Mercredi 23 août 2017

Portrait de Vincent GERBAULT
La grossophobie associée au risque cardiométabolique

La grossophobie associée au risque cardiométabolique

source Univadis

Selon les résultats d’une nouvelle étude de grande envergure publiés dans la revue Obesity, les patients obèses accusés ou montrés du doigt en raison de leur poids pourraient présenter un risque cardiométabolique accru.

En tout, 159 adultes obèses participant à un essai clinique de plus grande envergure évaluant les effets de médicaments visant la perte de poids ont rempli des questionnaires à l’entrée dans l’étude afin de mesurer la dépression et l’intériorisation des biais vis-à-vis du poids (weight bias internalisation, WBI) avant de procéder à l’intervention. Les participants ont également passé des examens médicaux.

Les chercheurs ont découvert que les personnes intériorisant fortement les biais vis-à-vis du poids étaient trois fois plus susceptibles de présenter un syndrome métabolique et six fois plus susceptibles d’avoir des taux élevés de triglycérides, par rapport aux participants dont l’intériorisation était faible.

L’auteur principal, Rebecca Pearl, du département de psychiatrie à l’Université de Pennsylvanie (University of Pennsylvania) aux États-Unis, a déclaré : « En tant que professionnels de santé, nous pouvons participer au renversement des stéréotypes intériorisés négatifs en éduquant les patients au sujet des facteurs biologiques et environnementaux complexes qui contribuent à l’obésité, tout en proposant des stratégies concrètes permettant aux patients de contrôler leur poids et d’améliorer leur état de santé. »

Selon l’auteur, il est nécessaire de reproduire les résultats pour déterminer la relation entre le WBI et le syndrome métabolique « en allant au-delà des données démographiques et des covariables liées à la santé correspondantes ».

sources : Pearl, RL et al. Association Between Weight Bias Internalization and Metabolic Syndrome Among Treatment-Seeking Individuals with Obesity. Obesity. 2017 January 26 [Cited 2017 January 26] doi:10.1002/oby.21716 

à retrouver ICI

Top