il faut les consommés avec modération et quand on les mangent que c'est important de les savourer sans culpabilités. Mais étant donné que les obèses aiment ces aliments, ils vont les manger tous les jours, non? et ils ne saurant pas s'arrêter. N'est-t-il pas plus facile de donner une fréquence?

Je suis impaciente de suivre les formations GROS en 2011. Malheureusement il n'ya plus de place à paris en 2010 et lyon est un peu trop loin.

Merci

Bien à vous

Bonjour,

Apprendre à manger selon sa faim, sans pulsions, implique d’être en paix avec les aliments, c’est-à-dire de ne pas penser que certains font grossir ou maigrir.

Or, demander à quelqu’un de manger du chocolat en quantité modérée, certes en le savourant, sans culpabilité, mais à une fréquence imposée, est impossible. Il faut être convaincu qu’on pourra en manger aussi souvent qu’on en aura envie pour s’arrêter au moment où l’on en est rassasié.

Finalement notre corps est capable de se réguler tout seul : nous sommes censés manger lorsque nous avons faim, les aliments qui nous font envie (et pourquoi pas des aliments denses en énergie à chaque fois !), jusqu’à ce que nous n’ayons plus faim.

Et il se trouve que les aliments les plus riches sont les plus satiétogènes !

De plus, nos envies correspondent à de réels besoin nutritionnels, ou bien à des besoin d’ordre psychologique et émotionnel, alors pourquoi vouloir les éviter !

Donc non, un cadre diététique, aussi souple qu’il puisse être, ne permet pas de manger de façon régulée.

Au plaisir de vous rencontrer à la formation 2011 !


 

Date : 12/01/2010 12:28

bonjour,

je suis dans un processus pour me faire opérer/chirurgie bariatrique , a priori d'une sleeve. le chirurgien que j'ai vu est situé à Chartres, soit à 1h30 (et 96km) de route du sud seine et marne où je réside. je me demandai si il y avait des services de chirurgie de l'obésité, en clinique comme en hôpital, dans le public comme dans le privé, en seine et marne. cela me serait plus pratique.

par avance merci.

Désolés, nous n'avons pas cette information. Peut-être pouvez-vous contacter l'association allegro fortissimo?

Bon courage

Date : 12/01/2010 06:12

je suis en panique car il viennent de retirer le Mediator du commerce

ce medicament prescrit par un de vos consoeur il y 4 ans m'a permis de perdre 40kg trés vite et de maintenir mon poids jusqu'a ce jour. j'avais retrouvé mon set point ma faim se regulait selon mes activités" la faim impérieuse était tombéeje n avait plus faim si bien que je commençais à me reconcilier avec la nourriture je perdait de ce fait mon obssession permanente de manger . Moi que certains connaissent j'ai un peu mis de l 'eau dans mon vin car j ai touché du doigt que la chimie de notre cerveau nous joue des tours ...Et qu'il va falloir chercher de ce coté là ,ça va peut etre eviter toutes mutilations digestivesje sais que le médiator est un derivé de bondex et que c'est une "enfet" mais pour moi ça a été un médicament qui me manque cruellelment

la faim devorante vient de réaparaitre au bout de trois semanes d'arret du meditor.

Que vais je devenir exixte t'il d'autres molecules proches qui puissent m'aider je sais que c'est du detournement de medicament nous avons fait eu tant d'erreur a notre égard...

je pensais rétaline ou quelque chose comme cela a un effet sur le centre de la faim.

Voila je suis dans la panade

Ps je souhaite mes meilleurs voeux à celles et à ceux qui se reconnaitront.

F F

Bonjour ,

Nous comprenons votre désir de trouver la pilule miracle mais malheureusement elle n’existe pas.

