Samedi 25 février 2017

Une activité plaisir pour tous : l’original afro dance

La mise en place de cette nouvelle activité physique à Allegro naît d’une rencontre, grâce au GROS, celle de Stanne Gold Djemba et de deux motivations complémentaires qui prennent forme lors de la prise en charge des adolescents obèses du Val de Marne . Stanne ne comprend pas la mise à l’écart des personnes grosses. Je cherche, pour Allegro une activité adaptée et agréable.

La surprise est au rendez vous dès le premier contact. S’ancrer au sol en scandant le rythme et en le vivant, sans craindre la pesanteur et ce poids que l’on veut oublier…Un étonnement pour nous qui cherchons si souvent à mettre à distance ce corps mal-aimé. Des mots qui ponctuent le mouvement en l’animant, et cette façon de parler aussi avec son corps , comme lorsque nous sommes enfants. Hausser les épaules pour dire « j’sais pas »,manifester son accord ou sa désapprobation en marchant, être avec, ou hostile dans une posture, tout ce que nous délaissons peu à peu en adultes « bien élevés ».

Cette invitation à l’énergie et à la présence est un voyage vers soi, son rythme et sa puissance, sollicités sans que l’on s’en aperçoive. A juste distance des autres, chacun trouve sa place et l’occupe sans efforts. Le regard s’élève pour rester à l’unisson, une motivation à se redresser sans crainte, avec le sourire complice des gens qui partagent un moment de plaisir. Le corps s’allège et reprend vie, indépendamment de son poids, de son âge ou de ses compétences physiques.  

La musique, les musiciens complices et les rythmes qui nous répondent créent le dialogue et l’harmonie. Djembé, tambours et parfois les deux, quel plaisir de se laisser envahir, accompagner, en découvrant peu à peu une aisance inattendue, celle du corps qui se libère de cette éducation à la performance pour aller vers le lâcher prise et la créativité . Une fois le rythme installé solidement dans le « corps d’en bas », on se met à oser bouger le « corps d’en haut » en retrouvant ce plaisir de la danse dans un élan spontané.

 Ce nouvel espace de liberté surgit pour chacun à des moments différents comme un déclic suivant son assiduité au cours, son caractère, son sens du rythme et son niveau de contrôle mais c’est un grand plaisir partagé d’assister aux changements de chacun. Il est étonnant de constater combien nous trouvons une juste distance les uns par rapport aux autres dans ce partage. 

Terminée l'envie de se mettre derrière pour se cacher ou d'attendre d'être la dernière pour faire devant les autres. Le rythme est là, puissant, structurant et tellement présent. Comment ne pas s'en imprégner pour avancer solidement ancrés et s'amuser soudain d'une nouvelle aisance du corps tellement inhabituelle. 

Plus nous écoutons dans une présence aux autres et à nous mêmes plus les mouvements se délient. 

Quand l'une ou l'un de nous n'y arrive pas, le mouvement est décomposé jusqu'à ce que le rythme s'insinue, jusqu'à ce que le sourire jaillisse, celui du jeu, du bien être et de l'harmonie. 

Il y a tant de choses à dire sur ce travail qui nous entraine dans les sensations du corps qui écoute,  regarde, ressent et ouvre  un espace qui semblait impossible. 

C’est un voyage vers des valeurs, une temporalité qui privilégie « l’ici et le maintenant », la pleine conscience du moment, l’expérience des sensations corporelles pacifiées, une façon de prendre sa place sans crainte, un sourire vers soi et les autres.

De même qu’un aliment doit être bon à penser pour être dégusté sans culpabilité, cette mise en mouvements nous réconcilie à l’activité physique en transformant ces deux heures du dimanche matin en un réel plaisir. Et cela ne fait que commencer…Merci Stanne.

Sylvie Benkemoun

  • Dernière mise à jour: 19/11/15 16:54
Top