Le Mediator, médicament prescrit pour équilibrer les glycémies dans le diabète de type 2, vient d’être retiré du marché car son efficacité a été jugé modeste et serait responsable d’atteintes cardiaques. S’il modère légèrement l’appétit, il ne permet pas de perdre plusieurs dizaines de kilos, mais quelques kilos tout au plus.

La Ritaline est un psychostimulant puissant permettant de réguler l'hyperactivité pathologique de certains enfants. L'usage de ce médicament est réservé aux seules situations où il est indispensable. En abuser peut conduire à un état de dépendance psychique. En aucun cas il n’a d’effet sur la satiété.

Nous sommes donc d’accord avec vous, attention au détournement de médicaments ! Si certains médicaments sont retirés du marché, c’est que leur rapport bénéfices / risques est jugé trop insuffisant.

Peut-être est-il le moment pour vous de faire un travail plus approfondi sur cette faim dévorante ? En apprenant à en reconnaître les nuances, en mangeant de tout, jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, peut-être découvrirez-vous que vous n’avez pas un appétit démesuré ? Vous pourrez ainsi vous maintenir à votre poids de forme (ou set point), tout en ayant fait la paix avec les aliments.

Nous vous recommandons de lire la rubrique « Peut-on maigrir durablement avec des médicaments ».

Bon courage !

Date : 09/01/2010 14:26

Bonjour,

Je me permet de vous contacter a propos de ma maman. Elle a 60 ans et depuis quelques annees, depuis sa menopause, elle a pris du poids, mais seulement au niveau du ventre. Elle n'a pas pris d'hormones.

Depuis, elle a essaye un grand nombre de regimes et de techniques (phytotherapie, sophrologie...etc) mais elle n'a pas perdu un gramme. Elle mange correctement, sans se priver mais elle souffre enormement de ce changement, ce qui a accentue son caractere depressif.

Je voudrais pouvoir l'aider mais elle ne peut plus envisager de consulter car elle a vu trop de medecins qui n'ont pas reussi a l'aider.

Pouvez-vous me donner quelques conseils qui pourraient lui faire perdre un peu de poids et l'aider ainsi a reprendre confiance en elle?

Merci pour votre aide.

Elodie

Bonjour,

La ménopause est une phase de changements hormonaux importants, avec laquelle la prise de poids, surtout au niveau abdominal, semble inévitable. En fait, pour beaucoup de femmes, il s’agit essentiellement d’un changement de silhouette, avec une prise de poids peu importante, due à l’absence d’hormones féminines.

Il s’agit donc essentiellement d’accepter son âge, et si votre maman ne s’y résout pas, si elle évolue vers la dépression, peut-être devrait-elle consulter son médecin traitant ou bien un psychiatre.

Si votre maman ne veut plus consulter, ce qui se comprend, peut-être pouvez-vous l’inviter à lire notre site. Elle prendra peut-être conscience que les régimes font grossir et que d’autres solutions existent, si tant est qu’elle puisse maigrir !

Bon courage !

Date : 05/01/2010 21:41

Bonsoir,

J'aimerais avoir votre avis sur la chrononutrition. Je l'ais suivit pendant plusieurs mois, et j'ais trouvé ce régime assez agréable bien que comme tout les régimes il y est des restrictions. Mais j'ais toujours été persuadé qu'il fallait quelques règles pour pouvoir etre en bonne santé, je me trompe peut etre. J'ais suivi ce régime après une phase d'anorexie non vomitive, ça m'a permis de remanger de certains aliments dits tabous que j'avais exclus totalement. J'ais arreter faute d'organisation, mais je pense le reprendre bientot.

Mais je me pose des questions apres avoir pris connaissances de la méthode Zermatti, la réeducation alimentaire. Ca me tente beaucoup et en meme temps ça fait assez peur de n'avoir plus aucune règles. La chrono pour ça est plus rassurante.

Qu'en pensez vous?

Merçi

Cordialement

Bonjour,

Nous ne saurions vous recommander la chrononutrition. Ce régime vous a permis de remanger des aliments tabous, c’est une bonne chose, mais il s’agit d’un régime comme un autre, fondé sur des croyances et non sur des perceptions internes. Comme tout régime, il renforce notre restriction alimentaire et, de ce fait, nous prépare à des troubles du comportement alimentaire…

Nous vous conseillons de lire la rubrique « Afin de ne pas maigrir idiot », afin de mieux comprendre l’impact des régimes sur notre comportement alimentaire et notre poids.

Ce qui fait maigrir, ce n’est pas le fait de manger équilibré, mais de manger moins. L’approche du Docteur Zermati vous permettrait de faire la paix avec les aliments, de manger selon votre faim, et peut-être perdre du poids !

Bon courage !

Date : 04/01/2010 11:50

Bonjour... Je suis en dernière année pour devenir éducatrice A1 et je fais mon mémoire sur l'obésité et le fait de reprendre un peu confiance en soi a travers la danse...Et j'aimerai savoir si vous avez des référence a me conseiller a ce sujet???

merci beaucoup, a bientot j'espere

Bonjour,

Désolés, nous n’avons pas cette information mais votre sujet est très intéressant et en totale adéquation avec ce que nous prônons.

Bon courage dans vos recherches,

Date : 01/01/2010 23:05

Comment s'y retrouver. J'ai rencontré mon médecin en début de semaine , et je lui dis vouloir perdre du poids c'est OK me répond il ms la seule façon c'est d'éliminer totalement les glucides donc certains légumes, totalement fruits et féculents pdt un certain temps avec ré-introduction progressive des certains aliments . dc il faut miser sur les protéines , et protéines hte qualité à savoir celles que l'on achète en labo ???? Moi j'évoquais le régime IG alors que faut il croire , je lis des choses totalement dans un sens et totalement dans son contraire . Dukan très bien mais ce doit être à vie , sinon gare à la reprise Crying or Very sad Crying or Very sad
Je ne sais pas ce qu'il faut en penser c'est mon médecin et je lui fais confiance Et vous que me conseillez vs ??? merci de votre attention
Revenir en haut Aller en bas

Bonjour,

Je comprends votre désarroi. Comment un médecin peut-il se tromper ? Pourtant, comment ignorer de récentes études scientifiques démontrant clairement l’inefficacité des régimes ? Au bout de 5 ans, 90 % des personnes ayant entrepris un régime (et quelque soit le régime !) reprennent tout, voire plus.

Il n’existe malheureusement pas de solution miracle. En revanche, faire un travail sur soi, apprendre à manger selon sa faim, identifier les raisons qui nous font manger, permet de faire la paix avec les aliments et éventuellement de perdre du poids. Je vous recommande de lire le passage sur notre site « Des régimes à la pelle » et « afin de ne pas maigrir idiot ». Peut-être cela vous aiderait-il à y voir plus clair.

Dans tous les cas, nous vous déconseillons fortement de faire quelque régime que ce soit. Si vous le souhaitez, vous pouvez contacter notre secrétariat au 01.53.76.32.20 afin de connaître les thérapeutes exerçant près de chez vous, selon l’approche du G.R.O.S..

Bon courage

Date : 01/01/2010 20:12

Bonjour, après une opération de By Pass réussie, je cherche à trouver un groupe de parole sur ce sujet à Bordeaux. Avez vous des informations sur ce sujet ? ne trouvant aucune information à ce jour, des amis me conseillent de créer moi même un groupe de parole sous forme d'association, mais je ne sais pas où m'adresser pour avoir des informations sur le sujet.

Merci pour v otre aide,

Hélène

Bonjour,

Nous n’avons pas cette information mais peut-être pouvez-vous contacter l’association Allegro Fortissimo. En tout cas bravo pour votre réussite et votre désir de partager votre expérience avec d’autres personnes.

Bon courage

  • Dernière mise à jour: 19/11/15 16:51
Top